Référendum constitutionnel : début du vote dans les bureaux itinérants de zones reculées au sud    West Ham : Des débuts frustrants pour Benrahma    La manifestation pacifique à El-Guerguerat contrecarre les plans du Maroc    Référendum : affluence appréciable dans les bureaux de vote au Royaume-Uni et en Irlande    Le wali d'Alger inaugure le parking à étages et la station multimodale de la commune de Kouba    Coronavirus: 291 nouveaux cas, 187 guérisons et 8 décès    L' ANIE veillera à assurer la régularité et la sécurisation de l'opération de vote    "Leur Algérie" remporte le Prix du meilleur documentaire arabe    L'Association "Ouled El-houma" se recueille à Alger à la mémoire des martyrs    20 décès et 308 blessés durant les dernières 48 heures    Les opérations de Hammam N'baïl et Medjez Sfa, une proclamation du déclenchement de la révolution à Guelma et Souk Ahras    La permanence a largement été assurée    136 milliards de centimes de créances impayés    Les agences commerciales d'AT ouvertes dimanche dans les chefs-lieux de wilaya    Début du vote pour les nomades    L'Algérie va-t-elle récupérer ses islamistes radicaux ?    Huawei perd sa couronne de premier fabricant mondial    22 policiers ont été tués dans les manifestations d'octobre    Nouvelle réunion de médiation à Genève    L'Algérie condamne    "Nous ressentons une pression qui s'exerce sur nos ressources"    Les islamistes reviennent à la charge    Dr Bekkat Berkani : «le Championnat peut reprendre, mais...»    La FAF recadre Tahar Belkhiri du MCA    Juma en abandon de poste    El-Mellali condamné à six mois de prison avec sursis    Les cas de Covid-19 en hausse    Ce qui risque de plomber le référendum    L'ONU publie une lettre envoyée à Tebboune    Beauté : le saviez-vous ?    Quiche lorraine au fromage    Les mesures sanitaires élargies à 20 wilayas    30 nouveaux notaires prêtent serment    Sécuriser la grande mosquée    Plafonnage des prix des semoules    «La colonisabilité», c'est quoi au juste ?    Mosquée d'Alger : munificence de l'ouvrage, mais ardoise «secrète»    NED Emmouk !    "On s'est battu pour la liberté, aujourd'hui, elle nous manque"    Retour imminent d'Al-Jazeera    CSA – CRA : L'AGO le 9 novembre    MC Oran : Le Mouloudia se frotte à la Réserve du WAT    Mégaprojet d‘exploitation du phosphate à Tébessa : Le lancement prévu pour le premier trimestre 2021    Nouvelles de Saïda    Mawlid Ennabaoui : Plusieurs incendies enregistrés suite à l'utilisation de pétards    Malgré que la crise sanitaire s'accentue : Les mesures préventives peu respectées dans les commerces    Disposant de l'un des principaux marchés de gros du pays : Gué de Constantine en quête d'un développement local harmonieux    Un puissant séisme fait au moins 26 morts en Turquie et Grèce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les vidéos de Kamel Chikhi allongent la liste des inculpés
Des enregistrements sur 18 mois en cours d'analyse par la gendarmerie
Publié dans Liberté le 27 - 06 - 2018

Douze cadres des services de l'urbanisme et du foncier d'Alger ont été placés sous mandat de dépôt, avant-hier, après plus de huit heures d'auditions menées par le juge de la neuvième chambre du pôle pénal spécialisé du tribunal de Sidi M'hamed.
Vent de panique dans l'entourage de l'importateur et promoteur immobilier Kamel Chikhi. L'exploitation graduelle des enregistrements vidéo, des données récupérées dans les ordinateurs et des communications téléphoniques par les experts de l'Institut national de criminologie permet chaque jour d'identifier de nouvelles personnes impliquées dans ce réseau de corruption révélé en marge de l'instruction autour des 701 kg de cocaïne saisis le 29 mai dernier au port d'Oran. Ce matériel récupéré par les services de sécurité, lors des perquisitions opérées au niveau des entreprises et dépôts de l'homme d'affaires, contient des enregistrements s'étalant sur une année et demie, apprend-on de sources judiciaires. C'est ainsi qu'au bout de plus de huit heures d'auditions menées par le juge de la neuvième chambre du pole pénal spécialisé du tribunal de Sidi M'hamed, 12 cadres des services de l'urbanisme et du foncier d'Alger ont été mis sous mandat de dépôt, avant-hier en fin d'après-midi.
Il s'agit d'un architecte de la Direction de l'urbanisme d'Alger, d'un cadre de la Conservation foncière de Bouzaréah, de deux contrôleurs de la Conservation foncière d'Hussein-Dey et des chefs de service de l'urbanisme de plusieurs communes d'Alger, dont Kouba, Aïn Benian, Hydra, Chéraga et Draria. D'autres personnes citées durant ces interrogatoires seront présentées jeudi ou vendredi prochains devant la justice. Ces inculpations entrent dans le cadre de l'instruction en cours pour corruption, abus de fonction et d'indus avantages liés aux activités immobilières de Kamel Chikhi. Les prévenus auraient aidé ce dernier à contourner et même à violer la loi pour acquérir des assiettes foncières et des autorisations d'extension d'une vingtaine de projets immobiliers dans la capitale. Certains sont toujours en cours et d'autres achevés. Jeudi dernier, six autres prévenus, en l'occurrence le fils d'un ancien wali de Relizane, le fils de l'ex-Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, l'ancien président de l'APC de Ben Aknoun, le procureur du tribunal de Boudouaou et son adjoint, ainsi qu'un chauffeur du parc automobile de la DGSN ont été placés en détention, après une confrontation devant le juge, avec le promoteur immobilier. Deux magistrats ont été placés sous contrôle judiciaire. Cela étant, la question qui reste posée est de savoir pourquoi Kamel Chikhi enregistrait et filmait systématiquement ses conversations avec ses complices dans la justice, les conservations foncières, l'urbanisme et l'administration locale ? Voulait-il les utiliser comme arme de chantage ? Pour l'instant, les investigations en cours de la justice n'ont pas répondu avec précision à ces interrogations qui pourraient nous édifier davantage sur ce dossier. Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, qui a animé une conférence de presse lundi dernier, en marge des travaux de l'APN, ne nous a pas, non plus, éclairés sur l'instruction judiciaire autour d'une suspicion de blanchiment d'argent, à travers les projets immobiliers lancés par Kamel Chikhi dans la capitale. Pourquoi a-t-il fallu la saisie de la drogue dure pour révéler l'existence de cette enquête judiciaire, pourtant en cours depuis déjà de nombreux mois ?
Nissa H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.