Session extraordinaire du Conseil national le 2 août pour l'élection d'un président par intérim    Les étudiants entre résistance et persévérence    Soupçonné de corruption, Tayeb Louh interdit de sortie du territoire algérien    L'APW de Tizi Ouzou dénonce un crime économique et social    Des résultats de recherche inexploités    Arkab qualifie l'incident avec l'Iran de «contrôle de routine»    MCA : Bourdim : « J'ai expliqué au coach les raisons qui ont fait que j'ai raté les deux jours de stage »    ATTERRISSAGE A CONSTANTINE D'UN AVION RELIANT EL OUED A PARIS : Les explications d'Air Algérie    Le Maroc abuse de la répression    SITUATION ECONOMIQUE DE L'ALGERIE : Des experts tirent la sonnette d'alarme    Zetchi démissionnerait ce jeudi    AU NIVEAU D'UNE ZONE NON AUTORISEE A LA BAIGNADE : Encore une énième noyade enregistrée à Mostaganem    TENTANT DE SAUVER DEUX FILLES DE LA NOYADE : Un jeune homme meurt noyé à Béjaia    Plusieurs mesures pour prévenir une réapparition du choléra    Guedioura se rapproche d'Al Gharafa    Djemiaï va soumettre la liste du BP au comité central    Driencourt quitte Alger    L'attaquant malien Mohamed Niapegue Cissé à l'essai    La compétition rapporte 83 millions de dollars à la CAF    Brahimi file à Al Rayan    La Ligue Sud-Est comptera 16 équipes    Le stage de Tunisie délocalisé à Alger    Israël enterre ce qui reste du processus de paix    Interception d'un avion espion américain    Dialogue : les raisons de l'impasse    Accueil des nouveaux bacheliers à l'université Yahia-Farès    La ville croule sous les ordures    2 frères meurent asphyxiés au fond d'un puits    Le ministre de l'Enseignement supérieur exige des en-têtes en anglais    sortir ...sortir ...sortir ...    Vive Raconte-Arts !    Le Sud ne perd pas le nord    «Le mouvement théâtral dans les Zibans a accompagné toutes les causes sociales»    Un nouveau documentaire sur la guerre d'Algérie    La dictature militaire racontée par les réalisateurs espagnols    Montage de camions Renault trucks : Soprovi obtient l'agrément    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    Méditation sur un nuage    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    CETA : L'accord "vise à destituer le politique au profit des puissances de l'argent"    Une "réponse forte à la bande"    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'alliance entre Caïd Essebsi et Ennahdha vole en éclats
La crise politique en Tunisie s'accentue
Publié dans El Watan le 25 - 09 - 2018

Le 29 mai dernier, le chef du gouvernement, Youssef Chahed, lors d'une allocution sur la chaîne publique
Al Wataniya, a fustigé ceux qui cherchent à l'écarter du pouvoir, en particulier le chef de son propre parti, Nidaa Tounes, Hafedh Caïd Essebsi, le fils du chef de l'Etat.
Lors d'un entretien diffusé lundi soir à la télévision, le président tunisien, Béji Caïd Essebsi, a rassuré que les élections auraient lieu en décembre 2019. «Les élections se tiendront à temps (…) en décembre 2019», a indiqué le président Essebsi. Comme il a annoncé la fin de l'alliance avec le parti islamiste Ennahdha. Il a appelé à une modification de la Constitution, estimant que le partage de pouvoir entre le président et le Premier ministre n'est pas satisfaisant, tout en assurant qu'elle ne rentrerait en vigueur qu'au prochain mandat.
«Depuis la semaine dernière, nous avons décidé de nous séparer, à la demande d'Ennahdha», a soutenu le président Caïd Essebsi, qui s'exprimait alors que l'appareil étatique est paralysé depuis des mois par une lutte fratricide au sein de son parti, Nidaa Tounes, qu'il a fondé en 2012 comme un front contre les islamistes.
Néanmoins, il a fini par faire alliance avec Ennahdha au lendemain des élections législatives de 2014. Alliance qui s'est affaiblie par une lutte de pouvoir entre le chef du gouvernement, Youssef Chahed, et le fils du président, Hafedh Caïd Essebsi.
Des désaccords récents entre Caïd Essebsi et Ennahdha ont porté sur le soutien que ce dernier apporte à Youssef Chahed et sur un projet de loi soutenu par le Président visant à instaurer une égalité entre hommes et femmes en matière d'héritage. Ennahdha «veut poursuivre l'accord avec le gouvernement dirigé par Youssef Chahed…
Les relations entre Béji Caïd Essebsi et Ennahdha sont coupées», a poursuivi le président. Ennahdha, devenu le premier parti parlementaire, «a choisi un autre chemin, j'espère que ce sera un chemin réussi, mais je ne le pense pas», a-t-il ajouté. «Personne n'est valable pour tous les temps et tous les lieux», a-t-il soutenu, évoquant un départ à la fois du chef du gouvernement et de son propre fils.
Discorde
Le mouvement islamiste, qui s'impose aujourd'hui comme la première formation politique à l'Assemblée, soutient Youssef Chahed qui, lâché par son parti Nidaa Tounes, peut désormais compter sur un nouveau bloc parlementaire d'une quarantaine de députés, l'Alliance nationale.
Le 29 mai dernier, le chef du gouvernement a critiqué, lors d'une allocution solennelle sur la chaîne publique Al Wataniya, ceux qui cherchent à l'écarter du pouvoir, en particulier le chef de son propre parti, Nidaa Tounès, Hafedh Caïd Essebsi, le fils du chef de l'Etat.
«Les dirigeants (NDLR : de Nidaa Tounes), à leur tête Hafedh Caïd Essebsi, ont détruit le parti», a asséné Y. Chahed, nommé à la tête du gouvernement en septembre 2016 à l'initiative même du président de la République. Il a ainsi répliqué aux manœuvres de Hafedh Caïd Essebsi qui, aux côtés de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT), active à le pousser vers la sortie.
En difficultés financières, notamment après la crise du secteur touristique liée à une série d'attentats djihadistes en 2015, la Tunisie a obtenu en 2016 un prêt de 2,4 milliards d'euros sur quatre ans du Fonds monétaire international (FMI). En échange, elle s'est engagée à une réduction de son déficit public et à des réformes économiques douloureuses.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.