L'art de la confusion.    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Dans les coulisses de : Naïma Salhi «chassée» de Naciria et de Chabet ElAmeur    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Ouverture demain du Salon international des dattes    Exploitation des mines d'or dans le Sud : les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Turquie 9 morts et 86 blessés dans un accident de train à Ankara    Défi de survie pour le mouvement des «gilets jaunes»    Natation : Sahnoune éliminé sur 50 mètres en Chine    CNAS : tenter de réduire les accidents du travail    Ouadhias (Tizi Ouzou) : Deux voleurs de batteries de relais téléphoniques identifiés par la police    Soins des Algériens en France : Y a-t-il un changement ?    Yacine Mahideb. Poète : Des mots pour panser des blessures    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    Issiakhem de A à Z    La menace terroriste plane à nouveau sur la France    Bouira : Le DJS sur la sellette !    Tournoi de beach-volley demain et dimanche à Oran    Sidi-Saïd prend de vitesse ses détracteurs    L'auto-satisfecit algérien    Le FLN part en favori    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    La revanche des riches    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Défaitisme    Bouchareb ne va pas durer longtemps    L'histoire à méditer    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Hydrocarbures : Sonatrach et la compagnie russe Transneft signent deux contrats    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les crues des oueds isolent la ville d'Adrar
Intempéries
Publié dans El Watan le 01 - 04 - 2009

La wilaya d'Adrar se trouve encore une fois isolée du nord du pays depuis déjà 2 jours suite aux crues de l'oued Saoura, qui ont provoqué la fermeture de la RN 6 au niveau du PK 1031 matérialisé par un vieux pont au point géographique dénommé Foum El Kheneg.
Ce passage obligé pour les usagers de cette route qui relie Béchar à Adrar reste cependant le point faible et le casse-tête des services des travaux publics. En effet, tous les efforts consentis et les moyens dégagés depuis plusieurs années n'ont pas suffi à trouver une solution définitive et durable à cet épineux problème. Il suffit d'une perturbation atmosphérique accompagnée de fortes pluies dans la wilaya de Béchar ou de celle de Naâma pour que les oueds dormants se réveillent et coupent la principale route (RN6) qui les traverse, notamment au niveau de Ksi Ksou (Abadla) et de Foum El Kheneg (à 270 km au nord d'Adrar). Le mauvais temps est devenu, ces dernières années, la hantise des habitants de ces 2 wilayas, principalement les commerçants, les routiers et les transports de voyageurs. incapacité des spécialistes des ouvrages d'art de relever ce défi de la nature Cette crainte est légitime et justifiée par le fait que la rupture de ce passage dure parfois trop longtemps, voire plusieurs semaines, ce qui ne reste pas sans conséquences fâcheuses dans l'approvisionnement alimentaire des populations et l'exécution des projets de développement en raison de la rupture des matériaux.
Les dernières crues du mois d'octobre 2008 ont perturbé le flux routier en ce point et ont isolé Adrar pendant plus d'un mois. Cette situation contraint alors les usagers devant se rendre à Béchar à faire un grand détour de 1800 km en passant par Ghardaïa, Laghouat et El-Bayadh. Maintenant, la question qui reste posée est de savoir combien de temps cette voie restera fermée au trafic routier. Les vacanciers du printemps et les pauvres étudiants, qui ont passé quelques jours de joie dans leurs foyers et qui sont dans l'obligation de rejoindre leurs universités ce samedi, vont certainement faire les frais de cette incapacité des spécialistes des ouvrages d'art de relever ce défi de la nature. Pour information, 16,4 milliards de centimes ont déjà été injectés pour la construction, en ce point, d'un pont multicellulaire de 220 m de long mais, sur le terrain, les choses semblent plus compliquées que les prévisions des T.P.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.