L'Afaspa dénonce l'implantation du siège du réseau Afrique de la Francophonie à Dakhla    L'armée de l'occupant israélien bombarde le centre de la bande de Ghaza    "Allo Chorta", une application mobile pour signaler tout crime    12 camions chargés d'aides arrivent à Mila    Constantine: campagne de sensibilisation pour protéger les forêts    Fin de l'isolement pour Rachid Nekkaz    La prière du vendredi reste suspendue    Sortie de nouvelles promotions de l'ESNT    L'ARPE chargée d'encourager la pluralité de l'information et sa diffusion    521 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    FERMEES DEPUIS LA MI-MARS : Le ministre du transport écarte la réouverture des frontières    EXPLOSION DE BEYROUTH : Le président du Conseil constitutionnel exprime sa solidarité    ORAN : Décès du secrétaire de wilaya de l'ONM, Soumer Abdelkader    Les explosions à Beyrouth ravivent la contestation au Liban    REUNION PERIODIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES : La rentrée universitaire au menu    BOUIRA : Cinq blessés dans une collision à Sour Ghozlane    Ben Selmane accusé de tentative d'assassinat    Un siècle, ça suffit !    Quatre avions d'aides décollent d'Alger vers Beyrouth    Un siècle de foot et de lutte    Plus qu'un journal, une école de formation    Ciccolini et son staff s'expriment sur leurs ambitions    Mandi reprendra demain    "Il faut revoir l'architecture du financement de l'économie"    Si ça va au ralenti, c'est à cause de lui !    Le suspense perdure    Un activiste du Hirak arrêté    Les pharmaciens saisissent Tebboune    L'ANBT et le "faux communiqué"    Le saviez-vous... ?    ...CULTURE EN BREF ...    Guéri de la Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout    L'histoire de la gauche en Algérie, du PCA au Mouvement social    Vers une exploitation optimale des sites archéologiques et des musées    Lésion méniscale pour Boudaoui    Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    MCA : Aymen Rahmani met fin au suspense    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    En prévision de sa réouverture : Protocole sanitaire pour les visiteurs du jardin d'essai    Chlef : Un meilleur éclairage pour le centre-ville    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    La réunion périodique présidée par Tebboune    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les archives installées à la Bibliothèque nationale
Le patrimoine de la cinémathèque est estimé à 10 000 films
Publié dans El Watan le 19 - 02 - 2009

Le patrimoine de la Cinémathèque algérienne aura une nouvelle adresse : le septième étage de la bâtisse qui abrite la Bibliothèque nationale (BN) du Hamma, à Alger.
L'endroit est jugé approprié pour abriter des archives éparpillées jusque-là entre les dépôts de Debussy, de Bab El Oued et du siège de la wilaya à Alger ainsi que la salle du répertoire de Blida. Selon Ahmed Benkemla, directeur du Centre algérien de la cinématographie (CAC), qui a animé hier un point de presse à la Cinémathèque d'Alger, l'opération de transfert des archives peut durer six mois. « Nous avons déjà transféré 700 films. A la BN, la climatisation et l'humidité répondent aux normes pour stocker des pellicules. Grâce à un logiciel, les films sont répertoriés dans des fichiers informatiques pour faciliter la recherche plus tard », a-t-il annoncé. L'opération, qualifiée de sensible, est menée en collaboration avec des experts français du Centre national de la cinématographie (CNC). « Nous sommes liés par un accord portant sur la coproduction et sur la coopération dans les domaines techniques », a précisé A. Benkemla.
Antoine Langelois, technicien spécialisé en inventaire et en archives, a expliqué les procédés de traitement des supports filmiques. Les pellicules à nitrate, dont la production a été suspendue dans les années 1950 à cause de leur dangerosité, ne sont pas concernées par le transfert. « Elles subiront un traitement spécial. Ces pellicules sont sensibles à la chaleur et sont auto-inflammables. Elles ont les caractéristiques d'un explosif », a-t-il relevé. Les pellicules en triacétate de cellulose sont déteriorées par « le syndrome du vinaigre », une décomposition chimique. Les films en polyester (un dérivé pétrolier) sont les moins touchés par les mauvaises conditions de conservation. Le taux de déchets est estimé à 30%. A. Benkamla a reconnu l'inexistence d'un inventaire chiffré du patrimoine de la cinémathèque, mais estime le nombre de longs et courts métrages à 10 000. Durant la période de transfert, la programmation des films dans les salles de répertoire sera gelée.
Le dépôt à la BN est temporaire ; le transfert définitif se fera vers le complexe cinématographique qui sera bâti à la périphérie d'Alger. « Le terrain est déjà dégagé et l'étude va bientôt être lancée. Le complexe sera composé, entre autres, de blocs pour les archives, de laboratoires et de studios », a précisé le directeur du CNC. Selon lui, la rénovation de la Cinémathèque d'Alger, qui a pris du retard en raison des procédures administratives, sera achevée avant la fin 2009. L'ouverture des plis des offres se fera le 24 du mois en cours. Le respect des délais est l'un des critères retenus dans le cahier des charges. « La prochaine grande salle sera complètement différente sur tous les plans. La petite salle, elle, sera supprimée au profit d'un hall d'exposition. Il viendra en complément du Musée d'art moderne qui est de l'autre côté de la rue », a indiqué A. Benkemla. D'après lui, la réhabilitation de la salle de répertoire de Béjaïa sera terminée dans un mois. Les salles d'Oran, de Tiaret et de Sidi Bel Abbès ont déjà été rénovées. Toutefois, des problèmes se posent encore pour le lancement des travaux de réhabilitation des salles de Annaba et de Tizi Ouzou. Le ministère de la Culture envisage de récupérer, auprès des collectivités locales, plusieurs salles mal gérées après concession au privé ou abandonnées. A titre d'exemple, les salles En Nasr et Cirta (fermée pendant dix ans) de Constantine sont désormais gérées par le département de Khalida Toumi. D'autres seront, selon le directeur du CAC, reprises par le ministère à Batna, Tébessa, Béchar et Saïda.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.