Marche grandiose à Alger    ELECTION PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Mihoubi déposera son dossier la semaine prochaine    RETRAIT DE TEBBOUNE DE LA COURSE ELECTORALE : Mohamed Lagab dément    AUDITIONNE AU TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Baha Eddine Tliba placé en détention provisoire    Tipasa : « libérez nos enfants détenus »,    Biskra : « Non à la zizanie, les Kabyles sont nos frères »    Jijel : » Il n'y aura pas de vote ! «    ECOLE SUPERIEURE DES DOUANES D'ORAN : Sortie de 81 officiers de brigade dont neufs femmes    MOSTAGANEM : 1000 tonnes de pomme de terre bientôt déstockées    Chakib Khelil sera sur le devant de la scène    MAHDIA (TIARET): Une présumée liste des bénéficiaires de logements provoque la colère    SIDI BEL ABBES : Le 58ème anniversaire du 17 octobre 61 commémoré à Dhaya    ADRAR : Saisie de yaourt et de fromage avariés    Liverpool: Van Dijk n'est pas obnubilé par le titre    Real Madrid: Zidane réagit au report du Clasico    Officiel: le Clasico reporté    Un enfant évacué vers Alger pour ... extirper une cacahuète    3 morts et une vingtaine d'enfants blessés dans un attentat    «On peut faire encore plus mal»    "L'EN peut encore progresser"    L'Algérie et le Gabon terminent sur une belle note    «Aucune décision n'a été prise»    Le véritable maître de DAESH    Bedoui en Russie    De nouvelles charges contre Donald Trump    Les députés exigent la démission de la cheffe de l'Exécutif    Constantine : quelle scolarisation pour nos enfants ?    Ecole : le sinistre au quotidien    ACTUCULT    "Derb Cinéma" lance l'appel à candidatures jusqu'au 15 novembre    Lumière sur une terre et ses hommes    Tout en excluant la trêve : Ankara exhorte les Kurdes de Syrie à déposer les armes    Boukhalfa : Huit blessés dans un accident de la circulation    Corée du Sud, Italie, Turquie et Autriche à l'honneur    300.000 Algériens ont visité la Turquie en 2018    Selon le MSP: « Les autorités responsables de l'échec de la transition démocratique »    Sortie de la 3ème promotion des officiers de brigade: Le DG des douanes insiste sur la probité et la rigueur    Rachid Sekak: Le redressement économique passe par le règlement de l'équation politique    Mila / Céréaliculture: Tout est fin prêt pour la campagne labours-semailles    Pompiers en colère à Paris : tensions avec la police, au moins 6 interpellations    AUTOMOBILE: Le futur patron de Renault ne sera pas forcément français, selon Pannier-Runacher    5ème édition du Prix littéraire " Katara ": Le talent algérien brille de nouveau dans le ciel de Katara    Le FMI augmente à 2,6 % sa prévision    Belmadi et les Verts sur leur lancée    Le MSP hausse le ton    67 % ont moins de 40 ans    Les chrétiens d'Algérie dénoncent    La France garde le secret    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dettes des microentreprises : Le «niet» de Mourad Zemali
Publié dans El Watan le 31 - 07 - 2018

Plongés dans des difficultés insurmontables, les promoteurs ayant bénéficié de crédits Ansej, Angem et Cnac ne doivent pas espérer un quelconque geste des pouvoirs publics pour éviter leur faillite.
Malgré les nombreuses actions de protestation enclenchées par les concernés ces dernières semaines à travers plusieurs wilayas, les autorités semblent intraitables sur la question des dettes des entreprises.
Hier, le ministre du Travail et de la Sécurité sociale a précisé, lors d'une visite à Boumerdès, «qu'il n'est plus question d'effacer les dettes des bénéficiaires des dispositifs de microcrédits». «Les rumeurs qui circulent sur l'annulation des dettes des entreprises Ansej n'ont aucun fondement», a-t-il déclaré en marge d'un point de presse improvisé lors de la cérémonie de distribution de 309 logements FNPOS, à Zemmouri.
Pour rappel, les promoteurs revendiquent «une amnistie générale qui va toucher les dettes, les charges et pénalités bancaires, fiscales et parafiscales, l'accès aux marchés publics, l'instauration d'un climat de travail favorable, l'accès au foncier ainsi qu'un régime fiscal et parafiscal propre à la microentreprise». Certains disent avoir été de simples chômeurs avant de devenir des chômeurs endettés à cause du manque de travail et de la saturation de leurs secteurs d'activité.
Ils dénoncent les pressions et le harcèlement dont ils font l'objet pour s'acquitter de leurs dettes et l'absence de planification des pouvoirs publics qui, selon eux, ont créé les dispositifs de microcrédits pour acheter la paix sociale.
Mais le ministre s'est montré hier insensible à leurs doléances. Selon lui, «le risque de faillite», tant invoqué par les concernés, «n'est pas une raison pour réclamer une telle mesure qui nuit à l'esprit d'entrepreneuriat». L'argent des entreprises qui ont échoué devrait être octroyé à celles qui ont réussi et démontré leur efficacité en matière de création de richesse et d'emplois, a-t-il encore souligné, ajoutant que «les équipements et le matériel des entreprises ayant cessé leurs activités seront saisis par l'Etat».
M. Zemali a également rappelé les avantages accordés par le gouvernement aux plaignants, citant l'annulation des pénalités de retard pour le remboursement des dettes pour toutes les entreprises Ansej, Angem et Cnac qui ont été créées avant 2011.
Il y a deux jours, Mourad Zemali a indiqué que le taux de recouvrement des crédits bancaires contractés dans le cadre du dispositif Ansej était de l'ordre de 84%. Selon lui, 500 000 microentreprises ont été financées dans le cadre de ce même dispositif, ce qui a permis de créer 2,25 millions d'emplois. Mais ces chiffres ne reflètent guère la réalité, qualifiée de désastreuse par les représentants des promoteurs en difficulté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.