FLN et TAJ appuient    13ème Mardi de mobilisation des étudiants : Pour une rupture radicale avec le système en place    ANP : Gaïd Salah appelle le peuple algérien à l'extrême vigilance    L'armée face aux conspirateurs    Non à l'Etat militaire    Récupération des avoirs de la corruption : Les Parquets généraux appelés à superviser minutieusement les enquêtes    Le foncier dans le viseur des enquêteurs    L'Algérie a pêché 1 437 tonnes en 2019    3 ans de prison pour les accusés    Bourses : Début de semaine difficile pour les actions    Grace aux processeurs Alpha 7 et Alpha 9 Gen 2 : Une nouvelle expérience utilisateur inédite sur les téléviseurs LG    En cinq ans de sanctions : La Russie a réduit drastiquement ses opérations en dollars    El Qods Occupée : Riyadh, Rabat et Ankara se disputent le statut de gardien des Lieux Saints    Sahara occidental : La France doit s'abstenir d'entraver les décisions du Conseil de sécurité    Le comité des sanctions de l'ONU met en garde    Maduro propose des élections législatives anticipées    La liberté d'expression à la russe!    Coopération algéro-nigérienne : Réunion du comité bilatéral frontalier au second semestre    Belmadi peaufine son programme    DRBT : Hamza Demane sanctionné de 3 matchs    Niki Lauda, miraculé de la F1 : Il décède paisiblement à 70 ans    "C'est le choix du coeur"    L'AIBA "optimiste" après son audition par le CIO    Examens de fin d'année : Le ministère de l'Education assure que toutes les conditions ont été réunies pour leur bon déroulement    Plus jamais de bidonvilles...    Les étudiants fidèles à leurs principes    Jusqu'à quand va-t-on nous raconter des salades?    Dafri filme la guerre d'Algérie en s'inspirant de Coppola    Demandeurs de fetwa, utilisez le SMS, courriel ou appelez le numéro vert    Les souffrances du jeune Ahmed...    Les shebabs fabriquent désormais eux-mêmes leurs explosifs    Le FLN favorable au report    41 morts et 1.433 blessés en une semaine    LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : Les procureurs généraux instruits de superviser les enquêtes    BRADAGE DU FONCIER AGRICOLE : Des terres agricoles utilisées pour des usines et des stations d'essence    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Débouté par la commission de recours, le WA Tlemcen saisira le TAS    On vous le dit    NAHD – JSK : Les Canaris veulent retrouver leur nid de champions    Conflit Palestino-israélien : Les confidences de Moubarak à propos de Netanyahu et Trump    Mostaganem : 57 dealers arrêtés en 10 jours    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Chaou anime la soirée de clôture    Concert de jazz algéro-polonais    L'Opep dit non à Trump    ACTUCULT    "Une beauté loin d'être déserte"    Gâteau de crêpes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les archives installées à la Bibliothèque nationale
Le patrimoine de la cinémathèque est estimé à 10 000 films
Publié dans El Watan le 19 - 02 - 2009

Le patrimoine de la Cinémathèque algérienne aura une nouvelle adresse : le septième étage de la bâtisse qui abrite la Bibliothèque nationale (BN) du Hamma, à Alger.
L'endroit est jugé approprié pour abriter des archives éparpillées jusque-là entre les dépôts de Debussy, de Bab El Oued et du siège de la wilaya à Alger ainsi que la salle du répertoire de Blida. Selon Ahmed Benkemla, directeur du Centre algérien de la cinématographie (CAC), qui a animé hier un point de presse à la Cinémathèque d'Alger, l'opération de transfert des archives peut durer six mois. « Nous avons déjà transféré 700 films. A la BN, la climatisation et l'humidité répondent aux normes pour stocker des pellicules. Grâce à un logiciel, les films sont répertoriés dans des fichiers informatiques pour faciliter la recherche plus tard », a-t-il annoncé. L'opération, qualifiée de sensible, est menée en collaboration avec des experts français du Centre national de la cinématographie (CNC). « Nous sommes liés par un accord portant sur la coproduction et sur la coopération dans les domaines techniques », a précisé A. Benkemla.
Antoine Langelois, technicien spécialisé en inventaire et en archives, a expliqué les procédés de traitement des supports filmiques. Les pellicules à nitrate, dont la production a été suspendue dans les années 1950 à cause de leur dangerosité, ne sont pas concernées par le transfert. « Elles subiront un traitement spécial. Ces pellicules sont sensibles à la chaleur et sont auto-inflammables. Elles ont les caractéristiques d'un explosif », a-t-il relevé. Les pellicules en triacétate de cellulose sont déteriorées par « le syndrome du vinaigre », une décomposition chimique. Les films en polyester (un dérivé pétrolier) sont les moins touchés par les mauvaises conditions de conservation. Le taux de déchets est estimé à 30%. A. Benkamla a reconnu l'inexistence d'un inventaire chiffré du patrimoine de la cinémathèque, mais estime le nombre de longs et courts métrages à 10 000. Durant la période de transfert, la programmation des films dans les salles de répertoire sera gelée.
Le dépôt à la BN est temporaire ; le transfert définitif se fera vers le complexe cinématographique qui sera bâti à la périphérie d'Alger. « Le terrain est déjà dégagé et l'étude va bientôt être lancée. Le complexe sera composé, entre autres, de blocs pour les archives, de laboratoires et de studios », a précisé le directeur du CNC. Selon lui, la rénovation de la Cinémathèque d'Alger, qui a pris du retard en raison des procédures administratives, sera achevée avant la fin 2009. L'ouverture des plis des offres se fera le 24 du mois en cours. Le respect des délais est l'un des critères retenus dans le cahier des charges. « La prochaine grande salle sera complètement différente sur tous les plans. La petite salle, elle, sera supprimée au profit d'un hall d'exposition. Il viendra en complément du Musée d'art moderne qui est de l'autre côté de la rue », a indiqué A. Benkemla. D'après lui, la réhabilitation de la salle de répertoire de Béjaïa sera terminée dans un mois. Les salles d'Oran, de Tiaret et de Sidi Bel Abbès ont déjà été rénovées. Toutefois, des problèmes se posent encore pour le lancement des travaux de réhabilitation des salles de Annaba et de Tizi Ouzou. Le ministère de la Culture envisage de récupérer, auprès des collectivités locales, plusieurs salles mal gérées après concession au privé ou abandonnées. A titre d'exemple, les salles En Nasr et Cirta (fermée pendant dix ans) de Constantine sont désormais gérées par le département de Khalida Toumi. D'autres seront, selon le directeur du CAC, reprises par le ministère à Batna, Tébessa, Béchar et Saïda.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.