Le FLN part en favori    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Bouchareb ne va pas durer longtemps    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    La revanche des riches    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Défaitisme    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lac de Réghaïa : Menacé par l'urbanisation
Publié dans El Watan le 24 - 09 - 2008

Le marais côtier de Réghaïa est considéré comme un site d'importance internationale, car il constitue le dernier vestige de l'ancienne Mitidja. Il reste, actuellement, la seule zone humide de la région biogéographique de l'Algérois qui donne face directement à la mer Méditerranée, permettant ainsi de jouer un rôle d'étape pour les oiseaux migrateurs après leur traversée de la Méditerranée », peut-on lire dans les annales de la Direction générale des forêts (DGF).
Pourtant, le lac subit des dégradations sans cesse croissantes et qui portent atteinte à la faune et à la flore. « Ce n'est pas nouveau », pourrait-on dire puisque le lac est connu pour être le dépotoir d'environ 80 000 m3 d'eau polluée par jour. Cependant, en plus d'être le réceptacle des eaux urbaines, industrielles et agricoles, c'est à son paysage que l'on s'est attaqué.
Les berges en pente pouvant servir à l'agriculture sont exploitées aujourd'hui pour la construction de logements. Sur son versant sud, des immeubles de plus de 6 étages se dressent, bloquant l'horizon. Les montagnes bleues de la Mitidja, enveloppées dans un coton d'humidité, sont cachées en partie par les nouvelles bâtisses. L'homme est venu investir les lieux et avec lui quantité de gravats, de sachets en plastique et d'ordures en tous genres. Ce site, qui recueille des oiseaux migratoires puisqu'il est à mi-chemin entre les voies migratoires classiques de Gibraltar et du détroit sicilo-tunisien, est exploité à des fins urbaines où le béton s'impose en maître des lieux. La nouvelle cité qui vient de pousser sur les berges n'a même pas le luxe d'être orientée sur le lac afin d'offrir à ses résidants une vue sur le lac et conférer ainsi au lotissement un cachet de standing. Les immeubles semblent avoir été déposés là, sans aménagement ayant pu trouver consensus entre protection de l'environnement et habitat.
Une faune et une flore remarquable
Son eau est plate et fait miroir avec un ciel automnal qui annonce quelques gouttes de pluie. Les foulques traversent en bande la partie centrale du marais et produisent un gloussement caractéristique. Les roseaux sont l'abri des libellules bleues et un héron prend son envol majestueux, apeuré par des bruits étrangers. Bordé de part et d'autre par des berges en pente, le lac est séparé de la mer par un pré dans lequel les moutons broutent tout ce qui ne ressemble pas à une poubelle. Quelques palmiersont occupé les lieux lorsque des bosquets touffus n'ont pas pris le relais. La jacinthe de mer, qui marque la transition entre l'été et l'automne, se dresse de tout son long pour offrir son élancement à la brise marine.
Le lac de Réghaïa est alimenté par trois cours d'eau, selon les recueils de la DGF. Il s'agit de l'oued Réghaïa, l'oued El Biar qui prend naissance aux environs de la zone industrielle Réghaïa-Rouiba, et l'oued Boureah qui est un affluent de l'oued El Hamiz. Tous trois alimentent le marais qui, lui-même, alimente le réseau d'irrigation d'un périmètre agricole de plus de 1200 ha. L'eau du lac est douce, mais très polluée. « Les concentrations de certains polluants ont dépassé les normes internationales requises », soutient la DGF. Des polluants qui mettent en péril des écosystèmes spécifiques et complémentaires, trouvant la passerelle menant du lac au pré et du pré à la mer. Son rôle, qui consiste à contenir les crues des oueds et préserver certaines espèces comme le héron qui ne peuvent nidifier ailleurs, risque d'être bouleversé par l'invasion bétonnière. Il faut savoir que 233 espèces végétales ont été recensées, soit l'équivalent de 13% de la flore du Nord de l'Algérie. De même, la zone humide héberge plus de 203 espèces d'oiseaux, dont 82 d'eau, parmi lesquelles, 4 espèces sont rares et protégées par la législation internationale : Aythya nyroca, Marmaronetta angustirostris, Pophrio orphyrio, Oxyura leucocephala et 55 espèces sont protégées par la réglementation algérienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.