Arrivée du président sahraoui à Alger pour prendre part aux festivités du 60e anniversaire de l'indépendance    Jalon de la liberté à Sidi Fredj : une stèle commémorative symbolisant la levée des couleurs nationales en 1962    Réconciliation    L'Algérie veut passer à l'étape industrielle    Le défilé qui braque les regards    Les invités de marque de l'Algérie    Mise en garde contre l'escalade du Makhzen    Début de la campagne du prochain référendum constitutionnel    L'Algérie sur une courbe ascendante    Le dribble historique    Hammadi décroche deux médailles    Défilé géant en ville    Au rythme des festivités    «Un évènement majeur de l'histoire de notre pays»    Une histoire millénaire dans la résistance    Strophes de guerre    La petite histoire de l'Union des écrivains algériens    Le Président Tebboune inaugure en compagnie de son homologue tunisien la stèle commémorative "Jalon de la liberté"    JM/Handball - messieurs : l'Espagne bat la Serbie 42-38 et file en finale    Le TRO propose des visites virtuelles en 3 D et lance un service de réservation en ligne    APN: adoption du projet de loi sur la réserve militaire    Le Premier ministre préside la cérémonie de lancement du portail consacré au sommet arabe    UNE INDEPENDANCE CONFISQUEE PAR L'ARMEE DE BOUMEDIENE    JM/Haltérophilie: médaille d'or pour Walid Bidani à l'arraché    La remise des grades par le Président Tebboune, une honorable tradition qui vient orner les us de notre patrie et de l'institution militaire    Le PSG vise un nouvel attaquant transalpin    ETUSA: un programme de transport gratuit au profit des SMA au défilé militaire    JM: programme des athlètes algériens    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Géostratégie en gestation    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    La Libye et l'espoir suspendu    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Livres anciens. Roman ethnographique
Publié dans El Watan le 02 - 11 - 2006

Le critique Jean Dejeux, spécialiste de la littérature maghrébine de langue française, considère Dinet, Slimane Ben Brahim et Isabelle Eberhardt, comme les précurseurs enracinés de la littérature algérienne d'expression française «qui ont manifesté non seulement une sensibilité et une générosité algérienne, mais encore une vision du monde analogue (…) Leur appartenance à l'Islam leur a permis de mieux comprendre l'Algérie profonde», écrit-il. Etienne Dinet, né en 1861 à Paris, s'installant définitivement à Bou Saâda en 1905 et se convertissant à l'Islam en 1913, fut connu surtout par sa carrière de peintre. On ignore souvent qu'il a cosigné, de son vivant, en collaboration avec Slimane Ben Brahim, son complice durant cinquante-quatre ans, plusieurs ouvrages littéraires, entre autres : Printemps des cœurs (1902), Mirages (1906), La vie de Mohammed, prophète d'Allah (1918), L'Orient vu de l'Occident (1922).
Khadra, danseuse des Ouled Naïl est un roman ethnographique, en 174 pages, paru aux éditions Piazza (Paris). A l'intérieur, le texte est illustré de tableaux et calligraphies d'Etienne Dinet. D'après la biographie établie par le musée national Dinet de Bou Saâda, le roman a été édité pour la première fois en 1910, puis réédité, dans une version luxueuse illustrée, en 1926, chez le même éditeur avec lequel les deux auteurs ont publié l'ensemble de leur œuvre.
L'écriture de Khadra s'est achevée le 15 août 1909, ainsi que signalé. Khadra n'échappe pas à la règle des romans de l'époque. Il est, essentiellement, destiné au lectorat français de la métropole. Son introduction le prouve : «ô voyageurs européens qui accourez en rangs serrés vers notre merveilleuse oasis de Bou Saâda.» Les deux auteurs se mettent en quelque sorte à la place d'un guide touristique.
La vie socioculturelle du sud algérien, en général, et de l'oasis de Bou Saâda, en particulier, est le thème de ce roman qui raconte une violente histoire d'amour entre l'héroïne, Khadra Bent Thaous et Ben Ali de la tribu de Sidi Ziane.
Après avoir fui son mari, Si Tayeb, la charmante Khadra s'éprend de Ben Ali et décide de l'accompagner dans sa traversée du Sahara, s'opposant à sa mère qui hait Ben Ali. Après des péripéties diverses, Ben Ali est tué. Khadra perd la raison et elle finit dans les rues, persécutée par les gamins.
Khadra, danseuse des Ouled Naïl est un roman d'errance, d'amour, de vengeance, de mort et de fidélité. A travers la présentation des mœurs et la mentalité de l'époque et la création de personnages typiques, représentatifs d'un groupe, les auteurs semblent avoir été influencés par le courant de Walter Scott. Le drame et les épisodes solidement noués du roman nous renvoient aux caractéristiques du roman français du XIXe siècle. Ce roman est une photographie de la vie locale et de la culture arabo-berbère et musulmane. Mais l'ouvrage étant cosigné par deux auteurs, cela pose la difficulté de déterminer la part de chacun. Plusieurs indices nous donnent à penser que Slimane Ben Brahim était le véritable auteur du roman, et que le rôle d'Etienne Dinet se serait surtout limité à sa traduction et son illustration. Cela peut apparaître dans la langue et l'emploi d'expressions dialectales ou religieuses, francisés difficilement, parfois avec erreurs, tels : Miat mesla ma tdji sekkin (cent épingles ne feront pas un sabre)… Allah la irahmou (Qu'Allah ne lui soit pas miséricordieux)…Kana fila madinati tisatou rahatin ifsidouna fil aradhi oua la isoulihouna (il y avait dans la ville une bande de neuf individus pratiquant toujours le mal et jamais le bien)…» Ajoutons l'emploi du terme roumi au lieu de français. Il y a également la connaissance précise de la généalogie de la population du Sahara et les détails de plusieurs régions qu'Etienne Dinet — toujours selon la biographie établie par le musée national de Bou Saâda — n'a jamais visitées, comme la destination des deux amoureux, Ghardaïa. Ces éléments nous confortent dans notre hypothèse. Finalement, Khadra, danseuse des Ouled Naïl est un roman qui valorise les principes et le mode de vie des Algériens, et il demeure un document assez important de l'histoire littéraire du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.