Du mépris insondable, estime Benflis    Une tournée et des questions    Suspension des vols pour les avions de type «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9» dans l'espace aérien algérien    Moderne et consensuelle    Le groupe au complet, les choses sérieuses commencent pour la Gambie    Le torchon brûle entre Mellal et la FAF    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Refus des blouses blanches et robes noires de Annaba    Apparition de 87 cas en milieu scolaire    Filets de poulet à la chapelure    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    Pitié pour l'Algérie    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Tébessa: Les devises flambent !    Bouteflika s'obstine, Gaïd Salah prêche la sagesse patriotique    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    Saisie de kif et de comprimés psychotropes    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    Rappel à l'ordre    Un gain de 31 places pour l'Algérien Rihane    Le MCO plus que jamais en danger    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Des femmes ayant activé dans l'action humanitaire et de solidarité honorées    Médecins et étudiants hier à Alger    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    L'égoïsme économique, obstacle majeur devant la relance du secteur de l'exportation    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    60e Salon international du livre de Québec    Comment est-il arrivé sur le trône ?    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Pétrole : L'AIE s'inquiète de la baisse de production au Venezuela    Le choix du destin de l'Algérie    Ouyahia dément    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Bouchareb tente de reprendre la main    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Fifagate: Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500.000 dollars d'amende    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gastronomie
Les fast-foods font recette
Publié dans El Watan le 12 - 03 - 2005

Depuis quelques années, Oran a vu naître des fast-foods et autres kebab qui proposent des hamburgers et autres plats à base de poulet. Au cœur de la cité sensible, ces coins « branchés » du fast-food font recette. L'un derrière l'autre, ils soulèvent haut leurs rideaux tant au centre ville qu'en périphérie.
Oran a vu ses premiers « McDo », il y a une dizaine d'années. Les premiers fast-foods à l'Américaine traduisent bien l'attente des amateurs de hamburger. Le modèle américain de la restauration rapide s'est donc bel et bien installé dans nos villes. De plus en plus, on voit des jeunes déambuler dans la rue, armés de leur gobelet de soda et de leurs cornets de frites maxi. A la rue Khemisti, les grandes enseignes de fast-foods ne désemplissent pas. Les habitués y viennent et reviennent. De plus en plus de jeunes sont adeptes de la restauration rapide. Et il y a des habitudes tenaces. Karim, 22 ans, accompagné de sa copine, entre dans une pizzeria. Le couple s'installe autour d'une petite table ronde. « Les pizzerias, j'y emmène ma copine pour discuter. Ça n'est pas pour la nourriture et, 400 dinars à chaque fois, c'est trop cher, mais je n'y vais que parce que nous n'avons pas d'autres espaces. Une fois par semaine, on y vient pour manger des hamburgers et des frites et boire du soda. » A l'arrivée des beaux jours, les Oranais pressés craquent pour les formules à emporter. Pour régaler leur appétit, les jeunes trouvent refuge dans ces coins. « C'est une petite révolution. » Au centre-ville, des boulangeries ont, récemment, dégagé un coin pour la restauration rapide turque. Le patron de l'une d'elle, un Syrien qui s'est installé à la rue Khemisti, tenait lui-même un kebab ouvert depuis un an. « Quand j'ai ouvert, on était trois ici. Maintenant, voyez, ça pullule !... » Devant cette invasion du fast-food, le terroir, lui, semble bien en pâtir », fait remarquer une sociologue. Manger sur le pouce signifie souvent sandwich, hamburger ou kebab turc. Depuis quelques années, ce type de restaurants attire de plus en plus une clientèle avide de moments où « gastronomie semble rimer avec intimité. » Alors, un aliment ordinaire, le hamburger ? « Il possède une densité symbolique d'un sentiment d'appartenir à une modernité suscitée par l'image à la télévision », explique notre sociologue pour qui « cette irruption dans la culture de l'autre semble ainsi bien véhiculée via le tube cathodique. » Et un médecin nutritionniste de le paraphraser : « Le calcul est simple ; avec, à midi, un menu « Big Mac » avec plein de frites, il reste 600 calories à répartir entre le dîner et le petit-déjeuner. Lequel devrait constituer, à en croire un autre mythe créé de toutes pièces et sans aucun fondement scientifique, au moins un quart de la ration calorique quotidienne (soit pas loin des 600 calories restantes).

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.