Liberté pour Rabah Karèche    Les cours du blé stables sur Euronext    "Je ne vais pas abandonner !"    Les pompiers sur le qui-vive    Le confinement partiel reconduit dans 37 wilayas pour 10 jours    "Heureusement qu'il y a cet élan de solidarité des Algériens"    Marathon Man    Limogeages en série et attente d'un nouveau gouvernement    Un terroriste arrêté à Bordj-Badji-Mokhtar    Louis van Gaal de nouveau sélectionneur des Pays-Bas    «Nous espérons disputer un tournoi de l'Unaf en septembre»    «Toutes les décisions prises ont pour finalité la protection de la Patrie et l'intérêt du citoyen»    Nous sommes là !    Sale temps pour les fuyards !    Les élections locales en novembre    «J'ai tiré à travers l'étoffe même du vêtement»    Ali Tata, peindre Leveilley...    JO-2020 : lutte Fin de parcours pour Bachir Sid Azara    Amir Sayoud bientôt en Arabie Saoudite    Conflit du Sahara Occidental : Le tweet de Biden qui a rendu malade le Maroc    Après une saison décevante de la JS KABYLIE : Cap sur la finale de la Coupe de la Ligue    Les élections locales en novembre    Ould Kaddour extradé vers Alger    Chlef: Jusqu'à la perpétuité pour les incendies volontaires    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Face à une situation économique et sanitaire préoccupante, dix axes directeurs pour le redressement national    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines    Les oasis au fil de l'eau - de la foggara au pivot, un livre pas comme les autres    Médias français au service des puissants (2/2)    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    Baâdji passe à l'action    Le paiement électronique effectif    L'activité touristique sombre    Un levier pour la sécurité nationale    La diaspora au rendez-vous    Plusieurs opérations menées en une semaine    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Hayatou suspendu un an    L'Italie Championne olympique    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    Saïd Hilmi emporté par la pandémie    La scène artistique kabyle en deuil    Les divas arabes à l'honneur    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La pose des premiers tuyaux a commencé en Allemagne
Projet de gazoduc Nord Stream 2
Publié dans El Watan le 08 - 08 - 2018

La pose des premières canalisations du Nord Stream 2, visant à doubler le gazoduc existant par un nouveau reliant la Russie à l'Allemagne via la mer Baltique, a commencé en Allemagne, a indiqué le responsable d'une entreprise allemande cité par l'agence russe Sputnik, repris par l'APS.
Cette nouvelle conduite sous-marine d'une capacité de 55 milliards de mètres cubes de gaz par an est estimée à près de 10 milliards d'euros. Le directeur administratif et financier de l'entreprise allemande Uniper, Christopher Delbruck, a affirmé lundi que le projet suivait son cours «malgré les difficultés politiques». Il a indiqué que «la pose des premiers tuyaux en Allemagne (…) a commencé fin juillet».
Le service de presse de l'opérateur du projet Nord Stream 2 AG a précisé à l'agence Sputnik que les tuyaux étaient soudés à bord du navire Castoro 10, puis qu'ils étaient transportés à bord à l'aide d'un treuil pour les relier à la partie maritime du nouveau gazoduc. «Les travaux de préparation se poursuivent également dans les eaux de la Finlande et de la Suède», a-t-il également été souligné. Le chantier était censé démarrer en avril 2018.
Mais le projet se heurte à une vive opposition des pays de l'Est, menés par la Pologne, qui considèrent que cette opération «pourrait conduire à une restriction de la concurrence et renforcer davantage la position de négociation de Gazprom, qui jouit déjà d'une position dominante en ce qui concerne la transmission de gaz à la Pologne». Gazprom et ses partenaires dans le projet (Engie, OMV, Shell et deux sociétés allemandes, Basf et Uniper) sont à l'inverse convaincus de la nécessité de ce projet pour le système énergétique européen, et les alliés européens du groupe russe étudient individuellement d'autres alternatives pour y contribuer.
Pour leur part, les Etats-Unis tentent de tuer le projet dans l'œuf. Le 23 mai, le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, a déclaré que les Etats-Unis étaient prêts à «sauver» l'Europe de «sa dépendance» du gaz russe et a promis de «mettre en œuvre tous les efforts nécessaires pour que le projet de Nord Stream 2 ne voie jamais le jour».
Le président américain, Donald Trump, est allé plus loin en qualifiant récemment l'Allemagne de «prisonnière de la Russie en raison de son implication dans le projet de doublement du gazoduc Nord Stream dans le but d'acheminer plus de gaz russe vers l'Europe». Il a également exigé l'abandon du projet.
Le Sénat américain avait au départ adopté le 15 juin 2017 un projet de loi menaçant d'amendes, de restrictions bancaires et d'exclusion aux appels d'offres américains, toute société européenne qui participerait à la construction de pipelines russes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.