«C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Répéter, vaut souvent, convaincre!    Fin de parcours du touriste judiciaire    Sur la «piste» du nil    Un pays à la recherche de son destin    Trois projets de loi adoptés    Le Parlement espagnol bouscule Sanchez    «Bâtissons des projets communs!»    Le prince de Monaco a séjourné à Oran    L'entrée fracassante des Algériens    Messi poussé vers la sortie?    Le club à l'affût pour Neymar    L'été en pente douce    La grande vadrouille    Oran sous psychotropes    «Je veux rallumer la Bougie»    Le HCA lance le débat    Clôture en apothéose    La Banque d'Algérie émet une pièce de monnaie métallique de 200 DA    JM/handball/ dames Gr.A - 1re journée : le point après Algérie - Croatie 21-31    JM /Athlétisme (2e journée) : Abdelmalik Lahoulou décroche le bronze sur 400M haies    JM/Boxe dames : Hadjila Khelif (-60 kg) offre à l'Algérie une 2e médaille d'or    60e anniversaire de l'Indépendance: l'ANP organise un défilé militaire mardi prochain    Sommet de l'Unesco : Belabed met en avant l'intérêt accordé par l'Etat à l'éducation et à l'enseignement    Le ministre de la Communication installe les nouveaux DG d'El Chaâb et d'El Massa    Lamamra à Beyrouth pour prendre part à la Réunion consultative des ministres arabes des Affaires étrangères    OM: Sampaoli, c'est fini ! (officiel)    Assurances: le DG de la CNMA, Cherif Benhabilès, élu vice-président de l'OAA    Formation/enseignement professionnels: diversifier les offres de formation en tenant compte des spécialités prioritaires    Front Polisario: le massacre horrible perpétré par les autorités marocaines contre les migrants africains, "un crime presque parfait"    Inter Milan: Onana et Mkhitaryan, c'est signé !    Aïd Adha: mise en place d'un système d'encadrement sanitaire au niveau des points de vente de bétail et abattoirs autorisés    Grand Prix Assia Djebar du roman : les lauréats distingués à Alger    JM 2022: Oran vibre au rythme de la mode algérienne et de l'habit traditionnel    Sidi Bel-Abbes: ouverture du festival international de danse populaire    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    Tlemcen: Les promesses du PDG de Sonelgaz    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Amnesty International appelle l'occupant marocain à arrêter de "harceler" les militantes sahraouies
Publié dans Algérie Presse Service le 28 - 05 - 2022

Amnesty International a appelé les autorités marocaines à mettre fin au "harcèlement" et aux "violences" visant les militantes sahraouies des droits de l'Homme après que des policiers et des agents des forces d'occupation marocaines aient violemment agressé récemment cinq militantes sahraouies à Boujdour occupée au Sahara occidental.
L'organisation non gouvernementale, basée à Londres, a dit avoir enquêté sur les circonstances de ces attaques distinctes survenues contre cinq militantes sahraouies les 15 et 16 avril dans la ville occupée de Boujdour.
D'après la même source, les militantes sahraouies Zeinab Babi, Embarka Al Hafidhi, Fatima al Hafidhi, Oum Al Moumin Al Kharashi et Nasrathum (Hajatna) Babi ont été prises pour cible après avoir participé à des manifestations pacifiques en faveur du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination, et après avoir publiquement exprimé leur soutien à Sultana Khaya, militante des droits de l'Homme qui vit depuis novembre 2020, en résidence surveillée dans sa maison à Boujdour.
Des agents des forces de sécurité en civil et des policiers marocains ont donné à ces femmes des coups de bâton, et les ont rouées de coups de poing et de pied. Une femme a perdu connaissance et sa main a nécessité une opération de chirurgie reconstructive. Deux de ces femmes ont dit avoir été agressées sexuellement, a fait savoir Amnesty.
"Ces femmes ont exercé de manière pacifique leur droit à la liberté d'expression et de réunion, et pourtant elles ont été victimes d'agressions brutales, qui leur ont valu des entailles, des hématomes et, dans au moins un cas, des os brisés", a déclaré Amna Guellai, directrice adjointe pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à Amnesty International.
"Jusqu'à présent, les responsables présumés ont bénéficié de l'impunité la plus totale (...)", et "les autorités marocaines ont posté des membres des forces de sécurité devant les logements des militantes, ce qui les effraie et les dissuade de sortir", a-t-elle ajouté, appelant "les autorités marocaines à mettre fin au harcèlement et aux violences visant les militants et militantes sahraouis...".
Les cinq militantes sahraouies se trouvaient dans la rue à Boujdour, la plupart d'entre elles se dirigeant vers la maison de Sultana Khaya afin de se joindre à des manifestations pacifiques sur le toit de celle-ci, lorsqu'elles ont été agressées séparément par des groupes d'agents des forces de sécurité marocaines, a-t-on précisé de même source.
Présidente d'une organisation appelée Ligue pour la défense des droits humains et contre le pillage des ressources naturelles, Sultana Khaya est connue pour militer haut et fort, de façon pacifique, afin d'obtenir que le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination soit respecté.
Les autorités dl'occupation marocaines maintiennent arbitrairement Sultana et sa famille en résidence surveillée depuis novembre 2020. Durant cette période, les forces marocaines ont fait subir des actes de torture et d'autres formes de mauvais traitements à ces personnes, notamment des agressions sexuelles et des viols.
Les autorités d'occupation imposent de longue date des restrictions arbitraires aux droits des Sahraouis à la liberté d'expression, de réunion pacifique et d'association, en particulier quand l'exercice de ces droits est en relation avec le statut du Sahara occidental.
A cet effet, Amnesty International demande aux autorités marocaines d'"honorer les obligations qui leur sont faites, en vertu du droit international relatif aux droits humains, de respecter les droits à la liberté d'expression, d'association, de réunion pacifique, ainsi que le droit de ne pas faire l'objet de torture et d'autres formes de mauvais traitements".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.