Groupe F : Le Cameroun sans sourciller face à la Guinée-Bissau    SELON SALIM LABATCHA, LE NOUVEAU SG : L'UGTA adhérera au Hirak    Défiant l'armada policière, les étudiants donnent une leçon de nationalisme    Bouira : Etudiants, élus et citoyens marchent pour la libération des dix-sept détenus    Plusieurs actions de protestation à Béjaïa    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    Samy Agli, nouveau président du FCE    L'union de la wilaya de Tizi Ouzou dénonce "un simulacre"    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    MC Oran: Une feuille de route à appliquer en urgence    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    L'ARBRE DESSECHE    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tripoli et Benghazi trouvent un accord sur un Smig politique
Règlement de la crise libyenne
Publié dans El Watan le 03 - 11 - 2018

Le Parlement et le Conseil d'Etat libyens sont tombés d'accord sur un Conseil présidentiel de trois membres, au lieu de neuf, en charge de la transition politique, et un gouvernement technocrate pour améliorer la vie courante des Libyens. Le passage à l'acte pose des interrogations. Comme toujours !
L'envoyé spécial de l'ONU en Libye, Ghassan Salamé, a reçu l'accord du Conseil de l'Etat sur les propositions du Parlement concernant l'amendement de l'Accord de Skhirat de décembre 2015.
Les deux corps législatifs en Libye, Parlement et Conseil de l'Etat, sont tombés d'accord pour réduire la composition du Conseil présidentiel de neuf à trois membres. Le nouvel accord prévoit également d'installer un gouvernement de technocrates, indépendant du Conseil présidentiel, qui se concentrera sur l'amélioration de la vie courante des Libyens.
Le Conseil présidentiel prendra en charge, pour sa part, la finalisation de la transition politique.En réponse aux questions d'El Watan, le député Abdessalem Nassia, président de la commission parlementaire de dialogue avec le Conseil de l'Etat, s'est montré satisfait de l'accord obtenu et a exprimé son souhait de voir les deux institutions «choisir des éléments en mesure de diriger le pays dans cette phase difficile nécessitant l'unification des institutions de l'Etat, la préparation des élections et la limitation de l'intervention étrangère en Libye».
Concernant l'exécution de cet accord, M. Nassia a précisé que «notre prochain objectif, c'est l'établissement d'un calendrier précis (lieux et dates) pour l'élection des membres du Conseil présidentiel, l'adoption de l'amendement de l'annonce constitutionnelle gérant la Libye et le lancement des tractations pour le gouvernement de technocrates».
L'accord obtenu converge, par ailleurs, avec la déclaration de Berlin sur la Libye, le 30 octobre, en marge de la tenue du G20 Afrique et en présence de Fayez Al Sarraj, président du Conseil présidentiel, Salah Aguila, président du Parlement, Khaled Mechri, président du Conseil de l'Etat et du maréchal Khalifa Haftar. La déclaration – ayant obtenu l'approbation claire, mais verbale, des belligérants libyens – s'engage à tenir des élections parlementaires, le plus tôt possible, et s'oblige à respecter ses résultats.
La déclaration annonce la réouverture des registres d'inscription des électeurs et les belligérants libyens promettent de travailler sur l'amélioration des conditions générales pour la tenue des élections. Cette percée n'empêche pas de rappeler que les dépassements des milices armées continuent à inquiéter la mission de l'ONU en Libye. Sa déclaration de presse, publiée jeudi, déplore l'utilisation de la force par ces milices, en faisant peur aux employés dans les établissements publics pour accéder à leurs ressources financières.
La déclaration cite des dépassements enregistrés à la banque El Amen, l'agence La touristique et la Société arabe libyenne des investissements extérieurs. En conclusion, la mission onusienne appelle le Conseil présidentiel à l'application des nouvelles dispositions sécuritaires stipulant de remplacer les milices armées par des éléments de l'armée régulière et la police.
Doutes
Or, des informations récurrentes insistent sur le fait que lesdites milices n'ont fait que changer d'uniformes, en arborant ceux de l'armée ou de l'une des unités de la police. Une source requérant l'anonymat affirme ainsi que c'est la milice d'Abou Slim qui s'est installée à l'aéroport international, alors que c'était l'Escadron 301 Halbouss de l'armée de terre qui était annoncé dans cette zone. Même chose pour la société des investissements extérieurs à Tripoli, qui a été envahie par la milice Nawassi, alors que les nouvelles dispositions sécuritaires prévoient qu'elle soit protégée par la police.
Il est donc clair que le pouvoir politique ne parvient pas encore à imposer ses directives sur le terrain, en rapport avec ces milices armées, dans l'Ouest libyen, notamment à Tripoli. Le défi le plus difficile de la crise libyenne, c'est la réussite de la réinsertion de ces milices. «S'il est difficile pour la majorité de leurs éléments de déposer les armes, ils peuvent faire des sessions de formation dans l'une des académies militaires et s'engager dans l'armée, comme l'a fait Haftar à l'Est», propose le politologue Ezzeddine Aguil.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.