Saïd Bouteflika, Mohamed Mediène, Athmène Tartag et Louisa Hanoune, devant le tribunal    Mohamed Charfi rassure les Algériens    Examen demain de la demande de levée d'immunité de Tliba et de Benhamadi    Démission de Salima Ghezali de l'APN    La participation de Karoui évoquée    80 Palestiniens dont un enfant blessé par des tirs israéliens à l'est de Ghaza    Bien négocier la manche aller    Encore buteur, Benzema se retrouve porté en triomphe à Madrid    L'Algérien Youcef Reguigui termine meilleur sprinter    Le Gouvernement tiendra-t-il ses promesses ?    Un espace pour préserver l'histoire de cette forme d'expression populaire    Une fresque murale en hommage au défunt Cheikh Atallah    BACCALAUREAT PROFESSIONNEL : Installation d'une Commission pour l'examen du dossier    MASCARA : 8 individus arrêtés pour vol de véhicule    ELECTION PRESIDENTIELLE : Le parti de Makri garde le suspense    AIN TEMOUCHENT : 3 ‘'harraga'' interceptés à Oulhaça    Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    Résultats    Batelli critique le rendement des joueurs    Bouchar risque 4 matches de suspension    Le temps des incertitudes    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Près de 300 manifestants arrêtés depuis vendredi    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Lancement de la campagne à Naâma    Un Plan national climat pour bientôt    Les magistrats confirment et dénoncent    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Le spleen du professeur avant la retraite    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le ministère s'explique    Les victimes protestent et réclament leur argent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La parade aux importations, c'est la colocation et la fabrication en Algérie»
Michel Bisac, nouveau président de la CCIAF, dresse ses objectifs
Publié dans El Watan le 08 - 11 - 2018

Nouvellement installé à la tête de la Chambre de commerce et d'industrie algéro-française (CCIAF) en remplacement de Jean-Marie Pinel, Michel Bisac a affiché la volonté des opérateurs français à investir dans la fabrication et la production et non dans l'importation. «L'ère des importations est terminée. C'est le moment de venir investir en Algérie.»
C'est ce qu'il a indiqué, mardi dernier, lors d'un point de presse animé au siège de la Chambre pour annoncer le départ de Jean-Marie Pinel, qui a assuré la présidence de la CCIAF pendant sept ans (depuis 2011). L'arrivée de M. Bisac signe ainsi, à la lumière de ses déclarations, un changement d'orientation dans la coopération algéro-française à travers la promotion des investissements hors hydrocarbures à la faveur des nouvelles orientations économiques en Algérie.
«Montrer aux investisseurs français que l'Algérie est un pays d'avenir avec 45 millions de consommateurs et un important potentiel économique», c'est l'objectif que s'est assigné la CCIAF pour les années avenir. Certes, cet objectif a toujours figuré dans le programme de la Chambre, comme l'a rappelé M. Pinel, mais la CCIAF, qui compte aujourd'hui 2000 adhérents, veut passer à un nouveau cap : celui d'investir localement en Algérie en transférant le savoir-faire français et en trouvant des partenaires pour y monter des entreprises.
Ce qui a d'ailleurs été signifié aux hommes d'affaires des pays de la Loire (à l'ouest de la France), qui étaient récemment en visite en Algérie à la recherche d'opportunités d'affaires. «Nous leur avons dit (les opérateurs économiques des pays de la Loire, ndlr), il y a moins d'importations et plus de colocation et de fabrication sur place. Alors, amenez votre savoir-faire, trouvez vos partenaires et vous gagnerez votre argent», a affirmé M. Bisac lors de cette sortie médiatique.
«Si on doit payer des taxes de 200% pour certains produits, il vaut mieux trouver la parade, et la parade c'est venir investir ici», soutient-il. Et ce n'est pas le climat des affaires qui pose problème à son avis. «En dépit des changements des lois et textes réglementaires, les hommes d'affaires français ont toujours cette volonté d'investir en Algérie. On est là et on s'adapte aux nouvelles réglementations et on transmet la bonne parole pour les attirer vers l'Algérie.
Car les lois changent, mais les opportunités ne disparaissent pas. Moins de gens viennent peut-être, mais c'est maintenant qu'il faut préparer l'avenir», a rappelé M. Bisac, ajoutant au passage, en référence à la situation en Algérie : «Certes, on est dans une période un peu compliquée, on ne sait pas ce qui va se passer, mais nous nous inscrivons dans la durée.» Il a cité dans ce sillage certains secteurs où les opportunités sont à saisir : nouvelles technologies et industrie agroalimentaire par exemple. D'où cette disponibilité à accompagner les hommes d'affaires français intéressés par le marché algérien. «Leur montrer que l'Algérie est un pays d'avenir, même si la conjoncture est également difficile en France avec la baisse des investissements.»
Pour concrétiser cet objectif, la CCIAF, qui a reçu une délégation des pays de la Loire, compte généraliser l'expérience en organisant des visites d'investisseurs d'autres régions de France en Algérie pour rechercher des opportunités d'affaires. Des opportunités qui s'ouvrent également aux Algériens de France. Dans ce cadre, le Club des femmes entrepreneurs de la Chambre a enregistré une forte demande (une trentaine) de la part d'Algériennes désirant revenir en Algérie en tant que chefs d'entreprise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.