Mort des tribus, naissance des tribalismes (III)    Le Mouvement El Bina prêt à s'engager dans l'élection présidentielle    Un acte inacceptable estime Abdelaziz Rahabi    30e vendredi du Hirak: Appel au départ de tous les symboles de l'ancien système    Aigle Azur (SNLP) : Le Comité d'entreprise soutient deux offres de redressement    Résoudre rapidement, par une élection présidentielle transparente, la crise politique ou la régression    Portes ouvertes sur la CASNOS    Bomare Company mise à l'honneur dans le magazine allemand de l'IFA Berlin    La préservation des acquis de la révolution, priorité des Tunisiens    Appel à hâter la désignation d'un nouvel envoyé personnel du SG de l'ONU    Assemblée générale extraordinaire le 17 septembre    «Boudaoui est bourré de talent»    Réda Benbaziz (-63 kg) dominé par l'Ouzbek Adu Raimov    Lancement du concours international de la photographie sous-marine de la corniche jijelienne    Alger, Constantine, Annaba plus exposées aux inondations que d'autres villes du pays    Baisse de 60 % du taux de mortalité de la mère parturiente    Après adoption par les deux chambres des deux textes de loi organique relatifs à l'Autorité en charge des élections et au régime électoral: Place à ...    Prochaine édition du Festival national de la littérature et du cinéma de la femme    Il fête ses 50 ans de carrière à Alger    Les startups favorisées    L'Algérie réaffirme sa position    Ahmet Davutoglu quitte l'AKP pour créer un mouvement rival    Un individu abattu à Tizi-Ouzou    Le marché de Tidjelabine rouvre ses portes    Le tour de vis du gouvernement    De nouvelles taxes sur les véhicules ?    Le président de Microsoft se positionne aux côtés de Huawei    Bedoui exprime sa "gratitude" à l'ANP    Deux films algériens en compétition officielle au festival international d'Elgouna en Egypte    Borussia Mönchengladbach: Bonne prestation de Bensebaini face à Cologne    L'autorité des élections reflète-t-elle les articles de la Constitution ?    TISSEMSILT : Installation du nouveau chef de sûreté de wilaya    NUIT DE DELUGE A ALGER : La capitale avait ses avaloirs bouchés    LES MEDECINS DENONCENT L'INSOUCIANCE DES RESPONSABLES : Un ‘'abattoir'' à l'hôpital de Mostaganem    Six soldats émiratis tués dans une collision de véhicules militaires    Un 15e penalty sifflé    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 4ème journée    La DJS prête à louer le stade Zabana le jour des matchs    Deux collines illuminées par des milliers de manifestants    Détermination plus forte    Vers de fortes tensions sur le marché de la devise    Des milliers de Soudanais dans les rues    ACTUCULT    Julien Clerc célèbre ses 50 années de carrière à L'Opéra d'Alger    "Bee Home" ou la culture dans la convivialité    Plaisir du grattage et pizza anti-cancer au menu    LDC (2e tour – aller) JS Kabylie – Horoya Conakry (19h30) : Assurer la qualification à Tizi Ouzou    Comment la stratégie israélienne contourne le blocage libanais en se portant vers l'est de L'Euphrate    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La BAD appelle les opérateurs algériens à adhérer à son initiative
Investissements en Afrique
Publié dans El Watan le 25 - 09 - 2018

Selon les estimations de la BAD, les besoins de financements en Afrique avoisinent les 170 milliards de dollars annuellement pour suivre le rythme de la croissance démographique sur le continent.
La Banque africaine de développement (BAD) a appelé, hier à Alger, les opérateurs économiques algériens à adhérer à sa nouvelle initiative de promotion des investissements en Afrique. Baptisé «Africa Investment Forum» (AIF), ce projet vise à identifier les possibilités d'investissement en Afrique, à les assister et à assurer leur financement.
«L'AIF est le premier marché de l'investissement en Afrique, destiné à combler le déficit du continent en matière de mécanismes de financement. Les opérateurs algériens sont appelés à prendre part à cette action et à saisir les opportunités qu'elle présente», a indiqué le directeur général de la BAD chargé de la région Afrique du Nord, Mohamed El Azizi, lors d'une réunion de présentation de cette initiative, en présence de chefs d'entreprise algériens et de représentants d'institutions publiques.
L'objectif de l'AIF est de «réduire l'écart entre les besoins énormes en investissements en Afrique et l'offre en matière de financements en proposant tout type de financements provenant des différents bailleurs de fonds internationaux ainsi que le secteur privé africain», a-t-il soutenu.
Selon les estimations de la BAD, les besoins de financements en Afrique, rapporte l'APS, avoisinent les 170 milliards de dollars annuellement pour suivre le rythme de la croissance démographique sur le continent. Cependant, la valeur des investissements consentis réellement est «très en deçà» des besoins du continent, «ce qui impose la nécessité de créer un mécanisme qui oriente les capitaux vers les nombreuses opportunités de développement en Afrique», a-t-il signalé.
La BAD se chargera de tout le processus d'identification, de maturation et d'amélioration des projets de développement dans les pays d'Afrique et de réunir les institutions de financement nécessaires pour leur concrétisation, a fait savoir Mohamed El Azizi. Les projets retenus sont ceux destinés à «alimenter l'Afrique en énergie, la nourrir, l'industrialiser, l'intégrer, et à améliorer la qualité de vie des populations africaines», a avancé le représentant de cette institution financière régionale.
Cette initiative stimulera, par conséquent, l'investissement dans des secteurs d'intérêt stratégique, tout en renforçant la coopération avec le secteur privé africain. L'AIF se veut donc une «plateforme multipartite et pluridisciplinaire» qui a vocation à faire progresser les projets et les rendre «bancables», ainsi qu'à accélérer le bouclage financier des transactions conclues.
En incitant les opérateurs des différents pays d'Afrique à préparer des projets qu'ils pourront présenter à de potentiels investisseurs, la BAD compte bâtir une large réserve de projets capables d'améliorer la visibilité concernant le marché africain qui recèle d'importantes opportunités, a noté ce responsable de la BAD. Selon lui, «le portefeuille des projets définis par la BAD en Afrique du Nord dépasse actuellement les 16 milliards de dollars».
La Banque africaine de développement envisage, en effet, de recruter prochainement une soixantaine d'experts chargés des questions des investissements afin d'accompagner les promoteurs de projets. Un autre responsable de la BAD, Achraf Tarsim, présent hier à Alger, a de son côté souligné que l'AIF «fait le matching entre des projets maturés et bien préparés, d'une part, et des investisseurs intéressés par l'Afrique, grâce notamment aux mécanismes de réduction de risques et d'amélioration du climat des affaires».
A cet égard, il a avancé que la BAD va créer une plateforme intercontinentale de cogarantie, en collaboration avec des institutions de financement internationales telles que la Banque islamique de développement (BID) et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD).
Cette réunion d'Alger est la quatrième étape d'un road show régional qui a déjà conduit la délégation de la BAD à Tunis, à Casablanca et au Caire afin de promouvoir l'AIF, qui tiendra sa première édition du 7 au 9 novembre 2018 à Johannesburg (Afrique du Sud).
Pour rappel, l'Algérie est l'un des membres fondateurs de la BAD qui avait été créée en 1964. Détenant 4,2% des actions de cette banque, l`Algérie en est le 4e actionnaire parmi les pays africains et le 7e dans le classement général des pays membres. Actuellement, le partenariat Algérie-BAD est essentiellement axé sur les travaux analytiques et le renforcement des capacités. Cette banque régionale compte 81 pays membres formés de 54 pays africains et de 27 pays européens, sud et nord-américains et asiatiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.