FLN: Ould Abbès démissionne    Présidentielle : on se perd en conjectures !    Le pétrole, toujours    Le FFS dénonce: Le projet de loi de finances 2019 «présenté de façon expéditive»    Devant le durcissement de la grève des mécanos: Air Algérie multiplie les suspensions    Ce n'est pas Trump le problème mais l'Amérique qui l'a élu    Europe: «Brexit or not Brexit ?»    EN - Les Verts dès demain à Lomé: Belmadi mobilise ses troupes    Quarante blessés à l'issue du match MCA-USMBA: Enquête sur une vidéo de supporter tabassé par des policiers    WA Tlemcen: Biskra, un cap important pour le Widad    Trois jours d'examens et contrôle continu: La nouvelle formule du bac en 2020    Constantine - Grippe saisonnière: Les stocks de vaccins épuisés en moins d'un mois    La commune d'El Kerma peine à établir la liste des bénéficiaires: 216 logements sociaux pour plus de 5.000 demandes déposées    France 1914-1918 : centenaire de l'Armistice, le 11 novembre    Le virus des primaires    Est-il Halal de prier à la grande mosquée d'Alger ?    Hamas plonge Israël dans une crise politique    Bedoui : " L'Algérie est sur de bons rails vers un lendemain meilleur "    Situation économique et sociale alarmante dans la wilaya de Khenchela :    En maintenant son budget : L'Italie refuse de plier face à Bruxelles    FLN : Démission de M. Ould Abbes pour des raisons de santé    M. Kamal Aksous : La sous-traitance a été victime de l'économie de rente et des importations à large échelle    Bouteflika convoque le collège électoral    FLN : Ould Abbès "débarqué"    Les assiettes foncières inexploitées seront mises à la disposition des porteurs de projets    La JSK renoue avec la victoire    Des otages druzes libérés portent en triomphe Bachar el-Assad    Arnaud Montebourg nouveau président de l'Association    2e édition du prix Cheikh Abdelkrim-Dali à Alger    Saisie de 144 kg de viande blanche et 1 914 unités de fromages    Projet de réorganisation du baccalauréat: Une campagne d'information lancée en 2018/2019    Journées d'études sur la labellisation des produits artisanaux à Tlemcen: La poterie de Bider et la dinanderie de Constantine retenues    Le Hamas et l'Etat hebreu: Crise politique en Israël    ORAN : 4 ‘'harraga'' arrêtés sur la plage de Bomo    LE PRESIDENT BOUTEFLIKA CONVOQUE LE COLLEGE ELECTORAL : Les sénatoriales pour le 29 décembre    FLN : Djamel Ould Abbès démissionne après un malaise    La surcharge des classes irrite les enseignants du lycée Saoudi-Abdelhamid    «Les joueurs ont une revanche à prendre»    Selon Bernaoui «l'organisation a coûté 5 millions de dinars»    Olufadé libéré, Boukari et Gilles Sunu forfait    L'échec programmé de Rome    Donald Trump s'en prend avec virulence à la France et à Emmanuel Macron    Tayeb Louh, publiquement désavoué par Ould Abbès    CSC-USMBA : de la gloire au déclin    Ne plus "donner d'argent aux enfants de migrants africains"    Célébration du Mawlid Ennabaoui : Activités et concours dans les écoles coraniques    Disney : Les exploits des super-héros font les affaires de Mickey    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LAC DE REGHAÏA
Une réserve naturelle à protéger
Publié dans El Watan le 08 - 09 - 2004

La réserve naturelle du lac de Réghaïa, qui s'étend sur une superficie d'environ 550 ha, abrite un plan d'eau et des marais de 150 ha. Le site d'importance internationale est un réservoir de biodivérsité que menacent le rejet des eaux industriels, le pompage excessif des agriculteurs et l'extraction de sable au niveau de la dune qui sépare le lac de la mer.
Sur une centaine de zones humides, « l'Algérie a réussi à inscrire 26 sites sur la liste Ramsar d'importance internationale dont le tout dernier est la réserve naturelle du lac de Réghaïa classée en juin 2003 », nous dit Mlle Narimane Derghal, ingénieur agronome. Relevant de la direction des forêts (ministère de l'Agriculture), le lac de Reghaïa assure en son sein nombre de missions. Coincé entre Aïn Kahla (commune de Heraoua) et l'agglomération de Réghaïa, le lac de Réghaïa est alimenté par Oued Réghaïa, dont la grandeur du bassin versant est de 75 km2, Oued El Biar, les précipitations et les apports des nappes phréatiques. Une virée dans ce site nous a permis de saisir la portée de ce réservoir d'eau et la richesse de la diversité biologique remarquable qu'il constitue. « Un patrimoine faunique composé de plus de 200 espèces d'oiseaux sédentaires et migrateurs et une flore riche de 233 espèces peuplent la réserve naturelle », nous fait savoir le chef du département technique de la réserve naturelle, Djamel Bachiri, qui guide nos pas le long d'une roselière qui entoure la lisière du lac. Bordée d'une ceinture étroite de maquis que caractérisent une végétation buissonnante et des lianes, la réserve naturelle représente un véritable écosystème de l'Algérois (lacustre et marécageux, forestier, dunaire et marin). Elle contribue à l'épuration des eaux et permet la nidification des espèces aquatiques dont nombre d'entre elles sont protégées par la législation internationale, comme la sarcelle marbrée ou la poule sultane. Outre le centre cynégétique qui s'occupe de l'élevage du gibier et du repeuplement de certaines espèces, la réserve naturelle renferme un centre national de baguage et un centre nature pour enfants. Dans le souci de sensibiliser le grand public sur l'importance que revêt cette entité écologique, la direction du site envisage d'ici à quelques mois, d'aménager des espaces de détente.
La pollution menaçante
Côté pollution environnementale, le lac ne constitue pas moins un réceptacle des eaux urbaines et industrielles. Quotidiennement, le marais de Réghaïa reçoit environ 70 000 m3 d'eau polluée, une concentration qui dépasse les normes internationales admises. Ce qui n'est pas sans provoquer la disparition de la végétation aquatique et des poissons d'eau douce comme la carpe royale et l'anguille. Faut-il rappeler que la station d'épuration mise en service en 1997 continue de traiter mécaniquement les polluants organiques (eaux usées domestiques) alors que le traitement chimique de déchets des produits de tannerie, sidérurgie, imprimerie, produits détergents, construction mécanique, etc., provenant des zones industrielles de Réghaïa et de Rouiba n'est pas fonctionnel. Le pompage excessif du lac pour l'irrigation des terres agricoles alentour, l'extraction de sable des dunes en aval sont entre autres facteurs qui concourent à la déstabilisation de l'écosystème et mettent, par conséquent, en péril cette entité écologique, tient à souligner notre interlocuteur. Par ailleurs, le lac est un site qui a été choisi pour mener une expérience entre des chercheurs maghrébins entrant dans le cadre des projets MedWet (Méditerranée Wetland) visant la création d'un réseau méditerranéen pour la gestion des zones humides et la mise en place d'une unité focale ou un forum de dialogue global sur l'agriculture, l'eau et les zones humides dans le Maghreb. Ces projets qui s'élèvent à 1 350 000 euros sont financés en grande partie par la NAWN (Réseau nord-africain des zones humides) et l'organisation allemande Inwent Capacity Building International.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.