Touggourt/campagne labours-semailles: plus de 200 ha consacrés à la céréaliculture    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Affaires religieuses: renforcement du référent national    Près de 6000 bouteilles d'huile saisies en 24 h    Nice : Le petit pont de Atal sur Neymar (Vidéo)    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    La promotion des cultures stratégiques dans les zones sahariennes passe par la prise en charge des difficultés    Armée sahraouie: de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans le secteur d'El-Bekari    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Grazie Meloni !    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    EHU 1er Novembre: Plus de 200 participants aux journées régionales de néphrologie    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Une sérieuse alerte    Un expert américain porte l'estocade    Pays pauvre du Sahel en proie aux violences terroristes    Gazprom suspend ses livraisons à l'italien Eni    Une hausse prévisible    L'Etat à la rescousse des travailleurs    La contre-attaque par les chiffres    «La confiance du peuple a un coût»    «Le consensus est une exigence historique»    Tension sur le lait infantile    Der Zakarian s'explique pour Belaïli    Les Algériens fixés sur leurs adversaires    De Ciné Gold à la résidence d'Yves Saint Laurent    «La vie d'après» décroche El Kholkhal d'or    Mouloudji prend part    Attaché à ses principes, le FFS place l'intérêt suprême du pays au-dessus de toute autre considération    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Le diagnostic doit être prématuré    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hommage au musicien
Centenaire de la disparition de Sfindja
Publié dans El Watan le 14 - 12 - 2008

C'est parce que le regretté Sfindja était un professeur hors pair, aujourd'hui ignoré par le public algérien, que l'illustre musicien et musicologue Sid Ahmed Serri a voulu qu'un hommage lui soit rendu.
Le maître estime que Mohamed Benali Sfindja est son arrière-arrière-grand-père spirituel puisque son professeur, le regretté, Abderrezak Fekhardji, a été l'élève de Mohamed Bentefahi qui lui-même a été le disciple de Sfindja. C'est en fait, un chaînon qui n'a jamais été rompu. Sid Ahmed se désole de constater que les dernières et les actuelles générations ne connaissent rien de l'homme. « Nous avons tenu à marquer cette date importante car sans Sfindja, le répertoire d'Alger n'aurait pas existé ». « La musique andalouse, dira-t-il, continue d'être enseignée dans des conditions précaires ». L'Etat se doit de prendre en charge cette musique. « Cette dernière se doit d'être enseignée dans les écoles ». Né à Alger en 1884, Sfindja était l'élève du maâlem Abderrahmane Menemeche. Initié à l'art de la çanaâ, il excella dans la nouba et dans tous les genres apparentés à celle-ci. Joueur de kwitra, il forma plusieurs musiciens qui deviendront plus tard des monuments. Parmi ses disciples juifs et musulmans, citons maâlem Saûl Durant, alias Mauzino, Abderrahmane Saïdi, Mohamed Ben Teffahi, Edmond Yafil. Ce dernier ne voulait pas que Sfindja disparaisse sans laisser derrière lui une empreinte. Il aida ainsi Yafil à rassembler l'ensemble des textes des mélodies du corpus de la çanaâ dans un livre édité en 1904, une des sources les plus sûres en ce qui concerne les poésies chantées. Poussé par Edmond Yafil, Sfinja enregistra des disques en 1901, laissant un nombre appréciable d'enregistrements qui regroupent tous les genres de la çanaâ. Ainsi, la soirée sera animée par une soixantaine d'élèves issus des trois associations musicales, en l'occurrence El Fen El Açil (Koléa), El Anadil (Chéraga) et El Fekhardjia (Alger) et ce sous la direction de Sid Ahmed Serri.
Des associations qui donneront, à coup sûr, le meilleur d'elles-mêmes. La première partie de la soirée sera réservée aux trois associations en question qui interpréteront de douces Inqilabate et Insirafate sous le mode dil. Le clou de la soirée sera, incontestablement, le passage tant attendu et espéré du maître Sid Ahmed Serri. Avec le talent qu'on lui connaît, il exhumera de sa voix de ténor quelques morceaux choisis de la nouba h'cin dont le célèbre derdj intitulé Dharabetni bi khandjari mouqlateyha. Notons que le concert en hommage à Sfindja, qui sera donné par un ensemble musical constitué par trois orchestres, interprétera un pot-pourri des diverses pièces musicales dont les plus belles Inqilabate et Insirafate du mode dil. La deuxième partie de la soirée sera rehaussée par le professeur Ahmed Serri qui chantera une nouba h'cin dont le fameux derdj intitulé Dharabetni bi khandjari mouqlateyha (Elle m'a rossé avec la dague de ses yeux).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.