Pour une sortie rapide de la crise : L'élection présidentielle est la seule issue    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Ce ne sont pas de simples mots    Bourses : L'Europe clôture en baisse, la crise italienne pèse    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Sahara occidental: Un professeur américain rejette la propagande marocaine    Yémen: Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Jeux africains-2019-Foot féminin: Victoire de l'Algérie face au Mali 1-0    CAN 2019 (U23), Algérie- Ghana: La sélection algérienne en stage à Sidi Moussa    Paramédical : Plus de 300 places pédagogiques au titre de la nouvelle session de formation dans la wilaya d'Alger    Tourisme : Vers la création de pôles d'excellence en Algérie    Développement local à Illizi : Salah-Eddine Dahmoune constate le dénuement et la colère des citoyens, et annonce plusieurs mesures    Les 4 conditions de Benflis    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Le président sahraoui met en garde    "Pour qui sonne le glas"    Appel à l'investissement privé    Ness el-Khir au chevet des nécessiteux    22 pèlerins algériens décédés    Javier Bardem appelle à protéger les océans    Bonnes perspectives en gaz et électricité    «L'investissement est ouvert au privé»    Un professeur américain rejette la propagande marocaine    DEGRADATION DU SOLDE COMMERCIAL : Les experts tirent la sonnette d'alarme    COUR DE JUSTICE D'ORAN : Le président de la cour et du procureur général installés    La paire Meriem Azem-Amel Zaïdi au dessus du lot    Islam Slimani en prêt à Monaco    ACCIDENT DE LA ROUTE A SIDI BEL ABBES : Six blessés dans une collision à Sidi Khaled    «Je n'ai pas envie de poursuivre ma mission»    La hantise des conducteurs    Les ventes de voitures en baisse en juillet en Chine    Farès opéré avec succès    L'EN «messieurs» se contente de la 12e place    L'histoire convoquée pour le présent    L'ONM demande la dissolution du FLN    Serge Michel : engagement total pour la Révolution algérienne    "L'enseignement des arts a besoin d'un nouveau souffle"    Yémen : Les séparatistes s'emparent de nouvelles positions    Blida : Installation du nouveau président de la Cour et du procureur général    Haï Nour: Deux dealers arrêtés    ASM Oran: Ahmed Belhadj ne viendra pas    Marche des étudiants: Maintien de la mobilisation à Alger    Afin d'atteindre "rapidement" ses objectifs : Le chef de l'Etat renouvelle son appel à faire avancer le processus de dialogue    Deuxième jour du ministre de l'Intérieur à Illizi : Les jeunes expriment leurs préoccupations    Plus de 180.000 unités en 2018    Nouvelle publication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaire Cocaïne : 12 responsables des services de l'urbanisme et du foncier inculpés
Publié dans El Watan le 26 - 06 - 2018

Nouveau rebondissement dans l'affaire des 701 kg de cocaïne. Les chefs des services de l'urbanisme de Kouba, Aïn Benian, Draria, Chéraga et Hydra, les conservateurs du foncier de Hussein Dey et de Bouzaréah, deux contrôleurs de la conservation foncière de Hussein Dey, un fonctionnaire de la conservation foncière de Bouzaréah, ainsi qu'un architecte de la direction de l'urbanisme d'Alger ont été déférés hier devant le pôle pénal d'Alger.
Un dispositif impressionnant de gendarmes était visible hier matin aux alentours du tribunal Abane Ramdane, à Alger, où 12 cadres de l'administration foncière et urbanistique, parmi lesquels deux femmes, ont été déférés devant le juge de la 9e chambre du pôle pénal spécialisé, dans le cadre de l'affaire de Kamel Chikhi, propriétaire de la viande dans laquelle étaient dissimulés les 701 kg de cocaïne importée du Brésil.
Il s'agit des chefs des services de l'urbanisme de Kouba, Aïn Benian, Draria, Chéraga et Hydra, des conservateurs du foncier de Hussein Dey et de Bouzaréah, de deux contrôleurs de la conservation foncière de Hussein Dey, d'un fonctionnaire de la conservation foncière de Bouzaréah, ainsi que d'un architecte de la direction de l'urbanisme d'Alger.
Ces derniers auraient été identifiés sur les enregistrements vidéo effectués par les caméras de surveillance installées dans les bureaux de Kamel Chikhi. Après une enquête menée par les gendarmes, les mis en cause ont tous été convoqués à la brigade de recherche de Bab J'did, où ils ont été confrontés aux images mais aussi aux communications téléphoniques avec le principal prévenu dans l'affaire de cocaïne, avant d'être déférés devant le procureur, puis juge de la 9e chambre du pôle pénal spécialisé d'Alger. Les investigations concernent une vingtaine de chantiers immobiliers à Alger, dont les travaux sont achevés ou en cours de réalisation.
Selon nos sources, les mis en cause auraient aidé Kamel Chikhi dans l'obtention de certains documents fonciers et urbanistiques, pour lui permettre d'acquérir des assiettes foncières, de faire des extensions et d'ériger des tours de plusieurs étages, en contournant la loi. Il faut dire que jusqu'à maintenant, le gros dossier de la cocaïne n'est toujours pas ouvert.
Le juge d'instruction a préféré axer ses investigations sur le volet blanchiment d'argent, en s'intéressant de près à l'empire immobilier du principal prévenu et les complicités dont il a bénéficiées auprès de responsables. Jeudi dernier, le juge a procédé à une confrontation entre Kamel Chikhi et les six prévenus, ayant été placés sous mandat de dépôt la semaine écoulée, à savoir le fils de l'ex-Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, le fils d'un ancien wali de Relizane, le chauffeur personnel du patron de la police, le procureur de Boudouaou ainsi que son adjoint, et l'ancien maire de Ben Aknoun, mais aussi deux autres magistrats qui ont été placés sous contrôle judiciaire.
Les faits reprochés aux uns et aux autres semblent se consolider avec de nouvelles révélations qui risquent d'impliquer d'autres personnalités jusque-là épargnées.
Hier, le juge a passé toute la journée à entendre les responsables de l'administration locale et, en début de soirée, il n'avait pas encore rendu ses décisions. Nos interlocuteurs s'attendent à des mesures très lourdes en raison des faits reprochés aux mis en cause.
Visiblement, l'affaire de Kamel le «boucher» risque d'être le feuilleton de l'été avec des épisodes qui retiendront l'attention de l'opinion publique, qui attend avec impatience de comprendre les circonstances de l'importation de 701 kg de cocaïne, qui à ce jour restent une énigme.
A l'exception de Chikhi, de son frère, de son associé, de son directeur commercial et d'un de ses employés, qui sont poursuivis pour l'affaire de drogue, l'ensemble des autres prévenus, ont été déférés devant la justice pour «abus de fonction» et pour «avoir bénéficié d'indus avantages» auprès de Kamel Chikhi.
Le juge devra attendre le retour des commissions rogatoires qu'il devra délivrer au Brésil et à l'Espagne — ce qui prendra des mois — avant de pouvoir entamer l'enquête sur la cocaïne. En attendant, il s'atèle à identifier toutes les connexions qui ont permis au principal prévenu d'ériger un empire financier et vérifier s'il y a traçabilité de cette fortune.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.