Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ramadhan à Tizi Ouzou : Le CRA ouvre 11 restaurants
Publié dans El Watan le 07 - 09 - 2008

Comme chaque année et durant tout le mois sacré, des âmes charitables se manifestent pour venir en aide aux nécessiteux. Outre le Croissant-Rouge algérien qui n'a pas dérogé à la tradition, des bienfaiteurs se joignent à une opération de solidarité qui marque le mois de Ramadhan dans la wilaya de Tizi Ouzou.
Le Croissant-Rouge algérien, comité de wilaya de Tizi Ouzou, mobilise ses troupes, ces jours-ci, à l'occasion du mois sacré, pour venir en aide aux personnes nécessiteuses. La traditionnelle opération de solidarité a été mise en branle à travers plusieurs localités de la wilaya de Tizi Ouzou. Selon le président de cette organisation humanitaire, Hakim Aït Hamadouche, en l'occurrence, onze restos errahma ont été ouverts à Draâ El Mizan, Boghni, Ouadhias, Béni Douala, Larbâa Nath Irathen, Aït Agouacha, Aïn El Hammam, Tizi Ouzou, Bouzguène, Fréha et Sidi Naâmane. Aussi, les jeunes bénévoles du CRA procèdent également à la distribution des couffins alimentaires aux démunis, en attentant le don de Sonatrach, dont bénéficiait le CRA depuis quatre ans.
« Avec l'aide de la direction de l'action sociale, l'entreprise Cévital et le comité national, nous distribuons pas moins de 1500 repas chaque jour à travers les 11 restaurants du CRA », précise M. Aït Hamadouche qui ajoute qu'une campagne de circoncisions pour 300 enfants nécessiteux et des visites au chevet des malades, figurent également dans le programme de solidarité durant ce mois de jeûne. Dans la ville des genêts, des restaurants du cœur ont ouvert leurs portes aux démunis et autres passagers, à l'heure de f'tour, histoire de rester toujours dans le sillage de l'action humanitaire que connaît la région depuis des lustres. C'est dans ce sens, d'ailleurs, qu'un industriel de la région a ouvert un restaurant errahma. Ce geste fait preuve de piété en ce mois de carême surtout lorsqu'on sait que la pauvreté progresse et la misère monte d'un cran en Kabylie.
Ainsi donc, Lazib Abdenour a transformé son restaurant, sis au centre-ville de la capitale du Djurdjura, en resto du cœur pour assurer un repas chaud aux personnes démunies tout au long de ce mois de jeûne. Le propriétaire de ce restaurant a préféré se recycler en auberge pour les SDF et autres passagers, rompant ainsi avec la tradition commerciale qui fait sa vocation. L'endroit est convoité chaque jour par des centaines de jeûneurs. Depuis le début de ce mois sacré, le restaurant en question sert quotidiennement une moyenne de 500 repas, dont 360 à emporter. Parfois, plus, et ce, en fonction du nombre de demandeurs. L'on rencontre des habitués des lieux, des personnes issues des couches sociales défavorisées et même des travailleurs dont le revenu ne permet pas de prendre un f'tour à hauteur de 250 ou bien 300 DA. Les plats y sont généralement opulents avec au menu, la chorba, plat de résistance, limonade, dattes et fruits, quotidiennement comme tient à le préciser M. Abarab à qui incombe la gestion de cet établissement. Autrement dit, c'est un plat exclusivement « ramadhanesque ». Les préparatifs commencent généralement la matinée pour être fin prêts, quelques heures avant la rupture du jeûne et dans le souci de permettre la distribution des plats à emporter et procéder à la mise en place de la salle.
Un groupe de huit travailleurs du restaurant épaulés par des jeunes bénévoles s'occupent de la préparation des tables, à 18h, soit un peu plus d'une heure avant le f'tour. A 18h50, les jeûneurs se mettent à table. Les deux rangées, longeant la salle, sont pleines. Il ne reste plus aucune place. Les serveurs s'affairent à servir la chorba. Il reste encore vingt minutes. Mais, d'autres arrivent. Le gérant essaye de les rassurer : « Vous attendez un peu de temps seulement à l'extérieur. Il y en a pour tout le monde. »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.