Coupe d'Algérie.. La double confrontation CRB-NAHD officiellement au 5 juillet    Ligue des champions.. Sergio Ramos s'explique après la polémique concernant son carton jaune    Grand succès de «Nathan le sage» à Alger.. Le théâtre pour unir les humains    Première forte mobilisation dans la rue contre le 5e mandat    Tamanrasset, In Guezzam et Bordj Badji Mokhtar.. 39 orpailleurs arrêtés    Salon international de défense «IDEX-2019».. Gaid Salah à Abou Dhabi    Grand concours «Cirta Science» de Constantine.. 550 lycéens aux épreuves préliminaires    INTERSYNDICALE : L'éducation perturbée par une grève le 26 février    UN VEHICULE VOLE A MOSTAGANEM, RETROUVE A RELIZANE : Les 04 voleurs placés sous les verrous    PRESIDENTILLE 2019 : Le PT tranchera prochainement sur sa participation    Le jeune arrête à BBA libéré    REVISION DE LA LOI RELATIVE AU MOUDJAHID ET AU CHAHID : Prise en charge médicale optimale pour les Moudjahidine    Pas de campagne pour Belkhadem et Saâdani    Les assurances de Temmar    La Russie, la Turquie et l'Iran s'engagent à aider Damas à réaliser des réformes constitutionnelles    La justice refuse la libération d'un ex-ministre mozambicain    Abdelmalek Sellal s'emploie à banaliser le 5e mandat    Les faux dilemmes de Benflis et Hanoune    Ernesto Valverde prolongé    «La coupe de cheveux reflète inéluctablement notre idole»    Quelques vieilles saloperies jamais vraiment enterrées au cimetière de Boothill !    La sûreté de wilaya dresse son bilan : 12 réseaux de passeurs démantelés en 2018    Gare routière est : Un policier assassiné dans un bus    MO Béjaïa : Accord trouvé avec Bouzidi    Zone de Bellara, à El Milia (Jijel) : Lancement des travaux de viabilisation    Chambre de commerce : Une délégation américaine en visite à Oran    Coupe arabe des clubs. Al-Merreikh – MCA : Mission difficile pour le Doyen à Omdurman    LFP – sanctions : Huis clos pour le MOB, un an pour Harkabi    Coupe d'Algérie: La double confrontation CRB - NAHD au 5-Juillet    Bilan financier 2018: Ooredoo Algérie compte 13,8 millions d'abonnés    Le ministre du Travail l'affirme: Plus d'un demi million de nouveaux chômeurs diplômés chaque année    Chlef: Le vol de câbles téléphoniques inquiète    Sept médailles dont 3 en or pour l'Algérie    59ème anniversaire des essais nucléaires français en Algérie    Le premier Salon national du miel se déroulera cette année    Deux terroristes se font exploser à Sidi Bouzid    Plus de 100 000 bébés meurent annuellement en raison des guerres    Le réseau internet exposé aux attaques de l'exterieur du pays    Des avions français bombardent des civils à l'extrême Est    Saisie de 1, 260 kg de kif traité    «Les Yeux de Mansour» de Ryad Girod    Générale de Saha l'artiste    Manselkouch.. Manselkouch en ouverture    "Les masques sont tombés" : Moscou répond au journaliste de la BBC sur "l'attaque" à Douma    La dette publique des USA bat un nouveau record: en quoi Trump est-il différent d'Obama?    Abdelkader Kara Bouhadba installé dans ses nouvelles fonctions    Accord de pêche Maroc-UE : Le Tribunal européen ordonne à l'UE de respecter le droit international    Cameroun : L'opposant Maurice Kamto et ses partisans inculpés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marchés pétroliers : La surabondance annonce-t-elle une mauvaise année ?
Publié dans El Watan le 15 - 11 - 2018

Le baril de brent de la mer du Nord pour livraison en janvier valait 65,91 dollars sur l'InterContinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 44 cents par rapport à la clôture de mardi.
Les prix du pétrole remontaient légèrement, hier, de quelques cents en cours d'échanges européens, mais la tendance baissière entamée depuis quelques jours semble bien installée dans le temps. Les investisseurs se focalisaient sur le déséquilibre du marché.
L'Agence internationale de l'énergie (AIE) et l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) prévoient une offre dépassant la demande en 2019. Hier matin, le baril de brent de la mer du Nord pour livraison en janvier valait 65,91 dollars sur l'InterContinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 44 cents par rapport à la clôture de mardi.
Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour le contrat de décembre prenait 11 cents à 55,80 dollars. Les cours, qui plongent depuis début octobre, ont atteint mardi le plus bas en huit mois pour le brent, à 64,61 dollars, et le plus bas en un an pour le WTI, à 54,75 dollars.
Sur le marché asiatique, c'est la même tendance due aux inquiétudes sur un trop-plein d'offre sur le marché mondial, aggravées par la révision à la baisse des prévisions de demande de l'Opep. Celle-ci a revu à la baisse avant-hier ses prévisions sur la demande mondiale pour cette année, ainsi que pour 2019. «On a une combinaison toxique, l'affaiblissement de la demande mondiale et un excès d'offre, qui fait s'effondrer les cours», a expliqué Stephen Innes, analyste chez Oanda, repris par des sites spécialisés.
Les experts de Goldman Sachs pensent que «ce qui a commencé avec un sentiment d'aversion au risque pour tous les marchés a été exacerbé pour le pétrole par les exemptions accordées aux importateurs de pétrole iranien». En accordant des dérogations à certains clients de l'Iran, les Etats-Unis ont provoqué une suroffre imprévue, pendant que les autres producteurs pompaient plus pour compenser cette perte.
Pas seulement. En plus du rapport mensuel de l'Opep publié mardi, les marchés pétroliers ont été également influencés par la publication de l'AIE, qui a souligné une hausse des réserves mondiales de brut, en raison de la production abondante des trois géants qui sont l'Arabie Saoudite, la Russie et les Etats-Unis. «Si l'Opep ne réduit pas sa production, nous allons vers une nouvelle hausse des réserves mondiales en 2019», a résumé Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix, dans des propos repris par l'APS.
L'annonce faite par l'Arabie Saoudite de réduire sa production de 500 000 barils par jour n'a pas réussi à redresser un marché où les Américains font la pluie et le beau temps. Tous les experts prédisaient une augmentation des prix du pétrole avec l'entrée en vigueur des sanctions contre l'Iran. Mais force est de constater que l'impact de ces sanctions n'a pas été aussi important qu'ils l'avaient prévu.
L'Opep et ses partenaires se réuniront le 6 décembre à Vienne pour décider de la politique à suivre. L'Arabie Saoudite, premier exportateur mondial, défend déjà une baisse de la production du groupe pour que le marché se refasse une santé. Les regards seront tournés aujourd'hui vers le premier consommateur et premier producteur mondial de brut, les Etats-Unis, pour prendre connaissance des données hebdomadaires de l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) sur les stocks de pétrole du pays. C'est une semaine folle qui s'annonce pour les marchés pétroliers. Autant d'inquiétudes pour les économies qui en dépendent en partie ou presque entièrement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.