Covid-19 : L'ouverture des frontières à partir du mois de juin    Makboul critique la tentative des Etats Unis d'empêcher la tenue de la réunion du CS    73 ans après la Nakba: le drame palestinien se perpétue et multiplie les victimes    L'avocat américain Jared Genser se joint à l'équipe de défense de la militante sahraouie Soltana Khaya    Quart de finale de Ligue des Champions: le CR Belouizdad bat l'Espérance de Tunis (2-0)    Serie A : L'Inter Milan chute face à la Juventus    Béjaia: distribution de plus de 3.000 logements au nouveau pôle d'Ighil-Ouzarif    Législatives du 12 juin: TAJ en lice avec un programme "réaliste"    Plus de 50 citoyens placés en garde à vue à travers le pays    La ville assiégée par la police    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Réunion du conseil des ministres: possibilité de réouverture des frontières terrestres et aériennes au menu    Retour sur les principaux changements    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    La bonne affaire des pêcheurs occasionnels    Charfi réfute toute «nature politique»    La Côte d'Ivoire et le Maroc au menu des «étalons» en juin    Nouveau report    Un bond de 58,83% durant le 1er trimestre    Le scepticisme des syndicats    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    Le Chabab face à l'ogre tunisien de l'Espérance    "Nous sommes décidés à relever le défi à Sfax"    La finale de la C 1 délocalisée à Porto    L'Algérie enchaîne une nouvelle baisse    Le gendre du Président recherché    Découverte du corps sans vie d'un plongeur    Plusieurs infrastructures routières affectées    Des P/APC qui ne résident pas dans leur commune !    LES EXTRADITIONS "POLITIQUES" NE SERONT PAS POSSIBLES    Ouverture prochaine d'un mini-théâtre pour enfants à Aïn Témouchent    Boumerdès : 600 MDA pour rénover les stades de proximité    CR Belouizdad : Belaïd Hechaïchi n'est plus    Boumerdès : Le site du Rocher noir délaissé    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Célébration de la journée de la mémoire : Un programme commun pour toutes les universités d'Oran    Oran : La fête de l'Aïd retrouve des couleurs    Macron réunit un sommet virtuel    Vœux pour ces dames    Les Algériens accueillent l'Aïd dans la joie    Les Algériens balayent Rachad    Le gouvernement s'engage auprès des start-up    Le président échange ses voeux avec 5 chefs d'Etat    Les petits pas de l'axe Alger-Paris    Les vœux de Tebboune aux Palestiniens    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    Adieu consoeur    Un témoignage nous interpelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les archives installées à la Bibliothèque nationale
Le patrimoine de la cinémathèque est estimé à 10 000 films
Publié dans El Watan le 19 - 02 - 2009

Le patrimoine de la Cinémathèque algérienne aura une nouvelle adresse : le septième étage de la bâtisse qui abrite la Bibliothèque nationale (BN) du Hamma, à Alger.
L'endroit est jugé approprié pour abriter des archives éparpillées jusque-là entre les dépôts de Debussy, de Bab El Oued et du siège de la wilaya à Alger ainsi que la salle du répertoire de Blida. Selon Ahmed Benkemla, directeur du Centre algérien de la cinématographie (CAC), qui a animé hier un point de presse à la Cinémathèque d'Alger, l'opération de transfert des archives peut durer six mois. « Nous avons déjà transféré 700 films. A la BN, la climatisation et l'humidité répondent aux normes pour stocker des pellicules. Grâce à un logiciel, les films sont répertoriés dans des fichiers informatiques pour faciliter la recherche plus tard », a-t-il annoncé. L'opération, qualifiée de sensible, est menée en collaboration avec des experts français du Centre national de la cinématographie (CNC). « Nous sommes liés par un accord portant sur la coproduction et sur la coopération dans les domaines techniques », a précisé A. Benkemla.
Antoine Langelois, technicien spécialisé en inventaire et en archives, a expliqué les procédés de traitement des supports filmiques. Les pellicules à nitrate, dont la production a été suspendue dans les années 1950 à cause de leur dangerosité, ne sont pas concernées par le transfert. « Elles subiront un traitement spécial. Ces pellicules sont sensibles à la chaleur et sont auto-inflammables. Elles ont les caractéristiques d'un explosif », a-t-il relevé. Les pellicules en triacétate de cellulose sont déteriorées par « le syndrome du vinaigre », une décomposition chimique. Les films en polyester (un dérivé pétrolier) sont les moins touchés par les mauvaises conditions de conservation. Le taux de déchets est estimé à 30%. A. Benkamla a reconnu l'inexistence d'un inventaire chiffré du patrimoine de la cinémathèque, mais estime le nombre de longs et courts métrages à 10 000. Durant la période de transfert, la programmation des films dans les salles de répertoire sera gelée.
Le dépôt à la BN est temporaire ; le transfert définitif se fera vers le complexe cinématographique qui sera bâti à la périphérie d'Alger. « Le terrain est déjà dégagé et l'étude va bientôt être lancée. Le complexe sera composé, entre autres, de blocs pour les archives, de laboratoires et de studios », a précisé le directeur du CNC. Selon lui, la rénovation de la Cinémathèque d'Alger, qui a pris du retard en raison des procédures administratives, sera achevée avant la fin 2009. L'ouverture des plis des offres se fera le 24 du mois en cours. Le respect des délais est l'un des critères retenus dans le cahier des charges. « La prochaine grande salle sera complètement différente sur tous les plans. La petite salle, elle, sera supprimée au profit d'un hall d'exposition. Il viendra en complément du Musée d'art moderne qui est de l'autre côté de la rue », a indiqué A. Benkemla. D'après lui, la réhabilitation de la salle de répertoire de Béjaïa sera terminée dans un mois. Les salles d'Oran, de Tiaret et de Sidi Bel Abbès ont déjà été rénovées. Toutefois, des problèmes se posent encore pour le lancement des travaux de réhabilitation des salles de Annaba et de Tizi Ouzou. Le ministère de la Culture envisage de récupérer, auprès des collectivités locales, plusieurs salles mal gérées après concession au privé ou abandonnées. A titre d'exemple, les salles En Nasr et Cirta (fermée pendant dix ans) de Constantine sont désormais gérées par le département de Khalida Toumi. D'autres seront, selon le directeur du CAC, reprises par le ministère à Batna, Tébessa, Béchar et Saïda.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.