«Les autorités publiques appelées à prendre les mesures nécessaires»    La Déclaration du patrimoine escamotée    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Brahimi buteur face à Portimonense    ELLE OUVRE LA VOIE A TOUTES LES INITIATIVES : L'alliance présidentielle change de cap    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    Soins en France, rien de nouveau    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Boca débouté    Oran Stage hivernal à Oran    Tayeb Meziani, trois ans à l'ES Tunis    Le coût du transport réduit la compétitivité    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Stérilet : ce qu'il faut savoir    Les gilets jaunes voient rouge    El Partiya, un spectacle d'improvisation avec le public    Ah'chem chouia !    Une sacrée «derdba» en hommage au maâlem Benaïssa    Une vingtaine de point retenus sur la route de la corniche supérieure: Des panneaux publicitaires pour renflouer les caisses des communes    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Un réseau de dealers démantelé près de Sidi Maarouf    Un deal à consolider    La CJUE inébranlable sur la primauté du droit    USM Bel-Abbès: Le wali promet de débloquer la situation    Oran: 17 harraga, dont des Marocains et des Yéménites interceptés    Tailleur de pierres, un métier ancestral    G5 Sahel : L'UE et la France, principaux bailleurs de projets de développement    France : Couacs ou désaccords, la fiscalité fait débat au gouvernement    Prévue pour l'exercice 2018/2019 : Augmentation de la production céréalière à 90 millions de quintaux    Tentatives visant à discréditer l'action humanitaire Les médias appelés à y faire face    Industrie pharmaceutique: L'évolution du secteur se poursuit avec plus de 350 projets en cours de réalisation    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Huawei Nouveau coup dur pour le géant chinois des télécoms    Durant les 9 premiers mois de 2018 : Les exportations agricoles algériennes ont dépassé les 57 millions de dollars    AT offre 1 mois de connexion gratuit pour tout rechargement de 3 mois ou plus    "Doki Doki'' menace la vie des adolescents    Les conservateurs allemands élisent le successeur d'Angela Merkel    11.000 actions de protestation populaire    Divergences au sommet    Le Forum économique mondial relève les "progrès" de l'Algérie en matière des TIC    Tirage au sort aujourd'hui à Alger    Béatification de 19 religieux catholiques à Oran    Elections sénatoriales: Huit candidatures validées à Boumerdès    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public    Lettre à Moad Bouchareb    Conseil des droits de l'Homme: Plus de 1300 plaintes reçues en deux ans    Tlemcen: Hommage aux invalides de la guerre de libération    Des missiles air-sol antichars saisis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelkrim El Khatib : Figure emblématique du monde musulman
Publié dans El Watan le 30 - 04 - 2009

Le vingt-septième jour du mois de Ramadhan (28 septembre 2008) s'est éteint le docteur Abdelkrim El Khatib, une des plus grandes figures de l'histoire contemporaine du Maghreb, de l'Afrique et du monde musulman. Né le 2 mars 1921 à El Jadida au Maroc, le regretté docteur El Khatib a commencé très tôt une carrière de militantisme des plus engagés en faveur des causes justes.
Il présida aux destinés de l'armée de libération marocaine dont il était le principal pilier. Mettant en place une première cellule de collecte d'armes et de fonds dans le nord du pays et même à l'étranger, il participa de façon déterminante à la résistance marocaine contre les forces coloniales. Il s'impliqua également très profondément en tant que médecin en prodiguant des soins aux résistants dans son propre cabinet qu'il a pratiquement mis à la disposition des combattants et militants de la cause. Il commença sa carrière politique au sein de l'Istiqlal et créa en 1957 le Mouvement populaire qu'il quittera en 1967 pour créer avec Benabdallah El Ouggouti son propre parti, le Mouvement populaire démocratique constitutionnel (MPDC). En 1996, il allie à son parti le Mouvement de l'unicité et de la réforme (MUR) regroupant plus de 200 associations, ce qui donnera naissance en 1998 au Parti de la justice et du développement (PJD) dont il avait assumé les fonctions de secrétaire général jusqu'en 2004, date à laquelle il a été désigné président fondateur de la formation, poste qu'il a conservé jusqu'à son décès. La sagesse du Dr Khatib a permis à la formation de gagner en notoriété et en crédibilité en si peu de temps.
De nombreux observateurs s'accordent à dire que si le PJD a pu se frayer une place dans l'hémicycle, c'est surtout grâce à l'orientation que lui a dictée El Khatib, et c'est ainsi que le PJD est devenu l'un des partis qui comptent sur la scène politique. Nombreux sont les témoignages qualifiant Abdelkrim El Khatib d'exemple en matière d'organisation, d'encadrement et de mobilisation des résistants qui lui reconnaissaient sa bravoure, sa haute moralité et sa détermination. Après l'indépendance du Maroc, il fut le premier président du Parlement en 1963, poste qu'il a conservé jusqu'à juin 1965. Il a été ministre de l'Emploi et des Affaires sociales le 27 mai 1960, lors du Gouvernement Mohammed V.
Le 26 février 1961, il a été reconduit au même poste et le 2 juin 1961, nommé ministre d'Etat chargé des Affaires africaines. Le remaniement ministériel lui donnera les deux postes de ministre chargé des Affaires africaines et ministre de la Santé publique. Le 5 janvier 1963, il a repris le poste de ministre d'Etat chargé des Affaires africaines et ministre de la Santé publique. Il faut rappeler également qu'il est à l'origine de la fondation du Mouvement scout marocain Al Kachafiya Al Hassania. Parallèlement à cette carrière politique chargée, Abdelkrim El Khatib s'est toujours distingué par son acharnement pour la concrétisation de l'unité du Maghreb pour laquelle il a apporté tout son soutien et ce, de façon la plus concrète qui soit. Le défunt était en effet connu dans les sphères nationalistes au Maghreb et dans le monde arabe, comme un défenseur de l'unité arabe et maghrébine, un fervent partisan du Grand Maghreb. Tout d'abord, par son aide conséquente à la révolution algérienne pour laquelle il n'a ménagé aucun effort durant toute notre guerre de libération, dont les dirigeants sont unanimes à reconnaître ses positions et son soutien efficace et indéfectible. Il est vrai qu'il est d'origine algérienne puisque son père Omar El Khatib El Mahfoudhi est originaire des Mhafidh de Mascara, et qui de 1901 à 1904, a été mouderres à Djamaâ Safir d' Alger.
C'est au début du siècle passé qu'il rencontra le grand vizir de Moulay Mohammed Ben Abdelaziz, Sidi Mohamed El Djebbas lors d'une de ses missions à Alger où c'est justement Si Omar El Khatib, parfait bilingue, qui lui servit d'interprète. Il devint par la suite son ami et son gendre, puisqu'il le suivit au Maroc et épousa sa fille Lalla Meriem El Djebbas en 1909. De cette union naquirent Mohamed El Mahfoudh, Ahmed El Mouhoub, Abderrahmane et le regretté Abdelkrim en mars 1921. II est vrai également que la famille El Khatib compte plusieurs militants engagés dans l'ALN durant notre guerre de libération, c'est le cas notamment d'un autre médecin de la famille, le docteur Youcef Khatib, colonel Hassan de la Wilaya IV historique. Cependant, son origine n'explique pas toute sa ferveur pour l'unité du Grand Maghreb. Ce sont surtout ses convictions et sa grande foi qui ont fait de lui le symbole de toutes les résistances. Fondateur de l'Association marocaine de soutien à la lutte palestinienne, le défunt avait également tissé des liens solides avec le mouvement de délibération en Afrique et dans le monde arabe, notamment l'ANC (Afrique du Sud) dont il connaissait les dirigeants, notamment Nelson Mandela. Celui-ci qualifia le docteur El Khatib d'un des architectes de l'indépendance de l'Afrique du Sud. II faut ajouter qu'il a soutenu d'autres mouvements de libération de pays africains, notamment de la Namibie et de l'Angola.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.