Real Madrid: Navas tout proche du PSG ?    CRB: Amrani dirigera le Chabab à N'Djamena    JSK - Zeghdane: «Nous sommes déterminés, la qualification est notre seul objectif»    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Le maréchal Haftar source d'alimentation du marché noir pétrolier    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    5e colonne, en marche !    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Rassemblement demain devant l'ambassade d'Algérie à Paris    Ribéry prolonge le plaisir chez la Viola    Les joueurs mettent fin à la grève    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    Collecte d'affaires scolaires pour les enfants défavorisés    Nouveau décès parmi les pèlerins algériens    3 morts et 35 blessés dans deux accidents de la route    Un danger permanent en période de grosses chaleurs à Naâma    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Trois sœurs de Kasdi Merbah appellent à rouvrir le dossier    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    L'incident a créé la panique : Deux blessés dans la chute du toit d'une bâtisse à Skikda    Litige opposant Hydro Canal à une société italienne: Risque de vente aux enchères des actions de la société algérienne    Enième report de la livraison des 2.800 logements AADL de Misserghine: Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Chlef: Le secteur hôtelier renforcé    Djemaï s'essaye au désespéré sauvetage du FLN    La discipline des juges et magistrats    Risque d'embrasement ?    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Energie solaire L'Algérie est prête pour la réalisation du projet national de production de 5600 MW d'électricité    Les 4 conditions de Benflis    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dans la pure tradition
Célébration de Yennayer à Tizi Ouzou
Publié dans El Watan le 13 - 01 - 2009

En dépit de la pluie, plusieurs régions de la wilaya de Tizi Ouzou ont célébré Yennayer, journée ouvrable du calendrier berbère.
Au chef-lieu de wilaya, des activités culturelles ont marqué l'événement, histoire de ressusciter cette tradition ancestrale des Amazigh. A l'occasion, un salon du couscous a été organisé à la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou.
C'est la maison El Gherbal de Boghni qui a mis en place une exposition de toutes sortes de couscous kabyle dans le hall de l'établissement. D'ailleurs, hier, en milieu de journée, le public a été convié, comme chaque année, à un repas traditionnel. Des conférences- débats étaient également de la partie, à l'image de celle portant sur la place du couscous dans l'art culinaire universel. Yennayer, quelle signification ? Le salon a été clôturé par un gala artistique animé par une pléiade de jeunes artistes de la région. L'Assemblée populaire de wilaya n'a pas été en marge des festivités de Yennayer. Une rencontre a eu lieu au niveau de l'hémicycle Rabah Aïssat et a regroupé les élus, le wali et les membres de l'exécutif de wilaya. « Nous sommes aujourd'hui, réunis ici, pour fêter ensemble Yennayer, une date symbolique. C'est un rituel pour le peuple amazigh et algérien qui doit se reconnaître dans l'histoire », a déclaré Mohamed Ikherbane, président de l'APW, lors de son allocution d'ouverture. Par ailleurs, au niveau de l'université de Tizi Ouzou, la communauté estudiantine a concocté un programme d'activités pour marquer l'événement. Et pour ce faire, des communications ont été données par des enseignants à l'auditorium du campus de Hasnaoua. Ces conférences ont porté, notamment, sur l'origine et l'historique du calendrier berbère.
Même en dehors de la ville des Genêts, des associations n'ont pas manqué d'être au rendez-vous de Yennayer. Outre le village Adrar Nath Koudaâ, dans la région des Aghribs, en fête à l'occasion du nouvel an amazigh, les habitants de Berbère, dans la commune de Timizart ont festoyé le début du nouveau calendrier berbère. Les festivités ont été parrainées par l'association culturelle Timlilin N'Barbare (ACTB) et le comité du même village, avec la collaboration des habitants. A ces derniers a été confiée la cuisson et la préparation du repas traditionnel (couscous et poulet). Chacun a contribué, selon ses dispositions, à revivifier une des fêtes longtemps oubliée.
Des expositions de tableaux de peinture et des livres ont été mis en place au sein du siège de l'association culturelle. Aussi, les organisateurs ont invité Abdenour Abdeslam, auteur en langue amazighe, qui a tenu une conférence-débat sur Yennayer. D'emblée, le conférencier a souligné que « Yennayer est un élément identificateur qui renseigne sur le mode social d'un peuple. Yennayer est une tradition berbère qui entre dans le cadre de la datation du temps. En cela, il est un événement qui annonce la fin du siècle froid et le début du siècle tempéré ». « Cette datation, ajoute-t-il, nous est parvenue depuis des siècles comme le résultat d'une observation du cycle alternatif du soleil et de la lune. Cette observation expérimentée n'est pas contredite par la science du domaine cosmique. » Ce qui prouve, selon lui, que l'on peut créer à partir des traditions.
La célébration de Yennayer, estime-t-il, est un acte nord-africain qui dépasse le bloc nord-africain. « La célébration du nouvel an berbère est un acte nord-africain, qui transcende la société nord-africaine par-delà les religions et la mythologie. Voilà une autre preuve qui marque une unité sociohistorique de la région », argue-t-il. Par ailleurs, le message que Abdenour Abdeslam veut transmettre aux jeunes, « c'est qu'il faut constamment avoir les pieds dans la tradition et la tête dans la modernité ». A la fin de la cérémonie, tout le monde s'est réuni autour d'un couscous dans une atmosphère bon enfant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.