L'Algérie condamne l'attaque terroriste contre le convoi du gouverneur de Borno (Nigeria)    PNJ: une démarche fondamentale pour la promotion de la jeunesse et des sports    Rassemblement de protestation des robes noires : Ils réclament le départ du ministre de la Justice    La révision constitutionnelle a consacré la démocratie participative et le rôle de la société civile dans la prise de décision    Premier League : Chelsea arrache un point face à WBA    Coronavirus: 160 nouveaux cas, 102 guérisons et 4 décès    Arsenal va revenir à la charge pour Aouar    Covid-19: 160 nouveaux cas, 102 guérisons et 4 décès    Le verdict final dans l'affaire Sovac connu mercredi    Le parlement a perdu toute crédibilité    MASCARA : Mise en place d'un terminal de paiement électronique    UN TEXTE DE LOI VA ETRE PROMULGUE : Les enlèvements, nouvelle cible de Zeghmati    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    TIZI-OUZOU : Démantèlement d'un réseau de voleurs de véhicules    Plus de 97 mns DA de marchandises saisies depuis janvier à l'aéroport d'Alger    Libye: l'ONU appelle à l'arrêt immédiat des hostilités en banlieue de Tripoli    Constitution: les droits et libertés consacrés par une vingtaine de nouvelles dispositions    Deux militaires tués dans l'explosion de leur véhicule    Mandat d'arrêt contre 82 personnes prokurdes    L'Algérie exclut le retour aux licences d'importation    Les précisions de la direction de Batimetal    Quid des conteneurs des produits dangereux au port d'Oran ?    Le FFS en rangs dispersés    Messi, prié de rester mais privé de sa garde rapprochée    Zelfani autorisé à entrer en Algérie    La fille des Aurès    Les non-dits    Demande de levée de l'immunité à Mohcine Belabbas et Abdelkader Ouali    Près de 1 270 000 bénéficiaires en 20 ans    Incendie dans un bâtiment de Huawei    Affichage des listes des bénéficiaires    «Pas d'inquiétude, vos enfants seront bien accueillis»    Les bavettes non distribuées dans les campus    Le musée des beaux-arts d'Alger rouvre ses portes aux visiteurs    Une association française demande la reconnaissance du crime par l'Etat    Marche pacifique et arrestations à Tichy    Des sites archéologiques à l'abandon    Tizi Ouzou : Les souscripteurs AADL maintiennent la pression    Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois : «J'ai un peu improvisé avec Sabrina Ouazani»    «C'était un bonheur que de camper le rôle du frère Luc, un philanthrope universel...»    Malek Souagui. Poète : «L'écrivain dans la société est celui qui contribue à créer une transmission»    Tiaret: 20 jeunes chômeurs en formation en entrepreneuriat    Oran: 10 harraga interceptés    Un mort et six blessés dans deux accidents de la route    Importation: Pas de retour aux licences    Marchandise à caractère commercial: Plus de 900 smartphones saisis à l'intérieur d'un car-ferry    M6, La petite chaîne qui «mente» !    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise syrienne : Pourquoi la Turquie s'est rapprochée de la Russie et de l'Iran
Publié dans El Watan le 15 - 09 - 2018

La reprise des bombardements à Idleb après l'échec du sommet de Téhéran témoigne de la persistance de contradictions entre Russes, Iraniens et Turcs, retardant la constitution d'un front uni en dépit de la communauté d'intérêts qui lie les trois protagonistes du conflit.
La troisième rencontre à Téhéran a en effet marqué une nouvelle étape dans l'institutionnalisation du sommet tripartite, après celles de novembre à Astana et d'avril à Ankara, entre des pays qui ont graduellement vu leurs intérêts converger au point de mettre aujourd'hui l'accent sur la nécessité de sortir de la crise. Cependant, la redéfinition du sens des relations entre Russes et Iraniens d'un côté et Turcs de l'autre n'est pas exempte de divergences de vues qui se cristallisent aujourd'hui sur la question du sort d'Idleb.
Face à l'amenuisement de leur rôle en Syrie, les Turcs sont conscients que leur influence dans le jeu politique syrien est aujourd'hui largement tributaire des évolutions sur le terrain dans la dernière poche d'opposition, où l'armée turque appuie et contrôle encore les groupes turkmènes et des combattants traditionnellement issus des rangs de l'ASL, aujourd'hui placés sous sa supervision.
L'éventail des propositions turques pour empêcher une offensive d'envergure sur Idleb, allant du retrait de l'armement lourd aux groupes armés et de la demande d'intégration des groupes dits modérés dans un corps national d'armée opérant en étroite coordination avec les forces militaires turques, à celle d'un report de six mois des opérations n'ont rencontré aucun écho favorable auprès des Russes et des Iraniens qui n'entendent rien céder sur la question du rétablissement de la souveraineté de la Syrie et de la restauration de l'autorité de l'Etat sur l'ensemble du territoire national.
Bien qu'il demeure une incertitude mineure sur les contours exacts du rôle que pourrait jouer la Turquie, parrain d'une partie significative des groupes combattants dans le cadre de cette offensive, force est de constater que la position d'Ankara a sensiblement évolué, le dialogue politique avec les Iraniens et les Russes ayant pris plus de relief au cours des derniers mois et les convergences sécuritaires empêchant les conflits d'intérêts de se transformer en confrontation frontale.
Echec du «regime change»
Après avoir tenu un rôle de premier plan dans la transformation de la crise syrienne en guerre civilo-globale par un appui matériel et logistique substantiel aux groupes d'opposition, la Turquie a vu sa perception sécuritaire et politique du conflit en Syrie évoluer sous l'impulsion de plusieurs facteurs. Un examen de l'évolution des rapports de force régionaux depuis le déclenchement de la crise syrienne montre qu'après l'échec du pari hâtif de «regime change», lancé par la Turquie dans un contexte où elle se percevait comme un modèle de changement pour les courants FM qui venaient d'accéder à la direction des affaires, la donne géopolitique sur le terrain a progressivement échappé à la maîtrise d'Ankara, le conflit évoluant à contre-courant des intérêts sécuritaires turcs.
La convergence ponctuelle entre la Turquie, le Qatar et l'Arabie Saoudite, qui a eu un temps des répercussions majeures sur le terrain en Syrie avec, notamment, la création de l'Armée de la conquête et la contre-offensive victorieuse pour reconquérir Idleb et Jisr Al Choghour, a été battue en brèche.
Par ailleurs, la détérioration spectaculaire des relations entre Washington et Ankara autour d'une série de dossiers a créé les conditions de l'évolution de la diplomatie turque dans le sens d'un rapprochement avec Moscou et Téhéran. Non seulement Ankara a conservé le souvenir très vif de l'attitude trouble de Washington après la tentative avortée du coup d'Etat en juillet 2016, mais les accrocs se sont multipliés à mesure que les Etats-Unis renforçaient leur soutien aux Kurdes au prétexte de la lutte contre l'EI.
Dans la perception d'Ankara, c'est l'aide américaine aux forces kurdes de Syrie, toutes liées au PKK représentant une menace pour l'intégrité territoriale et l'unité nationale de la Turquie, qui a dans une large mesure conforté leurs ambitions autonomistes. L'évolution du facteur kurde en Syrie a donc été déterminante dans le rapprochement entre Iraniens et Turcs et semble constituer aujourd'hui l'un des effets de crise qui menace leurs intérêts nationaux. A la fois la Turquie et l'Iran récusent l'idée de l'ascension en Syrie de forces kurdes qui sont le prolongement du PKK (parti kurde ne reconnaissant pas les frontières) et renforcent potentiellement les facteurs internes de déstabilisation.
Convergences
Depuis quelques mois, l'Iran se trouve ainsi dans une configuration de réactivation de la lutte armée des groupes kurdes affiliés au PDKI, parti démocratique du Kurdistan iranien, et Komala, parti kurde communiste, se servant du Kurdistan irakien comme base arrière. L'événement le plus marquant a sans doute été l'assassinat, le 21 juillet dernier, de 12 membres du corps des Gardiens de la révolution islamique (CGR) par des membres du PJAK, branche militaire du Parti des travailleurs du Kurdistan, à un poste de contrôle militaire dans le village de Dari, dans la province du Kurdistan iranien.
Par ailleurs, les développements qui ont suivi la visite des secrétaires généraux du PDKI, Mustafa Hijri, et de Komala, Abdallah Mohtadi, aux Etats-Unis en juin dernier ont alimenté la méfiance des Iraniens dans un contexte où Washington mène des stratégies de «guerre hybride» à l'Iran.
Au cours de cette visite, les deux dirigeants kurdes sont intervenus devant le Council on Foreign Relations pour réclamer le soutien des Etats-Unis et appeler à un changement de régime en Iran. Ils ont également à cette occasion rencontré le directeur du bureau des Affaires iraniennes au département d'Etat, Steven Fagin, dont la nomination récente comme consul général à Erbil au Kurdistan d'Irak semble loin d'être fortuite.
Dans le jeu américain d'instrumentalisation des minorités, la carte kurde apparaît donc comme la plus efficace, principalement en raison des capacités organisationnelles, de l'aptitude combative et de l'expérience militaire dont disposent ces forces. Les Kurdes constituent aujourd'hui l'un des principaux points de convergence entre l'Iran et la Turquie, poussant ces derniers à plus de réalisme dans leurs positions. Si pour lors il est difficile de déterminer quelle sera la nature du consensus sur une solution politique à la crise actuelle en Syrie, il est d'ores et déjà certain que le conflit syrien ne résume plus à lui seul les intérêts stratégiques de la Turquie et que l'avenir des relations politiques avec l'Iran n'est pas compromis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.