La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    Le vieux de mon village    La Chine relance ses manœuvres militaires    Un Palestinien tombe en martyr    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Dimanche, le pic!    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    L'Union africaine se penche sur le Tchad    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    CAN-2023 (U23) (qualifications): tirage au sort jeudi au Caire    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Jeux de la Solidarité Islamique/Natation: Syoud décroche une 2ème médaille d'or    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bou Saâda : L'autre terreau de l'art plastique
Publié dans Info Soir le 07 - 06 - 2016

Inspiratrice d'œuvres ethnographiques ou simples tableaux «osés» qui frisent parfois les limites du socialement décent, la ville de Bou Saâda (M'sila) constitue un thème majeur de la peinture orientaliste en Algérie, au point de former une école d'art plastique, qui demeure toutefois peu connue et inexploitée sur les plans académique, technique et culturel.
Pas moins de 150 plasticiens européens orientalistes sont passés à Bou Saâda et ont vécu de longues périodes dans la région, laissant chacun une empreinte plus ou moins marquante.
 Le Français Etienne Dinet, devenu Nasreddine Dinet, vécut, se maria et mourut dans cette cité oasis du Bonheur (Saâda). Le Belge, Edouard Verschaffelt, avait emboîté les pas à Dinet, immortalisant le patrimoine culturel et social de la région par des toiles éparpillées aujourd'hui à travers les musées d'Europe, dont le prestigieux Louvre de Paris (France).
Jules Van Biesbroeck et l'Américaine Juanita Guccione (qui se maria avec son guide de la tribu des Oueld Naïl de Bou Saâda) furent de ces artistes qui, fuyant la vie occidentale fortement matérialiste, trouvèrent dans la petite société boussaâdie cet autre inconnu, si différent et fort saisissant, aux allures paradisiaques.
Nasredine Dinet a peint pas moins de 100 toiles de presque tout le quotidien des gens de Bou Saâda. Les autres plasticiens européens se sont surtout intéressées au sensuel, surtout au corps de la femme, un thème plastique dans l'art occidental. C'est le cas de «Khadhra, la danseuse d'Ouled Naïl» de Jules Van Biesbroeck, «Mariage dans l'Oued» d'Edouard Verschaffelt, ou encore «Les baigneuses au bord de l'oued» d'Etienne Dinet.
Hormis cette «incursion» incompatible avec les valeurs sociales et violant le sens de la Horma, ces artistes ont immortalisé la simplicité de la vie des habitants de cette oasis, leur hospitalité et leur mode de vie, le nomadisme.
 La caravane du hadj (pélérinage aux Lieux Saints de l'islam), les gens à la mosquée, la circoncision, la psalmodie collective du Saint Coran, la visite des saints, ont également été peints par ces artistes européens, devenant par moments des peintres-ethnographes par excellence d'une communauté attachée à ses traditions, au sens de l'honneur et à la religion, sans pour autant être parfaite.
En dépit de la puissance colonialiste occidentale du début du XXe siècle, le vent qui avait soufflé alors de Bou Saâda sur la France, ou encore la Belgique, fut une source d'inspiration intarissable pour de nombreux artistes-plasticiens, au point que certains d'entre eux ont changé totalement leur mode de vie et parfois leur religion, à l'instar d'Etienne Dinet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.