LUTTE CONTRE LE DISCOURS DE HAINE : Zeghmati présente l'avant-projet de loi    Mohamed Bedjaoui impliqué lui aussi    MOSTAGANEM : Les distributeurs de lait ne décolèrent pas    PROMOTION DU DIALOGUE SOCIAL : Une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    DANS UNE ENTREVUE ACCORDEE A UNE CHAINE DE TELEVISION RUSSE : Tebboune nie toute exploitation du gaz de schiste    FRANCE : Quatre frères et sœurs algériens arrêtés à Bordeaux    REMONTEE DES EAUX A ES-SENIA : Vers la réalisation de canaux de drainage vers la Sebkha    Real Madrid: Guardiola réagit à l'intérêt de Zidane pour Sterling    Football/Professionnalisme: "Les pouvoirs publics s'engagent à prendre en charge les doléances des clubs"    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 20ème journée    "Depuis le 22 février 2019, le peuple algérien s'est autonomisé"    L'Afrique du Sud continuera à exhorter le Maroc à respecter les résolutions de l'ONU sur le Sahara occidental    Haftar menace de s'opposer militairement à la Turquie    Vers le déploiement d'une mission de l'UA    Revoilà l'ingérence russe !    Résonances autour d'une année de contestations    Fausses adresses    «Le Hirak a sauvé l'Etat national de l'effondrement»    Serport annonce ses grands projets    Choc des extrêmes à Biskra    Le Targui    Marche des robes noires aujourd'hui à Béjaïa    Montréal aux couleurs algériennes    15 732 personnes prises en charge par l'Onaea    Constantine : les habitants du quartier Rahmani-Achour protestent    L'espace attenant au siège de la daïra d'El-Milia squatté    ACTUCULT    L'œuvre visionnaire d'un écrivain engagé    "Mon art est un langage de liberté et de solidarité"    Mort du DJ et producteur britannique Andrew Weatherall    Avec la série Hunters, la chasse aux nazis prend des accents «comics»    En bref…    Fin en vue du blocage politique en Tunisie    Arrêt de l'importation des kits CKD/SKD : Abdelmadjid Tebboune met fin au «montage» automobile    Transport ferroviaire : Un secteur à la traîne    Mouloudia d'Alger : Neghiz sera sur le banc face à l'USMA    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital    70e Berlinale : Projection de Nardjes A…, un documentaire sur le hirak    La statue de Constantin dans un état lamentable    80 employés du PNC et 7 syndicalistes licenciés: Reprise des vols d'Air Algérie    Publicité, presse électronique, professionnalisation...: Les promesses de Belhimer    Abdelmadjid Tebboune: Rien à reprocher au Hirak    Hassi bounif: 160 kilos de viandes rouge et blanche et 105 kilos d'abats saisis    4morts et 32 blessés en 24 heures    La CHine lancerait les premiers tests sur l'homme fin avril    Les défis de l'Algérie 2020-2025, selon Mebtoul    Le PNC suspend sa grève    Ronaldo adoube Mbappé !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Youcef Sebti, précurseur du symbolisme poétique algérien
Publié dans El Watan le 16 - 12 - 2004

Il laisse une plaquette de poésie en quatre-vingt-douze pages (Bouchène, Paris) sous le titre L'Enfer et la folie.
Il s'agit de soixante et un poèmes irréguliers et d'inégales longueurs écrits entre 1962 et 1966. Ces poèmes plusieurs fois proposés à la SNED n'ont jamais été retenus.
La thématique centrale de ce recueil de poèmes porte sur la guerre. Youcef Sebti commence à en parler dès l'exergue accompagnant le titre. Il souligne en effet : «Je n'ai pas fait le guerre, elle m'a fait». Ce recueil traite de l'enfer de la guerre et de la folie des hommes. Le poète y exprime le grand désarroi d'un adolescent devant ce phénomène meurtrier où les massacres, les bombardements, les regroupements, les exactions sont monnaie courante. Le premier poème martèle le duo hallucinant de l'enfer et de la folie. Ces deux mots s'inscrivent tout le long du poème et l'encerclent littéralement.
Sur les vingt-six vers qu'il compte, le premier poème voit cinq fois le mot enfer, en ouverture et trois fois le mot folie, c'est ce mot qui clôt ce premier poème.
Mais dans le corps du sujet, on découvre que cet enfer dont il est question n'est pas seulement le résultat de la guerre, car le poète dit que sa vie est un enfer et que l'enfer venu avec sa naissance l'habite littéralement.
«Je suis né dans l'enfer
j'ai vécu dans l'enfer
et l'enfer est en moi
et dans l'enfer
sur la haine ce terreau qui flambe
ont poussé des fleurs.» (p.9)
Quant à la folie, elle apparaît comme subséquente. Elle résulterait de la prise de conscience que la vie est infernale. Choix délibéré du poète qui découvre que la folie peut lui être utile et qu'elle suscite en lui des élans créateurs
J'ai plongé dans la folie…
l'enfer demeure
et les insurgés
ont pour destinée la folie.
Cette poésie qui peut paraître naïve répond en fait à un profond désarroi. Le poète, en même temps qu'il découvre une vérité (un mot cher à Youcef Sebti et qui revient souvent dans ce poème) sent la nécessité de réagir et de résister. La guerre n'aura pas eu l'effet destructeur et dévastateur puisqu'elle aura conduit à réaliser la nécessité vitale de poursuivre la lutte. Peut-être est-ce là la raison de l'ostracisme qui a frappé ce recueil de non publication ?
«Sur le chemin d'un recommencement sur le chemin d'une lutte»
Ces épreuves que subit le poète conduisent à la haine (poème I) et (poème II, vers 17). Dans le second poème, la haine passe du niveau abstrait (valeur comportementale) à un niveau concret par transformation du singulier au pluriel. L'univers du poète se concrétise.
D'une symbolique qui pouvait faire penser à une crise métaphysique, à une révolte, du premier poème, le poète nous met dans un univers palpable de vie enfantine dont il ne lui reste que le souvenir évanescent des ingrédients de la vie d'écolier ou de lycéen (feuilles froissées, craie, crayon, plume, encre, table, cartable, livres) et surtout de la misère et de la pauvreté (haleine d'affamé, crasse des habits, visages pâles, front des damnés). L'enfer de l'enfance malheureuse, de l'enfance des épreuves fait de l'enfance la mère des ressentiments. Il y a quelque chose de baudelairien et de romantique dans ces poèmes où se sent fortement l'harmonie poétique de Lamartine, de Hugo mêlée aux souvenirs des lectures de Taha Hussein.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.