EdF: Benzema, Di Meco comprend Deschamps    Paix en Libye: Boukadoum appelle le CPS de l'UA à unir ses efforts avec l'ONU    Médiateur de la République: fin de fonction de Karim Younes, nomination de Brahim Merad    JSMB - RCA, duel entre le leader et son dauphin    MCO-WAT en vedette    "Nous ne sommes pas encore qualifiés"    Sous le sceau de la pandémie    La normalisation avec l'Etat d'Israël cautionne les crimes de l'occupant sioniste    Formation    Des directives pour parer à l'urgence    Le cafouillage    Algérie-Egypte: pour une coopération dans le domaine des micro-entreprises    L'AC Milan freinée dans sa course à la LDC    Dimanche de penalties et d'accusations    Education: La révision des statuts des travailleurs débattue    «La prévention reste le meilleur moyen», selon le Pr Yacine Kitouni    Campagne de contrôle des motocyclistes    C'est parti pour les épreuves d'éducation physique et de sport (EPS)    Sous le thème «Musée et Mémoire. Les objets racontent votre histoire»    Pierre Augier, Mouloud Mammeri, Frantz Fanon, Germaine Tillon et beaucoup d'autres    Les candidatures ouvertes jusqu'au 15 août    38 hirakistes condamnés de 6 à 18 mois de prison ferme    Une autre nuit d'horreur à Ghaza    "Des labos d'analyses seront installés dans les aéroports"    Un vrai casse-tête    Découverte de la galère portugaise    Un fonds spécial pour l'argent détourné    Qui part, qui reste ?    L'EXAMEN DU DOSSIER DE LOUNÈS HAMZI DE NOUVEAU REPORTE    "Faire obstacle aux discours haineux"    Le parti de "Sawt Echaâb" plaide pour une solidarité mondiale avec la Palestine    Clôture de la 4e session de printemps de l'AP-OTAN avec la participation du CN    Les pays normalisateurs devraient avoir honte de leur position face aux crimes de l'occupant sioniste    Inauguration de l'exposition "expressions artistiques de terre et de feu"    FAF : Charafeddine Amara reçoit les félicitations du président de la FIFA    Le dénuement du portemonnaie    Hydrocarbures: Sonatrach signe avec le norvégien Equinor    Une solution pour Ghaza !    Samir Hadjaoui est décédé    Une loi «spécifique et exhaustive»    Les candidats en ordre de bataille    La communication fait défaut    Les mercenaires de la politique    Début des vaccinations à grande échelle en Afrique du Sud    Cinq terroristes présumés tués près de la frontière algérienne    De quoi sera fait l'après-Covid?    Frida à l'affiche    Boudjima renoue avec le Salon du livre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour participer aujourd'hui au sommet arabe
Publié dans El Watan le 22 - 03 - 2005

Le déplacement du souverain marocain à Alger pour assister au sommet arabe est le premier du genre depuis son intronisation en juillet 1999. A deux reprises, pourtant, il a refusé d'assister au sommet de l'Union du Maghreb arabe (UMA), qui devait se tenir en 2003, mais reporté depuis cette date. En visite privée cette semaine en France, le roi Mohammed VI, faut-il le souligner, a eu samedi dernier, au palais de l'Elysée, un tête-à-tête avec le président Jacques Chirac.
Celui-ci a tenu d'ailleurs à téléphoner, le lendemain, au président Abdelaziz Bouteflika pour «faire un tour d'horizon sur les questions à l'ordre du jour du sommet (arabe)», selon la Présidence française. Cependant, la deuxième préoccupation des chefs d'Etat maghrébins, après ce sommet, demeure les concertations autour de l'UMA. «Cette rencontre sur la terre d'Algérie pourrait conduire à la tenue d'un sommet de l'UMA», avait indiqué, vendredi dernier sur la chaîne Al Jazeera, Abdelaziz Belkhadem, ministre des Affaires étrangères. De la même manière, le président tunisien Zine Al Abidine Ben Ali émettait «l'espoir que cette rencontre à Alger offrira l'opportunité de préparer le terrain à la tenue du sommet maghrébin dans un bref délai». L'organisation maghrébine, bloquée depuis plus de dix ans, tentera, à travers cette opportunité, de s'inscrire dans une perspective positive, notent les observateurs. Une opportunité qui servira aussi et surtout à une rencontre au sommet entre Bouteflika et Mohammed VI autour des problèmes bilatéraux. «Avec la volonté d'Allah, il y aura un sommet algéro-marocain», indiquait le même Belkhadem. Il s'agira notamment de deux questions pendantes et corrélativement liées : le dossier du Sahara-Occidental et celui de la réouverture des frontières communes. Or, curieusement, les autorités marocaines ont accordé vendredi dernier leur feu vert pour le retour dans le royaume de l'ancien ministre de l'Intérieur Driss Basri, privé de passeport depuis 2004 et installé à Paris. L'homme fort du régime au temps de Hassan II avait été limogé de ses fonctions par Mohammed VI en novembre 1999. C'était un signal fort en direction d'Alger. Basri n'a cessé, les derniers mois, d'émettre des prises de position publiques, notamment sur la question du Sahara-Occidental, principal sujet de tension diplomatique entre le Maroc et l'Algérie. Mais aussi de critiquer l'«incompétence» des principaux collaborateurs du roi, qu'il qualifie de «nains politiques». En tout cas, les pressions de Washington et de l'Europe ne cessent de s'accentuer pour voir deux «Etats locomotives» au Maghreb se rapprocher davantage.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.