«Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Le coup de pied de l'âne    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gastronomie
Publié dans El Watan le 12 - 03 - 2005

Oran a vu ses premiers «McDo», il y a une dizaine d'années. Les premiers fast-foods à l'Américaine traduisent bien l'attente des amateurs de hamburger.
Le modèle américain de la restauration rapide s'est donc bel et bien installé dans nos villes. De plus en plus, on voit des jeunes déambuler dans la rue, armés de leur gobelet de soda et de leurs cornets de frites maxi. A la rue Khemisti, les grandes enseignes de fast-foods ne désemplissent pas. Les habitués y viennent et reviennent. De plus en plus de jeunes sont adeptes de la restauration rapide. Et il y a des habitudes tenaces. Karim, 22 ans, accompagné de sa copine, entre dans une pizzeria. Le couple s'installe autour d'une petite table ronde. «Les pizzerias, j'y emmène ma copine pour discuter. Ça n'est pas pour la nourriture et, 400 dinars à chaque fois, c'est trop cher, mais je n'y vais que parce que nous n'avons pas d'autres espaces. Une fois par semaine, on y vient pour manger des hamburgers et des frites et boire du soda.» A l'arrivée des beaux jours, les Oranais pressés craquent pour les formules à emporter. Pour régaler leur appétit, les jeunes trouvent refuge dans ces coins. «C'est une petite révolution.»
Au centre-ville, des boulangeries ont, récemment, dégagé un coin pour la restauration rapide turque. Le patron de l'une d'elle, un Syrien qui s'est installé à la rue Khemisti, tenait lui-même un kebab ouvert depuis un an. «Quand j'ai ouvert, on était trois ici. Maintenant, voyez, ça pullule !…» Devant cette invasion du fast-food, le terroir, lui, semble bien en pâtir», fait remarquer une sociologue. Manger sur le pouce signifie souvent sandwich, hamburger ou kebab turc. Depuis quelques années, ce type de restaurants attire de plus en plus une clientèle avide de moments où «gastronomie semble rimer avec intimité.»
Alors, un aliment ordinaire, le hamburger ? «Il possède une densité symbolique d'un sentiment d'appartenir à une modernité suscitée par l'image à la télévision», explique notre sociologue pour qui «cette irruption dans la culture de l'autre semble ainsi bien véhiculée via le tube cathodique.»
Et un médecin nutritionniste de le paraphraser : «Le calcul est simple ; avec, à midi, un menu «Big Mac» avec plein de frites, il reste 600 calories à répartir entre le dîner et le petit-déjeuner. Lequel devrait constituer, à en croire un autre mythe créé de toutes pièces et sans aucun fondement scientifique, au moins un quart de la ration calorique quotidienne (soit pas loin des 600 calories restantes).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.