Aucune restriction dans la révision constitutionnelle    La ville de Kherrata célèbre le 1er anniversaire    Le Président s'attaque aux lobbies de l'importation    Tebboune ne veut plus de cortèges officiels de 30 voitures    "100 mds DA injectés dans les communes dès le mois de mai"    Ferhat: «Merci à tous pour vos messages, ça me va droit au cœur»    Motion de soutien du Conseil de la Nation au plan d'action du gouvernement    Crise libyenne: la position de l'Algérie privilégiant une solution politique réitérée    Montage automobile: le nouveau cahier des charges promulgué dans 2 mois    Le Gouvernement examine de nouvelles mesures en faveur de la gestion décentralisée    Kherrata, une convergence et des messages    CONSEIL DE SECURITE DE L'ONU : L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    L'instruction de l'affaire ETRHB Haddad bouclée    TAMANRASSET : Plus de 500 affaires de contrebande traitées en 2019    Tebboune : "Aucune restriction hormis ce qui a trait à l'unité et à l'identité nationales"    TIARET : Des citoyens observent un sit-in devant la mairie d'Ain Dehab    AIN EL-TURCK : Des taxis demandent le double de la course    Le Président Tebboune: les responsables locaux tenus de briser le cloisonnement entre les citoyens et l'Etat    La pièce "Tmenfla" du theatre d'Oum-el-Bouaghi ouvre le festival international du théâtre de Bejaia    Il était une fois, le plus grand pays d'Afrique    Les pièges de l'assistanat    Slimani en sauveur !    Zelfani prépare le Paradou    L'ESS nouveau leader    Le Targui    À tout jamais…    5 personnes retrouvées mortes après leur enlèvement    Encore un manifestant assassiné à la place Tahrir    Yémen : entrée de 138 000 migrants et réfugiés en 2019    Enseignants du primaire : marche nationale demain à Alger    Des TV-offshores et des pollutions millénaires !    ACTUCULT    Emouvant hommage à la militante Nabila Djahnine    Le répertoire andalou dans toute sa splendeur    Ciné-houma rend hommage aux femmes victimes de violences    La Cinémathèque algérienne célèbre les films sur la guerre de Libération    La quête de la connaissance et de la vérité    Mali: le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Coupe arabe des nations (U20) : Les Algériens s'installent en Arabie Saoudite    USM Alger : Dziri reste    Epidémie du ncoronavirus : L'économie mondiale fortement impactée    Prime du service civil pour les spécialistes: Les décrets en voie de finalisation    Sidi El-Houari, Sidi El-Bachir, El Badr, El Emir et Es Seddikia: Lancement du bitumage d'une trentaine d'axes routiers    Les spécialistes plaident pour le dépistage précoce: 236 nouveaux cas de cancer de la prostate enregistrés au CHUO en 2019    Commerce extérieur: Plus de 6 milliards de dollars de déficit en 2019    Information officielle: La Présidence revient à la charge    LA RESONNANCE D'UN ATTENTISME    Le double jeu de Makri et de ses députés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Soirée organisée par l'Institut Français d'Oran : Kamel Daoud rencontre son public
Publié dans El Watan le 01 - 12 - 2018

Kamel Daoud a rencontré, mercredi dernier, son public oranais, le temps d'une soirée organisée par l'Institut français d'Oran.
Le public était venu en très grand nombre, au point que la salle des conférences s'est révélée être trop exiguë, et beaucoup ont dû se résigner à suivre la prestation de l'auteur de Zabor ou les psaumes à partir du hall de l'IF, par vidéo-conférence.
Kamel Daoud était donc venu pour parler de son dernier ouvrage, Le peintre dévorant la femme, et la tâche incombait au professeur universitaire, Hadj Meliani, non seulement de modérer la conférence, mais aussi de donner son point de vue sur le livre, étant entendu qu'il était, à Oran, l'un des rares à l'avoir déjà lu.
L'écriture du nouvel ouvrage de Daoud est en fait une commande de son éditrice, Alina Gurdiel, qui compte lancer une collection d'ouvrages intitulée Une nuit au musée.
«L'histoire de ce livre est effectivement une commande. Pour certains, l'idée de commande pour un écrivain – l'idée de commande en France pour un écrivain algérien –, est déjà à la limite de la théorie du complot et de la littérature sur commande», dit-il, avec un brin d'ironie. «Il n'en est rien de cela !, continue-t-il.
C'est quelque chose qui fonctionne partout dans le monde. Souvent, les meilleurs livres sont ceux-là mêmes qui ont été commandés, ou en tout cas encouragés par l'éditeur. Pour Picasso, Alina Gurdiel, qui est une amie, m'a proposé l'idée de passer une nuit dans un musée pour écrire ce qui me faisait envie. Un écrivain ne refusera jamais de passer une nuit pareille dans un musée à lui tout seul.
Pour des raisons de calendrier, ça a coïncidé, et c'est tant mieux, avec l'exposition de l'année érotique de Picasso en 1932. Donc, c'était parti sur cette idée-là».
Cette démarche lui seyait parfaitement, affirme-t-il, car son envie était de faire un texte de ce genre, c'est-à-dire sortir du roman, du récit de la chronique «et aller vers quelque chose qui me fait envie, qui participe à la construction de ce que je veux transmettre».
Il y a aussi là-dedans cette obsession de notre rapport à l'image. «Pourquoi nous nous sentons blessés par la caricature, par l'image ? Pourquoi le peintre s'exile, pourquoi la statue de Aïn Fouara est détruite à chaque fois ? Ce sont des obsessions que j'avais avant en tant que chroniqueur, c'est ce rapport à l'image que je voulais déblayer». Racontant dans le détail cette expérience qu'il avait vécue un soir d'octobre 2017, il dira à l'assistance : «Ce soir-là, je suis arrivé au musée un peu en avance.
Il y avait un lit de camp et un panier repas. On m'a fait la première visite, la seconde, puis après, j'étais tout seul. Ce qu'il y a de bien, c'est que j'avais accès même aux zones qui n'étaient pas ouvertes au public, les petites caves, les petits entrepôts, etc.»
Kamel Daoud avait refusé, cette nuit-là, d'y aller avec de la lecture en tête : «Je n'ai rien lu ! Je voulais y aller dans cette sorte d'anticipation angoissée quand j'écris une chronique ou un roman. Je ne savais pas exactement ce que j'allais écrire. J'ai passé la nuit, et j'ai commencé à trois heures du matin à prendre des notes.
Ce que j'ai compris, c'est que lorsqu'on est face à Picasso ou à un autre peintre, c'est d'abord une subjectivité qui se développe. On crée toujours du sens, ainsi le tableau devient le miroir de l'intime. C'est une façon d'explorer sa propre subjectivité, et c'est à partir de là que j'ai commencé à prendre des notes.»
Au petit matin, à sa sortie du musée, il a expliqué qu'il tergiversait en se demandant s'il allait se contenter d'écrire ce qu'il avait réellement ressenti, ou s'il allait habiller ses impressions par toutes sortes de lectures qu'il fera par la suite ayant trait aux œuvres de Picasso : «Finalement, j'ai tranché : je me suis dit, je vais écrire le premier jet, puis ensuite, je lirai sur Picasso pour savoir si cela se recoupe ou pas !
Ce qui est flatteur pour l'égo, c'est que ça recoupe souvent !» Si on veut à tout prix compartimenter ou cataloguer ce livre, ce sera alors, pour Daoud, une sorte d'essai d'opinion. «Je voulais écrire un livre de promenade, pas un livre de conclusion». Hadj Meliani, quant à lui, rappellera que ce type de commande n'est pas nouveau, mais au contraire se fait monnaie courante.
Il se référera, pour cela, à l'histoire de la littérature française, notamment en faisant référence à Diderot, ou encore à Baudelaire. «Ce qui est frappant dans ce livre, contrairement aux autres livres de Kamel Daoud, c'est qu'on n'a pas affaire à un narrateur. Ici, c'est Kamel Daoud qui parle à la première personne. C'est un livre qui est écrit dans le dévoilement.
Et pour ne pas faire les choses simplement, vous avez tour à tour un Kamel Daoud qui parle, et puis à un moment donné, c'est l'imaginaire de l'écrivain qui va se mettre à inventer, ou à supposer des situations et des personnages, mais toujours dans le cadre du musée».
Il dira aussi : «Ce n'est pas Picasso qui inspire Kamel Daoud, mais c'est Kamel Daoud qui vient avec ses obsessions, ou ses métaphores obsédantes, pour interroger les toiles par rapport aux questions qui le travaillent : la question des femmes, sa société, l'islamisme, etc. (…) Paradoxalement, en parlant de Picasso, il parle de nous et des contradictions de nos sociétés.
De ce point de vue-là, il apporte un éclairage, et tout ça est dit dans une sorte de mélange à la fois de fiction, de faits et ça donne cette tonalité qui est vraiment très particulière pour ce texte.» Rappelons que Le peintre dévorant la femme est paru respectivement en France aux éditions Stock, et en Algérie chez Barzakh, à la fin du mois d'octobre dernier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.