Journée internationale de la femme: Message du Président de la République    La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    USMA: Zeghdoud nouvel entraineur    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Lutte contre la Covid-19 : Une plateforme pour assurer la «vaccinovigilance» à l'EHU d'Oran    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Cyberciminalité: l'Algérie candidate à la présidence du Comité internationale    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Les modifications et les instructions de Tebboune    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    L'historien Maati Monjib, en grève de la faim    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    La sélection algérienne à la 2e place    Les Algériennes Ouallal et Asselah précocement éliminées    Tendances instables    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Au cinquième jour de fermeture de la RN 24, l'arbitrage de l'administration persiste    Des citoyens en attente d'un logement depuis 40 ans !    Petits beignets    "Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"    Les attributaires du périmètre «Maâder» se plaignent du manque d'électricité    Un texte d'un «autre temps»    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Environnement hostile    Les partis politiques s'y préparent    C'était un certain 08 mars 2007    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Les armes de la cyberguerre    La fabrique des mensonges!    Le président Tebboune présente ses condoléances    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Benlamri buteur et Slimani passeur    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    L'Iran appelle les Européens à éviter «toute menace ou pression» sur le nucléaire    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    Le double combat de la femme algérienne    Ces audacieuses qui façonnent la République    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brèves
Publié dans El Watan le 22 - 10 - 2018

– La foire des produits algériens à Nouakchout : Plus de 170 entreprises exposent en Mauritanie
Pour marquer son retour dans les manifestations régionales, l'Algérie organise à partir d'aujourd'hui et jusqu'au 31 du mois dans la capitale mauritanienne la plus grande manifestation économique en dehors de ses frontières.
Cette quatrième édition verra la participation de plus de 170 acteurs économiques nationaux, soit un nombre près de trois fois supérieur à celui de l'édition de 2017.
Et ce, sur une superficie de 4000m2, Il s'agit pour les deux pays, selon un communiqué parvenu à notre rédaction, d'une manière de «couronner les efforts communs pour intensifier les échanges commerciaux, à travers l'ouverture en août dernier du premier poste frontalier depuis l'indépendance respective des deux pays».
Une ouverture qui a permis pour la première fois d'acheminer les produits algériens par route. Faudrait-il marquer d'autres pas dans la conquête des marchés voisins en assurant les conditions nécessaires ?
Il s'agit aussi de la mise en place des bases d'une coopération économique intégrée avec les pays voisins. Plusieurs rencontres sont prévues entre les opérateurs économiques des deux pays pour examiner les opportunités de coopération et de partenariat.
Cet événement permettra par ailleurs la valorisation du produit local et l'ouverture de nouveaux marchés pour les produits algériens en Afrique, notamment après l'inauguration du poste frontalier terrestre Mustapha Ben Boulaïd à Tindouf, une plateforme logistique stratégique pour l'Algérie et les pays d'Afrique à même de promouvoir les zones frontalières et faciliter le travail des exportateurs algériens souhaitant accéder aux marchés africains. Et ce, en attendant l'intégration économique maghrébine.
Outre cette foire, la Société algérienne des foires et exportations (Safex) prévoit l'organisation de plusieurs expositions de produits algériens exportables au Mali, au Sénégal, au Burkina Faso, au Gabon et en Egypte, avant la fin de l'année en cours, et ce, en coopération avec les partenaires activant dans les secteurs concernés.
– L'Italie appelée à «respecter les règles» de la zone euro
Le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, a appelé, hier, l'Italie à respecter les règles de la zone euro en matière de déficit et assuré que la France apporterait les précisions demandées par Bruxelles sur son propre budget.
«Je dis à nos amis italiens que les règles sont les mêmes pour tous», a déclaré M. Le Maire lors d'une émission diffusée sur une chaîne télévisée publique française. «Nous avons fait un choix souverain, nous avons choisi souverainement d'avoir une monnaie commune», a-t-il poursuivi. «La contrepartie de cela c'est que vous ne pouvez pas faire n'importe quoi.
Vous devez respecter les règles parce que si jamais vous faites n'importe quoi, ce sont ceux qui sont autour qui trinquent». Le gouvernement italien prévoit un déficit à 2,4% du PIB en 2019, contre 0,8% pour son prédécesseur, puis à 2,1% en 2020 (contre 0) et à 1,8% en 2021.
Or, l'Italie ploie déjà sous une dette de 2 300 milliards d'euros, ce qui représente quelque 131% de son PIB, le deuxième ratio le plus élevé dans la zone euro. Cette décision a valu à Rome de voir sa note souveraine dégradée par l'agence de notation Moody's, passée vendredi de «Baa2» à «Baa3», le dernier niveau de la catégorie investissement.
Interrogé par ailleurs sur la demande de précisions de la Commission européenne sur le budget français, Bruno Le Maire a minimisé les choses, en assurant que la France continuait à réduire son déficit. «Elle nous demande juste des précisions (…) Je veux rassurer tout le monde, ce n'est pas très grave, nous apporterons toutes les précisions», a-t-il déclaré.
«Nous respectons nos engagements européens, nous réduisons les déficits, nous allons réduire la dette et nous pourrons grâce à cela réduire les impôts d'ici la fin du quinquennat, a-t-il poursuivi. Donc nous sommes sur la bonne voie et c'est grâce aux efforts des Français et je veux les en remercier».
Les règles européennes imposent à la France de réduire le déficit structurel à hauteur de 0,6 point de PIB en 2019. Or, selon le projet budgétaire présenté par Paris, cet effort ne dépassera pas 0,3 point l'an prochain.
– L'Allemagne pour un impôt minimum mondial
Le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz, plaide pour une imposition minimale mondiale des bénéfices des multinationales, en visant les géants américains du numérique, au moment où Paris veut accélérer le pas pour les taxer en Europe.
«Nous avons besoin d'un taux d'imposition minimum valable dans le monde entier et dont aucun Etat ne pourra se soustraire », a déclaré, hier, le ministre social-démocrate dans une tribune publiée par le journal Welt am Sonntag.
Le ministre du gouvernement Merkel vise en particulier les juteux bénéfices réalisés par les GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) et autres plateformes numériques comme YouTube ou Airbnb, qui échappent grandement au fisc des pays où ils exercent principalement leur activité.
«Le numérique aggrave un problème que nous connaissons bien avec la mondialisation et que nous essayons de contrecarrer : la localisation des bénéfices vers des contrées fiscalement avantageuses», explique le ministre.
M. Scholz explique avoir lancé une initiative pour aider les Etats à réagir au dumping fiscal d'autres Etats, en s'appuyant sur les travaux de l'OCDE sur le sujet. «Nous avons besoin de mécanismes coordonnés qui empêchent un déplacement des revenus dans les paradis fiscaux», plaide-t-il, jugeant aussi que l'UE accuse un retard en la matière.
La proposition de M. Scholz intervient en pleine tension commerciale internationale avec les Etats-Unis, alors que Berlin aurait à craindre un retour de bâton américain visant notamment l'automobile allemande, en cas d'attaque frontale contre des emblèmes de la Silicon Valley.
L'Allemagne a déjà affiché sa réticence face au projet français visant à taxer les GAFA à hauteur de 3% des revenus tirés de certaines activités, en particulier la publicité et la revente de données personnelles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.