«Non c'est non !»    «Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    Si Boutef m'était conté    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    Ouverture «courant 2019» de trois antennes du CRMA    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Textile et cuirs
La fédération s'oppose à la privatisation
Publié dans El Watan le 28 - 12 - 2004

La Fédération nationale des travailleurs des textiles et cuirs (FNTTC) emboîte le pas aux autres fédérations affiliées à l'UGTA ayant déjà formulé leur position concernant les privatisations des entreprises publiques.
La FNTTC a affirmé clairement, hier, lors d'une conférence nationale de ses cadres syndicaux, tenue au siège de la centrale syndicale, son opposition « irrévocable » à la stratégie industrielle du gouvernement prévue pour les entreprises publiques. Une position qu'elle envisage de soumettre au secrétariat général de l'UGTA dans les prochains jours. « Notre position par rapport à la démarche du gouvernement n'a pas changé d'un iota depuis septembre dernier », a déclaré le secrétaire de la fédération, Youcef Saïdi. Car, de son avis, « telle qu'elle est prônée, la privatisation du secteur du textile et cuirs est semée d'illusions ». Il qualifie la démarche du gouvernement de « démantèlement d'une industrie qui n'a pas épuisé ses capacités de participer au développement national en fournissant richesse et emploi ». Alors que le gouvernement parle d'« une démarche qui vise à promouvoir une économie productive et compétitive qui se fonde sur la nécessité de réunir les conditions favorables aux entreprises publiques et privées », l'on assiste sur le terrain, a-t-il regretté, à « un rouleau compresseur qui fait son œuvre de destruction ». Selon lui, c'est la totalité des 74 entreprises du textile et cuirs qui est proposée à la privatisation. M. Saïdi fait état de près de 80 000 travailleurs du textile et cuirs qui sont mis à la porte et de 29 entreprises du secteur fermées. Des entreprises auxquelles on a scellé les portes à cause de leur endettement. Mais la fédération du secteur ne doute pas de la progression du chiffre d'affaires des EPE du secteur qui a permis, soutiennent-elle, d'éponger leurs dettes. Chiffres à l'appui, le SG de la fédération dira qu'en termes de crédits, la part des EPE est passée de 81% à 57% alors que le secteur privé connaît, à ses yeux, une forte croissance, passant de 19% à 42% en 2003. Un secteur privé qu'il qualifie même de « parasitaire » car ne payant pas sa fiscalité. « La part dans la fiscalité ordinaire du privé ne dépasse pas les 6% en 2003 », ce qui dénote, aux yeux de la FNTTC, « le niveau de fraude et d'évasion la fiscales ». Selon lui, malgré le chiffre d'affaires colossal réalisé par 188 000 entreprises privées, seuls 600 000 travailleurs sont déclarés à la sécurité sociale. En fait, la fédération de l'UGTA demande un traitement égalitaire, mais seulement pour les entreprises qui sont de véritables sources de création de richesse et d'emploi pour le pays. Elle ne s'oppose pas au partenariat, celui qui fera faire participer les travailleurs. En somme, la FNTTC revendique l'octroi d'une chance avec « comme seul garant l'Etat », accompagnateur et régulateur. D'ores et déjà, les travailleurs du secteur comptent se mobiliser pour faire du 24 février une journée contre les privatisations sauvages et la sauvegarde du secteur public. Une occasion au cours de laquelle il faudra exiger, d'une part, un plan de relance pour le secteur et, d'autre part, des crédits aux repreneurs à octroyer aux EPE concernées sur la base d'un véritable contrat de relance.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.