5 exercices qui n'affecteront pas vos genoux    Brésil : Dani Alves mécontent du public    Les manipulateurs ont été mis en échec    Régularisation foncière: 3.700 actes délivrés et 90 milliards de recettes    Société civile: Une feuille de route pour sortir de l'impasse politique    Entendus aujourd'hui: Zoukh, Karim Djoudi et Amar Tou devant la Cour suprême    Relizane: Près de 10.500 candidats au bac    Selon un récent bilan de la wilaya: Plus de 600 constructions illicites démolies depuis le début de l'année    Pour la réussite de la saison estivale: 78 gestionnaires des plages en formation    Cour suprême : Abderrachid Tabi installé au poste de Premier président    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Improvisation économique à des fins politiques : Industrie de pseudo-montage automobile    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Coupe d'Algérie 2019 : Le CR Bélouizdad honoré par le wali d'Alger    Malgré le soutien du pétrole Les place européennes finissent en petite hausse    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    CAN-2019 de football, préparation Algérie - Mali, ce soir à Doha : Vaincre et convaincre avant l'Egypte    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    XXe réunion de l'Association des Sénats d'Europe : Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    Guerre commerciale : Huawei réclame plus d'un milliard de dollars à Verizon sur des brevets    Abdelkader El Gouri élu    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Nouveau dérapage de Naïma Salhi    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    Andy Delort : «C'est une fierté d'être là»    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Le GS Pétroliers remporte sa 20e Coupe d'Algérie    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Logements squattés à Azazga : La mise en demeure du village Cheurfa
Publié dans El Watan le 02 - 05 - 2009

Nous mettons les pouvoirs publics devant leurs responsabilités. Ces logements appartiennent à l'Etat et c'est à l'Etat de trouver une solution. Cette situation d'abandon ne peut plus durer.
S'il n'y a pas de réaction dans les plus brefs délais, nous n'allons plus empêcher les actions soumises en assemblée générale », déclare Mouloud Sarni, président du comité du village de Tinkicht, cosignataire d'une déclaration avec le comité du village de Cheurfa. Une réunion a regroupé jeudi dernier les comités des deux villages ainsi que les associations des jeunes. Ces derniers ont menacé de barrer la route nationale et de faire entendre leurs voix au chef-lieu de daïra. Les comités des villages ont préféré rédiger une déclaration pour interpeller une dernière fois les autorités et prendre à témoin l'opinion publique. A l'origine de la colère, le squat, depuis 2001, d'une cité OPGI à la périphérie de la ville d'Azazga, près du village Cheurfa. Plus d'une centaine de logements avait été occupée illégalement dans le feu des événements ayant eu lieu dans la région.
Aujourd'hui, une partie de ces logements a été libérée, dans un état de délabrement avancé, tandis que des dizaines d'autres sont encore squattés par de nouveaux occupants où l'on dénombre des personnes attirées plus par des activités illicites que par la recherche d'un toit. Au fil des années, ces immeubles sont devenus le refuge de délinquants venus parfois de très loin pour sévir dans la localité. Des trafics en tous genres sont nés et se sont aggravés devant le recul de l'autorité publique, menaçant désormais la quiétude des villages environnants et faisant planer une vraie menace sur les citoyens de la localité, notamment les jeunes. Deux CEM se trouvent à quelques centaines de mètres de cette cité interdite située au bord de la route nationale. Les habitants des cités mitoyennes (EPLF et APC-CNEP) vivent le calvaire dans le silence, ne pouvant pas réagir de concert vu qu'ils ne sont pas organisés en comités de quartiers.
Dans la déclaration remise à notre bureau, signée par les comités des villages de Cheurfa et de Tinkicht, il est noté que : « Cette cité est devenue la plaque tournante de tous les trafics (drogue, prostitution, vols, agressions…). Des malfrats de tous bords ont en fait un lieu de transit pour pratiquer leurs activités illégales au vu et au su des autorités locales. Cela a fait naître un sentiment de révolte au sein de notre population exacerbée par tant de fléaux. Cette situation très tendue est propice à toutes formes d'actions de rue qui peuvent engendrer de graves conséquences ». Le comité du village de Cheurfa a tenté récemment de rencontrer le wali, sans succès. C'est le médiateur de la wilaya qui a reçu les représentants d'un village qui compte pourtant plus de dix mille habitants. L'administration de la daïra n'a jamais pu trouver une solution pour enrayer le squat dans ces logements qui auraient pu revenir de droit à des familles nécessiteuses en attente d'un toit depuis de très nombreuses années. L'OPGI s'est « couverte » en ayant annoncé il y a longtemps avoir déposé des plaintes contre les squatteurs. Les services de sécurité ne peuvent pas intervenir en dehors d'une réquisition des autorités administratives, lesquelles sont gagnées par une incroyable démission qui confine à un encouragement de la délinquance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.