Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Liverpool: l'hommage de Klopp à Maradona    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Entre avancées et entraves    «Nous avons un groupe homogène»    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pénurie des marques étrangères
Tabac
Publié dans El Watan le 15 - 10 - 2008

Plusieurs marques de cigarettes étrangères connaissent, depuis quelques jours, une pénurie chez les buralistes, à l'instar des Marlboro, Winston, Gauloise et LM. Chez certains buralistes, ces produits sont même inexistants. Cette disette dure depuis l'Aïd el Fitr, ce qui a contraint les buralistes à ne travailler, ces derniers jours, qu'avec leurs stocks.
Conséquence : les cigarettes importées du Moyen Orient, de Dubaï plus exactement, coûtent plus cher sur le marché. Fabriquées en Suisse et commercialisées par Staem, née d'une joint-venture entre la Société nationale des tabacs et allumettes (SNTA) et un consortium émirati d'investisseurs arabes qui détiennent la majorité du capital social (51%), ces marques sont actuellement cédées chez certains buralistes d'Alger entre 130 et 150 DA le paquet. D'aucuns se posent des questions sur les raisons de cette pénurie. Si pour l'heure, elles demeurent inconnues, certaines sources n'hésitent pas à les lier aux intentions de la Staem de vouloir augmenter les prix de ces cigarettes, ce que les pouvoirs publics algériens n'auraient pas accepté. Ce qui aurait contraint cette entreprise à ne pas honorer ses engagements d'alimenter en quantité suffisante le marché algérien.
Selon des professionnels, les cigarettes ont connu une augmentation des prix dans le pays d'où elles proviennent. D'autres expliquent cette situation de « crise » par l'obligation faite par le ministère des Finances aux importateurs, fabricants et producteurs, de se doter d'une carte fiscale magnétique pour pouvoir continuer à travailler. Cette carte comporte le numéro d'identification fiscale qui constitue une pièce de domiciliation bancaire. Les retards dans la délivrance de cette carte magnétique expliqueraient la situation. Il convient de se demander toutefois si cette pénurie n'est pas organisée pour permettre d'écouler les stocks de cigarettes de contrebande, fabriquées dans des ateliers clandestins, sans contrôle ni respect des normes et qui présentent un danger réel pour la santé des consommateurs. Quelque 394 000 cartouches de cigarettes de marques étrangères, dissimulées dans 11 conteneurs, ont été saisies le 6 juillet dernier par les Douanes algériennes au port d'Alger. Nos tentatives de contacter l'entreprise importatrice de ces marques étrangères sont restées vaines. Le marché algérien du tabac est estimé à quelque 1,2 milliard de cigarettes par an, dont une part de 20 à 25% revient aux marques étrangères, selon certaines estimations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.