L'empire Haddad s'écroule    Le procès de Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Karim Tabbou sera-t-il libéré ?    Sonatrach sort ses griffes    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Clubs et LFP mis devant le fait accompli !    «Les quinze prochains jours seront cruciaux»    Les hôtels et les cités U à la rescousse    Installation des colonnes mobiles pour la lutte contre les feux de forêt    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Ali Laskri se rallie à l'option du congrès extraordinaire    3 ans de prison ferme requis    12 terroristes éliminés et 05 autres arrêtés durant le premier semestre 2020    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Communiqué de l'AJSA    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    On vous le dit    Du sens du patriotisme en Algérie    Covid19: possible recours aux infrastructures hôtelières pour couvrir le déficit enregistré par certains établissements hospitaliers    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Nouveau pôle urbain d'Oued Tlélat: Des dispositions pour livrer 8.000 logements LPL    Chlef: Des souscripteurs AADL en colère    La mère des batailles    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    Youcef Benmicia, nouveau président    La FAF s'est fixé une date butoir    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Vu à Tizi Ouzou    Le pétrole progresse,    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Les retombées de la crise sanitaire en débat    Répression contre l'opposition à Hong Kong    Un mort et des blessés dans les manifestations de mardi    L'épreuve    L'infrangible lien...    Plus de 200 corps exhumés en trois semaines en Libye    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Boukhour essarrab de Bachir Mefti
Publié dans El Watan le 22 - 01 - 2005

Le crime et la victime. Dans son dernier roman, Boukhour essarrab (Vapeurs de mirage (1)), l'écrivain arabophone Bachir Mefti porte la guerre et le crime dans l'arène même de chacun de nous. Pour le cinéaste libanais disparu Maroun Baghdadi, tous les Libanais étaient des terroristes durant la guerre civile au Liban (1975-1990). Tous responsables.
De près ou de loin, la guerre commise par l'homme le pollue, l'atteint, le bouleverse. Mefti raconte l'histoire d'un avocat chargé par la belle Miâd de retrouver son mari, un journaliste disparu.
L'avocat tombe amoureux de cette femme. Vous devinez la suite ? L'avocat qui faisait le mort face à la folie meurtrière du terrorisme et la contre-violence dans Alger livré aux assassins (La nuit de l'âme, du pays et l'homme), se retrouve plongé jusqu'au cou dans la guerre. Il ment.
Il travestit la vérité. Capable du pire, lui aussi, autant que les autres. En protégeant son amour, il plonge dans le mensonge et la mort. Plus qu'une métaphore de la guerre, l'homme devient son principal enjeu, son arène. Autant le couteau que la rose demeurent à portée de main.
Le jeune avocat a hérité d'un livre mystérieux de son père, gardien de cimetière. Il se trouve aussi héritier du devoir de reconstruire le sanctuaire de l'aïeul vénéré dans une contrée isolée pullulant de terroristes.
Il mène ses missions tant bien que mal, mais le constat, plus lourd qu'un soleil de plomb, tombe : l'œuvre de la guerre et des hommes reste quasi irréparable. Le lien avec la tribu matricielle se rompt. Le temps et les hommes, l'amont et l'aval, tout est détruit, sali («nos pères ont empoisonné notre vie»). Tel semble l'enjeu historique. Une génération condamnée à hériter des massacres et de la peur, qui a du mal à aimer, à mourir.
Le point de narration cristallise la chute : l'avocat visualise sa vie au moment même où il la perd dans un bar au fond de la nuit algéroise. Les dernières phrases : «Je n'ai pas demandé qui a tué qui. J'ai vu mon sang couler… Ma tête s'était déjà embrouillée alors que je me retournais pour voir l'assassin, et mes yeux se sont ouverts sur l'horizon, j'étais déjà mort.»
On ne peut regarder le soleil en face sans risquer ses yeux. Une lucidité portée par une verve quasi sacrée («J'ai lu la Fatiha de mon silence»), écriture sensuelle, avec des métaphores explosives, dans un style qui marie polar et fable initiatique. Mefti surprend dans son écrit. Puissant. Chapitres serrés. Phrases en déflagration.
Beautés en rafale. On ne retrouve plus le ton de ses précédents romans (2). Son désespoir est ici actif, productif, irradiant le monde et les hommes. Il tranche sa vérité à coups de hache et assume son désir d'en finir. Mefti ne se positionne pas. Le mal et le bien se confondent.
L'humanité, Mefti l'a cherchée en amont de l'horreur. Le crime, même inhumain, n'est-il pas commis par un humain ? Un récit fort qui tranche avec le confort du manichéisme pour nous pousser vers une douloureuse lucidité. L'auteur se sait piégé par le guerre. A celui qui hurle : «Avec nous ou contre nous !», il rétorque : «Sans vous.»
– (1) Aux éd. El Ikhtilef, Alger, 2004.
– (2) Marrassim oua djanaêz (Cérémonies et funérailles), éd. El Ikhtilef, 1998. Traduit chez El Ikhtilef, 2003. Arkhabil adhoubab (L'Archipel des mouches), éd. Barzakh, Alger, 2000. Traduits chez Barzakh et L'Aube, 2003. Chahid al-âtama (Le Témoin des ténèbres), éd. Barzakh, 2001. Traduit chez éd. Aden, Paris, 2003.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.