Appel au prochain sommet africain à annuler la décision d'adhésion de l'entité sioniste à l'UA    Ronaldo mécontent contre un site qui a sous estimé sa valeur marchande    CAN 2021 : Les Comores consternés par les sanctions de la CAF    Deux militaires tombent au champ d'honneur sur la bande frontalière Hassi Tiririne à In Guezzam    Coronavirus: 1870 nouveaux cas,1055 guérisons et 6 décès    Championnat d'Algérie de jeux d'échecs: Benamar Sihem et Alaeddine Boularnes sacrés    L'Equipe, un quotidien sportif sous influence de la perfidie marocaine    Recueillement à la mémoire de Benhamouda à l'occasion du 25e anniversaire de son assassinat    Sommet ouest-africain pour évoquer la crise au Burkina Faso    Coupe du monde des clubs : un trio d'arbitre algériens retenu pour le rendez-vous des Emirats arabes unis    Drogue: plus de 6.700 toxicomanes pris en charge durant le 1er semestre 2021    Secousse tellurique de magnitude 3,7 à Médéa    Ces deux pistes qui font réfléchir Mehdi Zerkane    Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Une politique difficile à mettre en œuvre    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    L'Algérie envoie une troisième cargaison d'aides humanitaires au Mali    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Des enjeux plus grands qu'un sommet    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Jungle/Pub sur Internet ?    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    «Le pays est toujours ciblé»    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Maroc: Dégradation du pouvoir d'achat et recrudescence des protestations populaires
Publié dans Algérie Presse Service le 03 - 12 - 2021

A l'heure où le Makhzen se vante de la normalisation de ses relations et de la signature des accords sécuritaires avec l'entité sioniste, le Maroc endure une situation économique critique caractérisée par la dégradation du pouvoir d'achat du citoyen, due à une flambée, sans précédent, des prix des produits de consommation de base, entraînant une recrudescence des protestations populaires.
Face à cette réalité socioéconomique déplorable, de nombreuses organisations syndicales ont appelé les mouvements de protestation à dénoncer le blocage du dialogue, au moment où le Makhzen continue à renforcer son alliance avec l'entité sioniste sur tous les plans, ignorant complètement la situation socioéconomique de son peuple.
Selon les dernières données communiquées par nombre de syndicats, les prix des produits de base ont connu, depuis septembre dernier, une hausse significative, ce qui a induit une dégradation rapide du pouvoir d'achat des classes modestes et moyennes.
En effet, l'Organisation démocratique du travail (ODT) a fait état d'une flambée spectaculaire des prix de nombre de denrées alimentaires de large consommation, et de ceux de l'eau, de l'électricité, du carburant et des matériaux de construction, sans parler des prix des médicaments et des dispositifs médicaux.
La même organisation a révélé que les hausses des prix de certains services et produits de base oscillent entre 20 et 200%, tels les prix de la semoule (25kg) qui a augmenté de 50 dirhams (près de 5USD), d'une bouteille de l'huile (5litres) qui a bondi de 23 dirhams (2,5USD), et des huiles végétales (bouteille de 5 litres) qui ont augmenté de 27 dirhams (près de 3USD).
De son côté, le Syndicat marocain des professionnels du secteur du transport routier a mis en garde contre la poursuite de l'augmentation des prix des carburants, du fait de la levée par l'Etat des subventions accordées aux professionnels et à l'ensemble des citoyens, notamment ceux à faible revenu, estimant que cela "mènera à la faillite des entreprises de transport et induira une augmentation des prix des transports, pis encore encouragera le travail illégal et le secteur informel".
Pour sa part, le parti du Progrès et du Socialisme (PPS) a appelé le gouvernement marocain à "prendre les mesures nécessaires pour protéger les citoyens contre les retombées de la flambée des prix", mettant en garde contre "des indicateurs négatifs" au plan social induits par les répercussions de la pandémie du Coronavirus, exacerbées par les prix élevés des produits de base".
A ce titre, la chercheuse marocaine en sciences économiques, Aicha Al-Alaoui estime que l'actuelle politique du Makhzen ne se contente pas d'opprimer économiquement et socialement les classes moyennes, mais restreint aussi leur liberté individuelle, en adoptant la logique du "libéralisme sauvage".
Dr. Alloui a indiqué que cette situation "intervient après une période de marasme économique et une saison agricole faible due à la sècheresse", se plaignant que "le gouvernement marocain ne se préoccupe actuellement que de l'application du pass sanitaire et de l'augmentation des prix".
===Escalade des protestations===
Plusieurs villes marocaines ont été ébranlées par des mouvements de protestation pour revendiquer les droits socioprofessionnels des travailleurs, les droits humains et les libertés publiques, mais aussi pour dénoncer la dernière visite du ministre de la défense de l'entité sioniste.
A l'instar du bureau syndical du secteur de l'hygiène, affilié à la confédération démocratique du travail (CDT) qui a appelé les travailleurs à une grève et des sit-in, la Fédération nationale du transport touristique (FNTT) compte également rallier ce mouvement de protestation pour faire sortir le secteur de la crise due à la COVID-19.
La même Fédération a organisé des marches dans plusieurs villes marocaines, réclamant le dialogue avec les professionnels du secteur.
La Coordination syndicale du secteur de la santé a appelé à une grève nationale et un sit-in organisé jeudi devant le ministère de la santé marocain à Rabat.
Les protestataires de la Coordination ont dénoncé "la négligence" par le gouvernement des revendications des travailleurs du secteur de la santé et l'absence du dialogue ainsi que la non association des professionnels dans l'élaboration des projets de loi relatifs au secteur".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.