Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Santé: une "grande importance" accordée à l'application des protocoles thérapeutiques en oncologie    JM Oran-2022 : engouement populaire sans précédent, l'autre succès de la 19e édition    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    Les colons attaquent encore Al-Aqsa    Les anciens ministres Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison ferme    Coup d'envoi de la 13e édition    JM/lutte féminine: Soudani Mestoura en demi-finale    Deux dossiers retenus pour la présidence de la FAF    Crise alimentaire: la FAO appelle à des mesures urgentes    JM: les podiums de la 2e journée    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    CN: le président de la Commission des AE reçoit le président du Groupe d'amitié France-Algérie    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    OL : Aouar ne va pas prolonger son contrat    Face aux séismes    Lorsque la consommation domestique menace l'exportation: Déperdition énergétique et gaspillage    Alger: Incendie dans le parc de l'ETUSA, 16 autobus détruits    Sétif: Trois morts dans un incendie de forêt    Examens du BEM: Un taux de réussite de 55,98%    Football: Algérie-Maroc, aujourd'hui à 17h00: Les Verts pour la confirmation    Exportations hors hydrocarbures: L'objectif de 7 milliards de dollars accessible    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Le terroriste Benhalima révèle la structure organisationnelle de " Rachad ", ses sources de financement et ses relations avec le " MAK "    Riga débarque    Le club otage des forces occultes    Des contrats menacés par le blocus pétrolier    Plus de 30 villageois dont des enfants tués    La base constitutionnelle seule au menu    Tosyali décroche le trophée    Echos d'un procès figé    Bâtonnat d'Alger: au boulot    Plus de peur que de mal    La réussite au BEM fêtée avec faste    Le FFS dérange les forces occultes    Comme une lettre à la poste    Peut-on réussir la transition?    Comment l'émigration a lutté contre l'OAS    C'est parti pour la 13e édition    Karima et Yousra enchantent le public    Alerte Algérie : le prisonnier d'opinion Mohamed Azouz Benhalima est en danger    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    22e Festival culturel européen: l'Italie et la France à l'honneur    "M'tember", exposition collective d'artistes inaugurée à Alger    Carnage à Melilla ou l'épouvantail de l'immigration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ahmed Serri rend hommage à Sfindja
CENTENAIRE DE LA MORT DE CE GRAND MUSICIEN
Publié dans L'Expression le 13 - 12 - 2008

Il est l'un des premiers musiciens à avoir contribué à la sauvegarde de notre patrimoine musical classique, dit «andalou».
A l'occasion de l'anniversaire du centenaire de la mort de l'artiste algérien Mohamed Sfindja, un concert. En son hommage est prévu demain à 20h30 à salle Ibn Zeydoun de Riad El Feth avec les écoles de musique andalouse El Fen El Açil (Koléa), El Anadil (Chéraga) et El Fekhardjia (Alger), sous la direction de M.Ahmed Serri, l'un des derniers maîtres musiciens qui prépare activement cet événement d'autant plus que Mohamed Benali Sfindja est considéré comme son père spirituel puisque son professeur, le regretté, Abderrezak Fekhardji, a été l'élève de Mohamed Bentefahi qui lui-même a été le disciple de Sfindja.
Notons que le concert en hommage à Sfindja qui sera donné par un ensemble musical constitué par trois orchestres, interprétera un pot-pourri des diverses pièces musicales dont les plus belles Inqilabate et Insirafate du mode dil.
La deuxième partie de la soirée sera rehaussée par le professeur Ahmed Serri qui chantera une nouba h'cin dont le fameux derdj intitulé Dharabetni bi khandjari mouqlateyha (Elle m'a rossé avec la dague de ses yeux).
Pour plus de détails, une conférence de presse réunissant les mélomanes de la musique andalouse, à leur tête Ahmed Serri, ont animé, jeudi matin à la salle Frantz-Fanon une conférence de presse. Une brève présentation de la vie et l'oeuvre d'Ahmed Sfindja a été donnée par Abdelhakim Méziani. Ainsi, nous apprend-on, né à Alger, au XIXe siècle, Mohamed Ben Ali Sfindja a été l'élève du maître Abderrahmane Menemèche. Initié à l'art de la çanaâ d'Alger, cet instrumentise de la kouitra excella dans la musique arabo-andalouse et les genres musicaux dérivés. Selon ce qui se raconte dans les cercles les plus érudits, Sfindja était doté d'une voix exceptionnelle et d'une prodigieuse mémoire. Les grands maîtres de l'Ecole d'Alger, se revendiquent tous de ce maître dont le mérite aura été aussi d'avoir permis la publication du recueil des Noubate de Edmond Yafil, israélite lettré et fin mélomane.
Sfindja forma également plusieurs musiciens qui deviendront plus tard des monuments musicaux. Des relations étroites existaient, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, entre les quessadine et les milieux artistiques de la capitale représentés par Mohamed Sfindja.
Le grand chantre de la musique classique algéroise se joignait souvent aux moudjaouidine, notamment à l'occasion de manifestations religieuses, pour leur apporter le concours de sa voix. Une voix que Mahieddine Bachetarzi eut le privilège de redécouvrir au mausolée de Sidi Ouali Dada, après l'avoir écoutée pour la première fois à l'âge de douze ans, lors d'une soirée familiale, à Djenane Bensemane près de Tixeraïne, dans le fahs d'Alger, non loin de ce qui est aujourd'hui la Parc d'attractions.
Une soirée musicale que le grand maître a animée avec, à ses côtés, Maâlem Mouzino, jouant alternativement du ribab et de l'alto, cheikh Echerif au tambourin, Maâlem Laho Serror à la kouitra et Shalom à la mandoline. Ahmed Sfindja a été parmi ces rares musiciens bien avant Ahmed Serri à s'intéresser à la transcription du fond musical andalou, comme l'a souligné à juste titre notre musicien, professeur et interprète de musique andalouse. Cordonnier de son état, Sfindja a laissé pour la postérité plusieurs enregistrements et autres recueils chantés que le Crasc d'Oran a réédités par le truchement du chercheur Ahmed Amine Dellaï.
Il faut souligner qu'une bonne partie de la transcription de ce legs musical, est l'oeuvre de Mohamed Sfindja et du musicologue Jules Rouanet. Ce dernier était chargé de se documenter sur la musique arabe aux fins d'éditer une grande encyclopédie de musique. Après le décès de Mohamed Sfindja, le 30 juin 1908, une guéguerre opposa, par répliques interposées dans la presse, Edmond Yafil à Jules Rouanet sur la paternité de la transcription.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.