Les bienfaits méconnus du citron    Ballon d'Or : Guardiola prend la défense de Messi    Déclaration de patrimoine en question    Quand la chute du dinar fausse les calculs    Elections locales: Les résultats préliminaires connus    Du 4 au 6 décembre: Une conférence nationale sur la relance industrielle    Coupe arabe FIFA: Algérie A' - Soudan, aujourd'hui à 11h00 - Bien entamer la compétition    Ballon d'Or: Messi, un sacre qui fait grincer des dents !    JSK - Les joueurs confinés: Le match face au Royal Léopards reporté    Ténès: Deux morts dans un glissement de terrain    Raffinerie de Skikda: Huit personnes atteintes de brûlures suite à un incendie    Illizi: Quatre morts dans une collision    En rang serré    Adrar: Un écrivain autrichien au lycée Moulay Touhami Ghitaoui    Une journée cruciale pour la droite, aujourd'hui en congrès    Le FFS en quête d'alliance    Les indépendants exigent une enquête    Le temps des tractations    Vers la révision des textes juridiques    Témoignages    Messi, le ballon dort    Mahrez au 20e rang    Toujours dans l'impasse    «L'Algérie est ciblée»    Le programme de travail sera valable du 4 décembre 2021 au 31 janvier 2022    L'Algérie souhaite davantage d'investissements chinois    Le docteur Derrar fait le point    82 familles relogées    17 personnes coincées dans un immeuble    Ce que veulent les syndicats de la santé    95 décès depuis le début de l'année    L'hostilité à l'engagement armé de la France de plus en plus visible    Xi Jinping adresse un message de félicitations à une réunion à l'ONU    «L'art : le regard pour ombre»    Jbaliqs ouadjmatou en concert    Semaine du court métrage    Accélérer la mise en œuvre de l'Accord d'Alger    Maroc Les forces de l'ordre empêchent un sit-in populaire devant le Parlement en solidarité avec le peuple palestinien    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    Les nouvelles technologies au secours de la culture    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Mon livre est un hommage à la littérature et à la lecture"
Kamel Daoud, lors de la dédicace de son nouveau roman à Tizi Ouzou
Publié dans Liberté le 26 - 08 - 2017

C'était, encore une fois, face à la foule des grands jours que l'écrivain, devenu incontestablement célèbre, Kamel Daoud s'est retrouvé, avant-hier, jeudi, à Tizi Ouzou, à l'occasion de la vente-dédicace de son nouveau roman Zabor ou les psaumes.
La grande salle de l'hôtel Abzim, où la vente-dédicace a été organisée par la librairie Multi-livres Cheikh, a été, en effet, littéralement assiégée avant même l'arrivée de l'écrivain à 15h. Ce n'était qu'aux environs de 18h que l'auteur du célèbre Meursault... contre-enquête a pu souffler après ce remarquable engouement qui est toutefois, dit-il, loin de le surprendre. "Ça ne me surprend pas ! Ici à Tizi Ouzou, il y a des gens du livre, il y a des libraires, des lecteurs et une société civile qui bouge, donc ça ne me surprends pas, aussi bien pour moi que pour les autres écrivains", a-t-il commenté non sans affirmer que "toutes les villes algériennes regorgent de lecteurs".
C'est juste que, n'a-t-il pas manqué d'ajouter : "Il y a une économie du livre qui est défaillante. C'est-à-dire la circulation du livre avec les libraires qui ne sont pas nombreux et qui survivent difficilement". Mais, pour l'ancien chroniqueur du Quotidien d'Oran, même dans le cas contraire, l'écrivain ne doit pas s'affranchir du contact direct avec ses lecteurs. "Les déplacements d'un écrivain aident à provoquer des vocations de lecteur aussi. L'écrivain, l'éditeur... Beaucoup de gens font dans la littérature militante, mais la littérature militante ce n'est pas seulement d'écrire des livres, c'est de toucher de près le lecteur, car nous avons besoin de revitaliser l'espace de la lecture en Algérie. Les gens ont besoin de voir leurs écrivains aussi, de les toucher, de leur parler et de leur poser des questions", a-t-il expliqué non sans rendre hommage, dans le même sillage, à tous ceux qui se mobilisent contre l'interdiction des cafés-littéraires qui permettent ce contact direct. Interrogé sur l'objectif de son nouveau roman, Kamel Daoud répondra tout de go : "Mon livre est un hommage à la littérature et à la lecture." "La lecture m'a sauvé, et j'aimerais participer à ce salut pour les autres aussi. J'aimerais faire des livres qui aideraient à relativiser leurs dogmes et leurs idées. À voyager sans se déplacer, à avoir plusieurs existences et s'enrichir. J'aimerais que le livre circule, que tous les livres circulent", a-t-il encore expliqué tout en considérant que son roman est aussi "un hommage aux lecteurs."
Quant au choix de son personnage biblique, l'auteur rétorque tout simplement que "cela fait partie de notre patrimoine et le patrimoine de l'humanité. Les personnages bibliques sont dans le Coran, dans la Bible... Je voulais lutter contre ce fatalisme qui dit que ça ne sert à rien d'écrire".
Mais comme dans toute son œuvre, Kamel Daoud ne s'est empêché de bousculer les dogmes de notre société sans bien sûr se soucier de ce que cela pourrait provoquer comme réaction chez ses détracteurs, notamment islamistes, qui s'effarouchent à chacune de ses sorties littéraires. "Vous me ramenez l'acte de propriété de l'islam, si quelqu'un a l'acte de propriété, et je vais me taire. Mais tant que c'est une religion qui appartient à tout le monde, j'ai le droit de penser, je le fais sans insulte et je le fais en exerçant ma liberté. Je n'ai jamais insulté, j'essaye de penser, j'ai rêvé que notre pays soit puissant, qu'il soit fort et que la pratique religieuse y soit un exercice de spiritualité et non pas un exercice pour empêcher les autres de dire", a-t-il asséné.
Samir LESLOUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.