Tebboune autorise la réouverture progressive des mosquées et des plages    4 ans de prison ferme requis à l'encontre de Drarni, Belarbi et Hamitouche    Décès de Saïd Amara: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Constantine: saisie de 90 000 comprimés psychotropes    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'alliance entre Caïd Essebsi et Ennahdha vole en éclats
La crise politique en Tunisie s'accentue
Publié dans El Watan le 25 - 09 - 2018

Le 29 mai dernier, le chef du gouvernement, Youssef Chahed, lors d'une allocution sur la chaîne publique
Al Wataniya, a fustigé ceux qui cherchent à l'écarter du pouvoir, en particulier le chef de son propre parti, Nidaa Tounes, Hafedh Caïd Essebsi, le fils du chef de l'Etat.
Lors d'un entretien diffusé lundi soir à la télévision, le président tunisien, Béji Caïd Essebsi, a rassuré que les élections auraient lieu en décembre 2019. «Les élections se tiendront à temps (…) en décembre 2019», a indiqué le président Essebsi. Comme il a annoncé la fin de l'alliance avec le parti islamiste Ennahdha. Il a appelé à une modification de la Constitution, estimant que le partage de pouvoir entre le président et le Premier ministre n'est pas satisfaisant, tout en assurant qu'elle ne rentrerait en vigueur qu'au prochain mandat.
«Depuis la semaine dernière, nous avons décidé de nous séparer, à la demande d'Ennahdha», a soutenu le président Caïd Essebsi, qui s'exprimait alors que l'appareil étatique est paralysé depuis des mois par une lutte fratricide au sein de son parti, Nidaa Tounes, qu'il a fondé en 2012 comme un front contre les islamistes.
Néanmoins, il a fini par faire alliance avec Ennahdha au lendemain des élections législatives de 2014. Alliance qui s'est affaiblie par une lutte de pouvoir entre le chef du gouvernement, Youssef Chahed, et le fils du président, Hafedh Caïd Essebsi.
Des désaccords récents entre Caïd Essebsi et Ennahdha ont porté sur le soutien que ce dernier apporte à Youssef Chahed et sur un projet de loi soutenu par le Président visant à instaurer une égalité entre hommes et femmes en matière d'héritage. Ennahdha «veut poursuivre l'accord avec le gouvernement dirigé par Youssef Chahed…
Les relations entre Béji Caïd Essebsi et Ennahdha sont coupées», a poursuivi le président. Ennahdha, devenu le premier parti parlementaire, «a choisi un autre chemin, j'espère que ce sera un chemin réussi, mais je ne le pense pas», a-t-il ajouté. «Personne n'est valable pour tous les temps et tous les lieux», a-t-il soutenu, évoquant un départ à la fois du chef du gouvernement et de son propre fils.
Discorde
Le mouvement islamiste, qui s'impose aujourd'hui comme la première formation politique à l'Assemblée, soutient Youssef Chahed qui, lâché par son parti Nidaa Tounes, peut désormais compter sur un nouveau bloc parlementaire d'une quarantaine de députés, l'Alliance nationale.
Le 29 mai dernier, le chef du gouvernement a critiqué, lors d'une allocution solennelle sur la chaîne publique Al Wataniya, ceux qui cherchent à l'écarter du pouvoir, en particulier le chef de son propre parti, Nidaa Tounès, Hafedh Caïd Essebsi, le fils du chef de l'Etat.
«Les dirigeants (NDLR : de Nidaa Tounes), à leur tête Hafedh Caïd Essebsi, ont détruit le parti», a asséné Y. Chahed, nommé à la tête du gouvernement en septembre 2016 à l'initiative même du président de la République. Il a ainsi répliqué aux manœuvres de Hafedh Caïd Essebsi qui, aux côtés de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT), active à le pousser vers la sortie.
En difficultés financières, notamment après la crise du secteur touristique liée à une série d'attentats djihadistes en 2015, la Tunisie a obtenu en 2016 un prêt de 2,4 milliards d'euros sur quatre ans du Fonds monétaire international (FMI). En échange, elle s'est engagée à une réduction de son déficit public et à des réformes économiques douloureuses.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.