Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dans la pure tradition
Célébration de Yennayer à Tizi Ouzou
Publié dans El Watan le 13 - 01 - 2009

En dépit de la pluie, plusieurs régions de la wilaya de Tizi Ouzou ont célébré Yennayer, journée ouvrable du calendrier berbère.
Au chef-lieu de wilaya, des activités culturelles ont marqué l'événement, histoire de ressusciter cette tradition ancestrale des Amazigh. A l'occasion, un salon du couscous a été organisé à la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou.
C'est la maison El Gherbal de Boghni qui a mis en place une exposition de toutes sortes de couscous kabyle dans le hall de l'établissement. D'ailleurs, hier, en milieu de journée, le public a été convié, comme chaque année, à un repas traditionnel. Des conférences- débats étaient également de la partie, à l'image de celle portant sur la place du couscous dans l'art culinaire universel. Yennayer, quelle signification ? Le salon a été clôturé par un gala artistique animé par une pléiade de jeunes artistes de la région. L'Assemblée populaire de wilaya n'a pas été en marge des festivités de Yennayer. Une rencontre a eu lieu au niveau de l'hémicycle Rabah Aïssat et a regroupé les élus, le wali et les membres de l'exécutif de wilaya. « Nous sommes aujourd'hui, réunis ici, pour fêter ensemble Yennayer, une date symbolique. C'est un rituel pour le peuple amazigh et algérien qui doit se reconnaître dans l'histoire », a déclaré Mohamed Ikherbane, président de l'APW, lors de son allocution d'ouverture. Par ailleurs, au niveau de l'université de Tizi Ouzou, la communauté estudiantine a concocté un programme d'activités pour marquer l'événement. Et pour ce faire, des communications ont été données par des enseignants à l'auditorium du campus de Hasnaoua. Ces conférences ont porté, notamment, sur l'origine et l'historique du calendrier berbère.
Même en dehors de la ville des Genêts, des associations n'ont pas manqué d'être au rendez-vous de Yennayer. Outre le village Adrar Nath Koudaâ, dans la région des Aghribs, en fête à l'occasion du nouvel an amazigh, les habitants de Berbère, dans la commune de Timizart ont festoyé le début du nouveau calendrier berbère. Les festivités ont été parrainées par l'association culturelle Timlilin N'Barbare (ACTB) et le comité du même village, avec la collaboration des habitants. A ces derniers a été confiée la cuisson et la préparation du repas traditionnel (couscous et poulet). Chacun a contribué, selon ses dispositions, à revivifier une des fêtes longtemps oubliée.
Des expositions de tableaux de peinture et des livres ont été mis en place au sein du siège de l'association culturelle. Aussi, les organisateurs ont invité Abdenour Abdeslam, auteur en langue amazighe, qui a tenu une conférence-débat sur Yennayer. D'emblée, le conférencier a souligné que « Yennayer est un élément identificateur qui renseigne sur le mode social d'un peuple. Yennayer est une tradition berbère qui entre dans le cadre de la datation du temps. En cela, il est un événement qui annonce la fin du siècle froid et le début du siècle tempéré ». « Cette datation, ajoute-t-il, nous est parvenue depuis des siècles comme le résultat d'une observation du cycle alternatif du soleil et de la lune. Cette observation expérimentée n'est pas contredite par la science du domaine cosmique. » Ce qui prouve, selon lui, que l'on peut créer à partir des traditions.
La célébration de Yennayer, estime-t-il, est un acte nord-africain qui dépasse le bloc nord-africain. « La célébration du nouvel an berbère est un acte nord-africain, qui transcende la société nord-africaine par-delà les religions et la mythologie. Voilà une autre preuve qui marque une unité sociohistorique de la région », argue-t-il. Par ailleurs, le message que Abdenour Abdeslam veut transmettre aux jeunes, « c'est qu'il faut constamment avoir les pieds dans la tradition et la tête dans la modernité ». A la fin de la cérémonie, tout le monde s'est réuni autour d'un couscous dans une atmosphère bon enfant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.