Présidentielle 2019: Le report, une solution à «l'impasse» ?    Exception d'inconstitutionnalité: Le plaidoyer de Louh    Tébessa: Un programme d'urgence pour l'eau potable    Argent de la diaspora: Les Algériens, derniers de la classe    Leurs dossiers acceptés mais ils ne peuvent accéder au site pour le paiement: Sit-in des souscripteurs devant la direction régionale de l'AADL    Un pacte self-service    FAF - Coupe d'Algérie (1/32e et 1/16e de finale): Place aux émotions et gare aux surprises !    LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur    Ligues 1 et 2: Où est passé le bilan chiffré de la compétition ?    Axe Gdyel - Hassi Ben-Okba: Un octogénaire meurt dans une collision entre un camion et une voiture    Tebessa: 2 à 15 ans de prison dans une affaire de terrorisme    Affaire du magistrat tué à Sidi Bel-Abbès: L'épouse de la victime, sa fille et un complice écroués    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)    Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas    Karim Wade saisit la Cour de justice de la Cedeao pour pouvoir être candidat    Kia Al Djazair introduit le GPL sur 3 de ses modèles    Land Rover Algérie : Plusieurs offres promotionnelles aux ateliers SAV    Des milliers de manifestants marchent pour les libertés    Le FLN pour une nouvelle sérénité    1ère Foire commerciale intra-africaine Participation de l'Algérie au Caire    Copa Libertadores : River Plate s'adjuge le titre face à Boca Juniors    Le poids de la crise    La poursuite de l'ouverture chinoise renforcera sa croissance    Les solutions "miracles" de Chakib Khelil    Benghabrit hausse le ton et menace…    Un test de dépistage en 10 minutes    Ouyahia contrarié ?    18ème Salon AutoWest : L'industrie automobile nationale à l'honneur    Commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 : Aïn Témouchent abritera les festivités nationales    Master-class d'instruments traditionnels en décembre    La vie perturbée de la CAN-2019    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    Six personnes ont trouvé la mort en 24 H    «Prémunir le retour à la décennie noire qui a failli détruire l'Etat national»    Ghezzal retrouve la compétition    L'Algérien Ferhat retrouve ses talents de passeur    L'ONPLC annonce l'élaboration d'une cartographie des dangers de corruption    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    «Am not your negro» et «L'autre côté de l'espoir» lauréats des Grands prix    «Brossi» décroche la «Grappe d'Or»    ORAN : 2 ‘'passeurs'' arrêtés et une barque saisie    Repêchage de deux corps sans vie sur deux plages de Ben M'Hidi    Le communiqué déroutant de la coalition    «C'est un jour important pour moi»    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Barbie Vs Fulla : un combat politique ?
Publié dans El Watan le 07 - 09 - 2008

La petite poupée voilée Fulla a réussi à évincer Barbie de la kyrielle de gadgets, cartables, blouses, trousse et étiquettes… Il devient de plus en plus rare de retrouver la petite blonde sexy à l'effigie des articles scolaires. Est-ce là une preuve que la société algérienne devient plus proche du modèle Fulla que de celui de Barbie ? Décryptage.
Née en 2003 en Syrie et fabriquée en Chine, la petite Fulla a été vendue à au moins 4 millions d'exemplaires dans le monde arabe. Le succès de la poupée voilée était d'abord lié à la fermeture brutale du marché saoudien à Barbie. Mais le phénomène « Fulla » s'est rapidement propagé grâce à un excellent plan marketing. Les fabricants de Fulla ont fait en sorte à ce que les fillettes du Maghreb et du Moyen-Orient s'identifient davantage dans les traits de Fulla (yeux marrons, longs cheveux d'ébène) que dans ceux de la blonde aux yeux bleus. Comme dans les rues algériennes, Fulla porte, le plus souvent, un hidjab « soft ». Les concepteurs ont calqué la tenue vestimentaire – islamiquement correcte, s'entend – sur celle du pays dans lequel elle sera vendue. Ainsi, la Fulla de la péninsule arabe porte une austère « abaya » noire, mais en Algérie, au Liban et en Egypte, elle affectionne les couleurs branchées. Les fabricants ont également tenu à gratifier Fulla d'une certaine morale. Pendant que Barbie aime à s'amuser avec son ami Ken, la petite Fulla travaille pour devenir « médecin » ou « enseignante ».
A en croire Fawaz Abidin, responsable de marque pour NewBoy Design Studio en Syrie, créateur de « Fulla », cité par le New York Times, « il ne s'agit pas juste de mettre un hidjab sur une poupée Barbie. Il faut créer un personnage auquel parents et enfants peuvent s'identifier. Fulla est honnête, douce, attentionnée et elle respecte son père et sa mère ». Le plan marketing de l'entreprise syrienne a ainsi réussi à mettre en danger Barbie sur le marché algérien. Dans le marché de Belcourt, même les femmes non voilées achètent des cartables Fulla à leurs filles. Mais pour ce qui est des poupées, dit-on, la Barbie reste indétrônable. La poupée Fulla s'adresse surtout à la frange religieuse de la société. On peut acheter des taille-crayon, des trousses ou des étiquettes à l'image de Fulla, mais quand on veut une poupée, on cherche généralement une Barbie, nous dit un vendeur de jouets près de Belcourt.
Le succès de Fulla est symptomatique d'un état d'esprit. Il intervient au moment où le nombre de jeunes filles qui mettent le foulard explose. Lancée au début de la guerre d'Irak, les sociétés arabes avaient besoin d'images rassurantes. Les commentateurs arabes louent cette poupée qui « nous » ressemble, qui véhicule des valeurs qui sont les « nôtres » et qui – surtout – tranche avec cette « américaine » de Barbie. La réussite de Fulla est avant tout, politique. Pour s'en convaincre, il suffit de lire les titres triomphants de la presse arabe : Fulla l'emporte sur Barbie, Fulla détrône Barbie et Fulla fait un tabac... Ce serait, d'après eux, la victoire de la fille du « bled » sur « l'icône importée ». Barbie, qui doit bientôt fêter ses 50 printemps, s'en retrouve un peu déboussolée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.