L'art de la confusion.    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Dans les coulisses de : Naïma Salhi «chassée» de Naciria et de Chabet ElAmeur    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Ouverture demain du Salon international des dattes    Exploitation des mines d'or dans le Sud : les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Turquie 9 morts et 86 blessés dans un accident de train à Ankara    Défi de survie pour le mouvement des «gilets jaunes»    Natation : Sahnoune éliminé sur 50 mètres en Chine    CNAS : tenter de réduire les accidents du travail    Ouadhias (Tizi Ouzou) : Deux voleurs de batteries de relais téléphoniques identifiés par la police    Soins des Algériens en France : Y a-t-il un changement ?    Yacine Mahideb. Poète : Des mots pour panser des blessures    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    Issiakhem de A à Z    La menace terroriste plane à nouveau sur la France    Bouira : Le DJS sur la sellette !    Tournoi de beach-volley demain et dimanche à Oran    Sidi-Saïd prend de vitesse ses détracteurs    L'auto-satisfecit algérien    Le FLN part en favori    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    La revanche des riches    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Défaitisme    Bouchareb ne va pas durer longtemps    L'histoire à méditer    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Hydrocarbures : Sonatrach et la compagnie russe Transneft signent deux contrats    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marchés pétroliers : La surabondance annonce-t-elle une mauvaise année ?
Publié dans El Watan le 15 - 11 - 2018

Le baril de brent de la mer du Nord pour livraison en janvier valait 65,91 dollars sur l'InterContinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 44 cents par rapport à la clôture de mardi.
Les prix du pétrole remontaient légèrement, hier, de quelques cents en cours d'échanges européens, mais la tendance baissière entamée depuis quelques jours semble bien installée dans le temps. Les investisseurs se focalisaient sur le déséquilibre du marché.
L'Agence internationale de l'énergie (AIE) et l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) prévoient une offre dépassant la demande en 2019. Hier matin, le baril de brent de la mer du Nord pour livraison en janvier valait 65,91 dollars sur l'InterContinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 44 cents par rapport à la clôture de mardi.
Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour le contrat de décembre prenait 11 cents à 55,80 dollars. Les cours, qui plongent depuis début octobre, ont atteint mardi le plus bas en huit mois pour le brent, à 64,61 dollars, et le plus bas en un an pour le WTI, à 54,75 dollars.
Sur le marché asiatique, c'est la même tendance due aux inquiétudes sur un trop-plein d'offre sur le marché mondial, aggravées par la révision à la baisse des prévisions de demande de l'Opep. Celle-ci a revu à la baisse avant-hier ses prévisions sur la demande mondiale pour cette année, ainsi que pour 2019. «On a une combinaison toxique, l'affaiblissement de la demande mondiale et un excès d'offre, qui fait s'effondrer les cours», a expliqué Stephen Innes, analyste chez Oanda, repris par des sites spécialisés.
Les experts de Goldman Sachs pensent que «ce qui a commencé avec un sentiment d'aversion au risque pour tous les marchés a été exacerbé pour le pétrole par les exemptions accordées aux importateurs de pétrole iranien». En accordant des dérogations à certains clients de l'Iran, les Etats-Unis ont provoqué une suroffre imprévue, pendant que les autres producteurs pompaient plus pour compenser cette perte.
Pas seulement. En plus du rapport mensuel de l'Opep publié mardi, les marchés pétroliers ont été également influencés par la publication de l'AIE, qui a souligné une hausse des réserves mondiales de brut, en raison de la production abondante des trois géants qui sont l'Arabie Saoudite, la Russie et les Etats-Unis. «Si l'Opep ne réduit pas sa production, nous allons vers une nouvelle hausse des réserves mondiales en 2019», a résumé Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix, dans des propos repris par l'APS.
L'annonce faite par l'Arabie Saoudite de réduire sa production de 500 000 barils par jour n'a pas réussi à redresser un marché où les Américains font la pluie et le beau temps. Tous les experts prédisaient une augmentation des prix du pétrole avec l'entrée en vigueur des sanctions contre l'Iran. Mais force est de constater que l'impact de ces sanctions n'a pas été aussi important qu'ils l'avaient prévu.
L'Opep et ses partenaires se réuniront le 6 décembre à Vienne pour décider de la politique à suivre. L'Arabie Saoudite, premier exportateur mondial, défend déjà une baisse de la production du groupe pour que le marché se refasse une santé. Les regards seront tournés aujourd'hui vers le premier consommateur et premier producteur mondial de brut, les Etats-Unis, pour prendre connaissance des données hebdomadaires de l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) sur les stocks de pétrole du pays. C'est une semaine folle qui s'annonce pour les marchés pétroliers. Autant d'inquiétudes pour les économies qui en dépendent en partie ou presque entièrement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.