Une secousse tellurique de 3,2 enregistrée à Mostaganem    Renforcer la coopération entre les secteurs de la culture et la micro-entreprise    "Je n'ai pas peur de la mort"    Les journalistes interdits de couvrir un procès    Comment communiquer au mieux ?    Le général-major Tlemsani installé dans ses nouvelles fonctions    Les pistes de relance    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    «L'Etat soutient les industries de transformation»    Air Algérie frôle le crash    Critères pour faire valoir vos droits à la retraite    Où en est la réflexion pour l'examen d'une proposition de création d'une caisse des retraites ?    Douanes: mouvement partiel ciblant 27 inspections divisionnaires au niveau national    Tebboune et Poutine échangent sur la Libye et l'Opep    Des lobbies anti-algériens parasitent les relations algéro-françaises    Ennahdha appelle au départ de Fakhfakh    Les états-Unis haussent le ton contre Khalifa Haftar    La ville de Tanger reconfinée    Pékin sanctionne un diplomate et trois parlementaires américains    Ghacha suivi par Malines    L'UEFA prend note de la décision    "J'ai transféré 11,3 milliards de centimes du CSA à la SSPA"    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Le personnel soignant appelle à la prévention    Distribution de 1 183 logements sociaux locatifs (LSL)    Pourquoi le sacrifice du mouton est dangereux    De nouvelles structures sanitaires réquisitionnées    Repêchage d'un corps à Sidi-Djelloul    Le Premier ministre achève sa visite de travail dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès    Camus, une enfance pauvre au 17, rue de Lyon, à Alger    Le prénom amazigh Mastan inscrit à l'APC d'El-Biar    Publication inédite de "Printemps d'Alger" d'Emmanuel Roblès    Quand l'art se réfugie dans le monde virtuel    Mon Hebdo est né    Belkhir Mohand-Akli, le chanteur folk kabyle    Ligues 1 et 2: 23 clubs endettés, 14 interdits de recrutement    Migration clandestine: l'approche algérienne dans le traitement du phénomène présentée    Oran: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Championnat d'Italie : La Juventus s'approche de son 9e titre d'affilée    Paraguay : La justice rejette une nouvelle demande de libération de Ronaldinho    Foot der des verts    Abderrahmane Benkhalfa: Plaidoyer pour l'ouverture du capital des entreprises publiques    FAF - Reprise du championnat: La réunion de toutes les incertitudes    Le temps de la normalisation    Le confinement durci dans 9 communes    Ouargla : le commissaire divisionnaire Bouziane Bendaida installé au poste de chef de sûreté de wilaya    Concours du meilleur design de timbre-poste: les délais de participations prolongés    Artiste-peintre et professeur de dessin: Vibrant hommage à El Hachemi Mohamed    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Patrimoine cinématographique : Le film dans tous ses états
Publié dans Horizons le 15 - 03 - 2010

Le patrimoine filmique connaît un nouveau mouvement dans sa mise en conservation. Ainsi, plus de 5.600 films ont été extraits de vieux entrepôts humides de la cinémathèque pour être transférés vers la Bibliothèque nationale d'Algérie où un espace adéquat pour le stockage des pellicules est installé, apprend-t-on auprès du Centre algérien de la cinématographie (CAC). Cette nouvelle opération de sauvetage et de transfert de près de 20 000 pellicules datant depuis les années 1950 remet de nouveau en question certains normes de conservations dans dépôts de l'ex cinémathèque. Désormais, c'est au sein de la bibliothèque nationale qui répond le plus aux critères universels de conservation en termes de température et climatisation. Pour le moment, la préservation du patrimoine filmique des longs métrages se fait par un traitement chimique dans les dépôts vétustes de Debussy et Bab El Oued ainsi qu'à la salle de répertoire de Blida. Aussi, cette initiative, lancée dans le but de sauvegarde et de protection du patrimoine filmique du CAC, et qui nécessite des boîtes spéciales pour couvrir les films, se poursuivra-t-elle jusqu'au transfert de la totalité des archives. Les pellicules seront répertoriées dans les fichiers informatiques dans le but de faciliter la recherche et compléter ainsi la base de données de la Cinémathèque, pour une meilleure réalisation d'un catalogue complet des archives filmiques. La prise en charge scientifique de conservation des archives filmiques a permis de mettre en branle un mécanisme de soutien dans les travaux de restauration de tout le patrimoine cinématographique.
"La conservation des films est une tâche complexe et nécessite beaucoup de délicatesse. Pour la réussir, il faut faire appel à des experts et spécialistes et prendre le temps nécessaire", estimant que la restauration du patrimoine filmique contient des points de croisement avec celle du patrimoine matériel. Un responsable au CAC fait savoir que le nombre de films endommagés par le "syndrome du vinaigre", une sorte de décomposition chimique qui affecte les pellicules en triacide de cellulose, est estimé à près de 300 films. Ces films n'ont pas été jetés ou détruits, mais plutôt mis en quarantaine pour ne pas contaminer les films en bon état, en attendant d'entamer les opérations de récupération et de traitement, a-t-il ajouté, rappelant que la durée de vie d'un support filmique en triacide de cellulose varie de 50 à 100 ans. Par ailleurs, le CAC prévoit de rafraîchir et de numériser 20.000 affiches de grands classiques de cinéma, dont certaines sont peintes à la main, ainsi que des photographies prises lors des différents tournages des tout premiers films.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.