Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    Contours du nouveau socle de la société civile    La BEA en mode «accélération»    Un gisement de richesses négligé    La carte gagnante    La FIFA rétablit une vérité historique    Des documents top secret saisis    Reprise, demain, des rotations de la Minusma    Avec Mahrez sans Messi    Guerre à la parisienne!    Boulahbib de retour aux affaires    Etat d'alerte maximale    L'école privée cherche sa voie    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Société civile: conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Coupe Davis (Match de maintien): victoire de l'Algérie devant le Mozambique (2-0)    Jeux de la Solidarité Islamique: Reguigui remporte la médaille d'argent    Décès du journaliste italien Piero Angela, ami de la Révolution algérienne    Agressions contre Ghaza: 12 violations contre les journalistes palestiniens    La canicule continuera d'affecter l'Ouest et le Centre du pays    La PC prodigue des conseils préventifs sur les risques liés à la canicule    Mahboub Bati, l'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Festival de chanson chaâbi: une soirée célébrant l'œuvre des grands maîtres    Ancelotti dira stop après le Real Madrid    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    Parkinson: Le cri de détresse d'une Association de malades    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Ghannouchi sur le départ ?    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Un policier assassiné    Saïd Chanegriha supervise les derniers préparatifs    Fondateur du roman algérien moderne    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mohamed Sfindja ou le précurseur oublié
Centenaire de la mort du maître de la musique andalouse
Publié dans La Tribune le 13 - 12 - 2008

C'est par une matinée grise et pluvieuse que les fidèles adeptes de la musique andalouse se sont donné rendez-vous, jeudi dernier au cercle Frantz Fanon à Riad El Feth, pour commémorer le centenaire de la mort de l'un des maîtres incontestés de cette musique, Mohammed Ben Ali Sfindja.
C'est autour d'un autre maître du genre, le grand musicien Sid Ahmed Serri -qui est aussi président de la Fédération nationale des musiques classiques-, que quelques figures emblématiques de la musique andalouse algérienne, à l'image du président de l'association El Fekhardjia, Nefil Abdelwahab, du président de l'association les Rossignols d'Alger de Chéraga, Youcef Ouzendjia, du président de l'association El Fen El Acil de Koléa, Ibrahim Beladjreb, ainsi que quelques musicologues se sont rassemblés pour honorer la mémoire de leur défunt maître en présentant à la presse et au public son œuvre et son parcours.
Mais ils devront bien vite déchanter. Car, malgré l'importance de l'événement et du personnage, la presse comme le public sont absents. Sid Ahmed Serri et ses compagnons se retrouvent presque seuls dans la salle et seront ainsi obligés d'annuler la conférence qui s'annonçait riche et intéressante si l'on se fie au parcours brillant de l'artiste. «C'est vraiment dommage que les gens ne soient pas venus», se désole M. Serri. «Quand il s'agit de musique andalouse, on est souvent marginalisé et mis de côté», déclara pour sa part M. Nefil. Même la ministre de la Culture qui est passée rapidement et a quelque peu réconforté les artistes, ne s'attardera pas.
Lassés d'attendre, nous nous sommes rapprochés de Sid Ahmed Serri pour qu'il nous dévoile le menu de sa conférence annulée. «Mohamed Sfindja, de son vrai nom Mohamed Ben Ali Sfindja, est ce qu'on peut qualifier de précurseur. C'est le grand maître de la musique andalouse. Il commença très tôt à s'appliquer dans ce style de musique sous la tutelle d'un autre maître, Abdelrahmane Mnemech, qui lui confiera sa relève après sa mort en 1891. Passionné et travailleur, Sfindja a réussi à acquérir dès ses débuts les clés du succès à travers ses divers concerts au café Mallakof, situé à la Casbah, ainsi que ses représentations dans les mariages», nous dira M. Serri avec une légère nostalgie pour le temps où la musique avait sa place sur la scène algéroise et dans le cœur des Algérois.
Il énumérera ensuite les grandes rencontres que Sfindja a faites dans sa vie et qui lui ont permis de se constituer un riche palmarès. «C'est vrai que Sfindja a acquis une immense popularité chez les Algérois, mais c'est sa rencontre avec le juif mélomane Edmond Yaffie qui propulsera son talent au sommet. C'est d'ailleurs grâce à Yaffie que Sfindja a réussi à enregistrer ses premiers disques qui sont aujourd'hui introuvables. Une autre grande rencontre, celle avec le Français Gil le rayonnant, aidera Sfindja à transcrire sa musique pour publier un recueil de poèmes andalous en 1904 édité par Edmond Yaffie qui avait pris Sfindja sous son aile», révèle M. Serri qui a lui-même suivi les pas de Sfindja en publiant à l'ENAG un recueil des chants andalous en 2003 à l'occasion de l'«Année de l'Algérie en France».
Par ailleurs, les quelques représentants des associations de musique andalouse ont tenu à dénoncer la situation que vit cette musique qu'ils jugent comme une partie noble de notre patrimoine artistique. «C'est grâce à quelques gens fidèles à la musique andalouse que cette musique existe toujours. Des efforts doivent être déployés par les autorités. Nous avons besoin de leur soutien pour que cette musique retrouve son temps de gloire», affirme M. Nefil. En outre, un concert de musique andalouse en hommage à Mohamed Sfindja est prévu demain à la salle Ibn Zaïdoun à Riad El Feth à partir de 18h.
La première partie sera assurée par trois associations, El Fekhardjia d'Alger, les Rossignols d'Alger et El Fen El Acil sous la baguette du maestro Ahmed Serri qui assurera la deuxième partie du concert.
W. S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.