Révision du code de l'information, Chaîne TV, publicité...: Les chantiers de Belhimer    Tlemcen: L'APW au cœur d'une polémique    L'INFORMEL    Cession des biens immobiliers de l'Etat: Plus de 747.000 dossiers régularisés    Lettres anonymes: Tebboune instruit les membres du gouvernement et responsables des corps de sécurité    Libye, la rue imposera-t-elle sa solution?    NA Husseïn Dey : Chaâbane Merzkane, le «messie» du Nasria    USM Bel-Abbès: Le wali à l'écoute des supporters    Agression et trouble à l'ordre public, les auteurs sous mandat de dépôt    Bouira: Examens de rattrapage: plus de 600 étudiants concernés    Six corps repêchés et des dizaines de personnes secourues: Drame près des côtes algériennes    MOUVEMENT PARTIEL DANS LE CORPS DIPLOMATIQUE : Le président Tebboune opère un changement    REVISION EXCEPTIONNELLE DES LISTES ELECTORALES : Début de l'opération dimanche    Le général Medjahed quitte la Présidence de la République    REDJEM DEMOUCHE (SIDI BEL ABBES) : Des bénéficiaires de lots à bâtir réclament les travaux de viabilisation    FORMATION PROFESSIONNELLE A MOSTAGANEM : Cap sur le secteur agricole    Le juge chargé du dossier ‘'Kamel El Bouchi'' inculpé    BENBOUZID AFFIRME : ‘'La situation sanitaire en Algérie est stable''    SAF SAF (MOSTAGANEM) : Les habitants du douar ‘'El Mgarnia'' demandent le revêtement de la route    Mali: appel à un retour rapide à l'ordre constitutionnel et une transition civile    Affaire Prince Ibara: l'interdiction de recrutement infligée à l'USMA levée    Décès de l'historien Abdelmadjid Merdaci: Goudjil présente ses condoléances    Libye: levée "sous conditions" du blocus sur les champs et ports pétroliers    Parution du livre "Béjaïa, terre des lumières" de Rachik Bouanani    Quelque 3300 habitations palestiniennes démolies les six dernières années    Ligue 1-USMA: l'entraîneur Ciccolini attendu dimanche à bord d'un vol spécial    CAN U17 et U20 (Qualifications): les sélections nationales en stage en septembre    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    Les 4 samedis    L'alopécie    Fraude au Bac: des peines de prison à l'encontre de plusieurs individus    La Facebook-Solidarité !    Projet de musée dédié au costume traditionnel    ANP: installation du commandant de l'Ecole d'application de la reconnaissance    Tebboune adresse une instruction aux membres du gouvernement et aux responsables des corps de sécurité    Rezig préside une réunion sur la promotion des exportations de services    Le comité de village de Tighilt-Mahmoud perpétue les valeurs de "Tajmaat"    Décès du sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    CORONA, l'ennemi sans nom    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    Paix et subterfuges    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dettes des microentreprises : Le «niet» de Mourad Zemali
Publié dans El Watan le 31 - 07 - 2018

Plongés dans des difficultés insurmontables, les promoteurs ayant bénéficié de crédits Ansej, Angem et Cnac ne doivent pas espérer un quelconque geste des pouvoirs publics pour éviter leur faillite.
Malgré les nombreuses actions de protestation enclenchées par les concernés ces dernières semaines à travers plusieurs wilayas, les autorités semblent intraitables sur la question des dettes des entreprises.
Hier, le ministre du Travail et de la Sécurité sociale a précisé, lors d'une visite à Boumerdès, «qu'il n'est plus question d'effacer les dettes des bénéficiaires des dispositifs de microcrédits». «Les rumeurs qui circulent sur l'annulation des dettes des entreprises Ansej n'ont aucun fondement», a-t-il déclaré en marge d'un point de presse improvisé lors de la cérémonie de distribution de 309 logements FNPOS, à Zemmouri.
Pour rappel, les promoteurs revendiquent «une amnistie générale qui va toucher les dettes, les charges et pénalités bancaires, fiscales et parafiscales, l'accès aux marchés publics, l'instauration d'un climat de travail favorable, l'accès au foncier ainsi qu'un régime fiscal et parafiscal propre à la microentreprise». Certains disent avoir été de simples chômeurs avant de devenir des chômeurs endettés à cause du manque de travail et de la saturation de leurs secteurs d'activité.
Ils dénoncent les pressions et le harcèlement dont ils font l'objet pour s'acquitter de leurs dettes et l'absence de planification des pouvoirs publics qui, selon eux, ont créé les dispositifs de microcrédits pour acheter la paix sociale.
Mais le ministre s'est montré hier insensible à leurs doléances. Selon lui, «le risque de faillite», tant invoqué par les concernés, «n'est pas une raison pour réclamer une telle mesure qui nuit à l'esprit d'entrepreneuriat». L'argent des entreprises qui ont échoué devrait être octroyé à celles qui ont réussi et démontré leur efficacité en matière de création de richesse et d'emplois, a-t-il encore souligné, ajoutant que «les équipements et le matériel des entreprises ayant cessé leurs activités seront saisis par l'Etat».
M. Zemali a également rappelé les avantages accordés par le gouvernement aux plaignants, citant l'annulation des pénalités de retard pour le remboursement des dettes pour toutes les entreprises Ansej, Angem et Cnac qui ont été créées avant 2011.
Il y a deux jours, Mourad Zemali a indiqué que le taux de recouvrement des crédits bancaires contractés dans le cadre du dispositif Ansej était de l'ordre de 84%. Selon lui, 500 000 microentreprises ont été financées dans le cadre de ce même dispositif, ce qui a permis de créer 2,25 millions d'emplois. Mais ces chiffres ne reflètent guère la réalité, qualifiée de désastreuse par les représentants des promoteurs en difficulté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.