Bedoui condamné à 10 ans de prison ferme    Aubin sous le charme de la police algérienne    Saïda Neghza livre sa thérapie    Un professionnel explique    Les facettes du marché auto    La Chine en deuil après la mort de l'ex-président Jiang Zemin    Huitième tentative ratée pour élire le chef de l'Etat    Un parti dénonce des agressions marocaines «délibérées»    Six pieds sous terre    Place à l'Espagne    Annaba se mobilise pour sa réussite    Le Paris-Djanet et la station de Baraki    Les salines de Feraoun revivent    La loi de l'omerta    «le Vieux Renard» de la Wilaya III    Les historiens au chevet de la «Mémoire»    «Chajarat el maouz» remporte le prix «Keltoum»    Ligue 2: l'ES Mostaganem confirme, l'ES Ben Aknoun nouveau dauphin    L'Algérie abritera la prochaine réunion du réseau parlementaire international de soutien au Sahara occidental    Lamamra tient des rencontres bilatérales en marge de sa participation au Forum ROME-MED    Constantine: saisie de près 8 kg de kif traité et arrestation de 4 personnes    Coronavirus: 4 nouveaux cas et aucun décès    Mondial 2022: la Corée du Sud rejoint le Portugal en 8es de finale, l'Uruguay éliminé    Sahara occidental: la persistance du conflit, une préoccupation majeure pour les citoyens du monde    Le Raï, du berceau rural au patrimoine de l'humanité    32 chercheurs algériens honorés pour leurs contributions scientifiques    Algérie Télécom et Djezzy signent une "convention de partenariat"    Energie et mines : Arkab préside une réunion sur l'adoption par Sonatrach de la norme "ISO 37001"    APN: présentation d'un exposé sur les missions d'information dans les wilayas d'Adrar, In Salah et Bordj Badji Mokhtar    Rendez-vous du théâtre professionnel à Ain El Beida/Oum El Bouaghi : bon accueil du public au spectacle d'ouverture    Opéra d'Alger: retrouvailles festives avec "Lemma Becharia"    L'APS célèbre le 61e anniversaire de sa création    Tribunal de Dar El Beida: les terroristes Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison ferme    Tribunal de Sidi M'hamed : 12 ans de prison ferme contre Ouyahia et 10 ans de prison ferme contre Sellal et Bedoui    Interdiction de fumer dans les lieux publics: Les textes d'application font défaut    Un recul réconfortant    En perspective de la distribution de 5.300 logements ce mois de décembre: Des instructions pour accélérer l'affichage des listes des bénéficiaires    Ligue 2 (8e journée): Des chocs à la pelle    La fin de l'Etat jacobin ?    Sûreté de wilaya: 129 officiers de police prêtent serment    Coopération: Tebboune en Russie avant la fin de l'année    Le badge de l'Emir du Qatar    Ligue 1 (12e journée): Le CRB détrône le CSC, naufrages du MCO et de l'USMK    ALGERIE (NS) UNDERGROUND !    «Nous combattons les idées toxiques»    Entre le Maroc et la France, le grand désamour    Quel avenir pour l'Europe ?    Pourquoi s'auto-dénigrer ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ahmed Serri rend hommage à Sfindja
CENTENAIRE DE LA MORT DE CE GRAND MUSICIEN
Publié dans L'Expression le 13 - 12 - 2008

Il est l'un des premiers musiciens à avoir contribué à la sauvegarde de notre patrimoine musical classique, dit «andalou».
A l'occasion de l'anniversaire du centenaire de la mort de l'artiste algérien Mohamed Sfindja, un concert. En son hommage est prévu demain à 20h30 à salle Ibn Zeydoun de Riad El Feth avec les écoles de musique andalouse El Fen El Açil (Koléa), El Anadil (Chéraga) et El Fekhardjia (Alger), sous la direction de M.Ahmed Serri, l'un des derniers maîtres musiciens qui prépare activement cet événement d'autant plus que Mohamed Benali Sfindja est considéré comme son père spirituel puisque son professeur, le regretté, Abderrezak Fekhardji, a été l'élève de Mohamed Bentefahi qui lui-même a été le disciple de Sfindja.
Notons que le concert en hommage à Sfindja qui sera donné par un ensemble musical constitué par trois orchestres, interprétera un pot-pourri des diverses pièces musicales dont les plus belles Inqilabate et Insirafate du mode dil.
La deuxième partie de la soirée sera rehaussée par le professeur Ahmed Serri qui chantera une nouba h'cin dont le fameux derdj intitulé Dharabetni bi khandjari mouqlateyha (Elle m'a rossé avec la dague de ses yeux).
Pour plus de détails, une conférence de presse réunissant les mélomanes de la musique andalouse, à leur tête Ahmed Serri, ont animé, jeudi matin à la salle Frantz-Fanon une conférence de presse. Une brève présentation de la vie et l'oeuvre d'Ahmed Sfindja a été donnée par Abdelhakim Méziani. Ainsi, nous apprend-on, né à Alger, au XIXe siècle, Mohamed Ben Ali Sfindja a été l'élève du maître Abderrahmane Menemèche. Initié à l'art de la çanaâ d'Alger, cet instrumentise de la kouitra excella dans la musique arabo-andalouse et les genres musicaux dérivés. Selon ce qui se raconte dans les cercles les plus érudits, Sfindja était doté d'une voix exceptionnelle et d'une prodigieuse mémoire. Les grands maîtres de l'Ecole d'Alger, se revendiquent tous de ce maître dont le mérite aura été aussi d'avoir permis la publication du recueil des Noubate de Edmond Yafil, israélite lettré et fin mélomane.
Sfindja forma également plusieurs musiciens qui deviendront plus tard des monuments musicaux. Des relations étroites existaient, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, entre les quessadine et les milieux artistiques de la capitale représentés par Mohamed Sfindja.
Le grand chantre de la musique classique algéroise se joignait souvent aux moudjaouidine, notamment à l'occasion de manifestations religieuses, pour leur apporter le concours de sa voix. Une voix que Mahieddine Bachetarzi eut le privilège de redécouvrir au mausolée de Sidi Ouali Dada, après l'avoir écoutée pour la première fois à l'âge de douze ans, lors d'une soirée familiale, à Djenane Bensemane près de Tixeraïne, dans le fahs d'Alger, non loin de ce qui est aujourd'hui la Parc d'attractions.
Une soirée musicale que le grand maître a animée avec, à ses côtés, Maâlem Mouzino, jouant alternativement du ribab et de l'alto, cheikh Echerif au tambourin, Maâlem Laho Serror à la kouitra et Shalom à la mandoline. Ahmed Sfindja a été parmi ces rares musiciens bien avant Ahmed Serri à s'intéresser à la transcription du fond musical andalou, comme l'a souligné à juste titre notre musicien, professeur et interprète de musique andalouse. Cordonnier de son état, Sfindja a laissé pour la postérité plusieurs enregistrements et autres recueils chantés que le Crasc d'Oran a réédités par le truchement du chercheur Ahmed Amine Dellaï.
Il faut souligner qu'une bonne partie de la transcription de ce legs musical, est l'oeuvre de Mohamed Sfindja et du musicologue Jules Rouanet. Ce dernier était chargé de se documenter sur la musique arabe aux fins d'éditer une grande encyclopédie de musique. Après le décès de Mohamed Sfindja, le 30 juin 1908, une guéguerre opposa, par répliques interposées dans la presse, Edmond Yafil à Jules Rouanet sur la paternité de la transcription.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.