PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Oran : Les méduses envahissent nos plages !
Publié dans El Watan le 05 - 08 - 2008

Cet état de fait a été notamment signalé quelques jours avant l'entame de la saison estivale. «La température de l'eau, qui est encore quelque peu froide en cette période, a favorisé l'apparition de cette espèce marine», a indiqué le dermatologue Messaoud Nacer. Selon des recoupements d'informations concordantes, certains pays du Bassin méditerranéen ont carrément décidé de fermer des plages sur recommandation des autorités sanitaires, à l'image de la France. D'autres ont eu recours à l'installation de filets anti-méduses comme mesure préventive. Il existe quelque 900 espèces de méduses de par le monde, dont 180 en Méditerranée. «L'espèce qui sévit sur nos côtes est connue sous le nom de pelagia noctiluca. Elle est de loin la plus venimeuse de la Méditerranée», a tenu à préciser notre interlocuteur. Cette dévoreuse de plancton, qui résiste aux changements climatiques, existe depuis 600 millions d'années.
Ce sont des milliards d'œufs qui sont pondus à la fois. Même si quelques millions seulement survivent dans les eaux, ils s'étendent sur plusieurs kilomètres carrés. La force de la méduse réside dans ses tentacules redoutables et quasiment invisibles, qui peuvent atteindre 4 mètres de long. Celles-ci sont truffées de cellules urticantes qui injectent du venin. Les océanographes expliquent cette invasion par le réchauffement climatique provoquant ainsi l'augmentation de la température de l'eau de mer d'au moins un degré Celsius. Non seulement cette montée de mercure dope la libido des cnidaires, comme on les nomme dans le jargon scientifique, mais elle les débarrasse de leur prédateur, en l'occurrence la tortue, qui est capable d'avaler jusqu'à cinquante méduses par jour. «Le réchauffement climatique a pour conséquence l'acidification des océans. Comme il pleut moins, les quantités d'eau douce déversées dans les mers diminuent, ce qui augmente la salinité», a expliqué, lors d'une réunion de spécialistes en la matière à Paris, Laurent Soulier, directeur de l'Institut des milieux aquatiques, à Bayonne (France). Or ce sel, qui acidifie l'eau, empêche les jeunes tortues de se fabriquer une carapace.
D'autres paramètres d'équilibre marin sont aussi incriminés, comme la surpêche qui est à l'origine de la présence d'importantes quantités de nourriture pour cette espèce (méduse), comme c'est le cas sur nos côtes où certains pêcheurs n'hésitent pas à utiliser des explosifs. Quelques semaines auparavant, ces espèces marines ont même menacé des centrales nucléaires. Attirées par l'eau tiède émanant des circuits de refroidissement, les méduses s'y sont agglutinées jusqu'à obstruer les filtres. Ce qui a déjà provoqué, en Suède et au Japon, de sérieux incidents. Pour revenir aux risques encourus par nos baigneurs suite à un contact avec la méduse, le dermatologue Messaoud Nacer a expliqué : «Les piqûres de méduses ne sont pas graves.» Il a cependant fait remarquer que «le fait de se rincer à l'eau de mer et surtout de ne pas frotter la zone piquée écarte tout risque d'aggravation. Il ne faut pas appliquer de produits irritants comme par exemple le parfum ou l'alcool et enlever le reste des tentacules avec une pince». Notre interlocuteur a conclu cet entretien en soulignant que «certains laboratoires s'attellent à produire un médicament contre les piqûres de méduses voire à confectionner des combinaisons protectrices. Nous pouvons nous estimer heureux, car dans les eaux territoriales de l'Australie, on rencontre un autre type de méduses communément appelées “les tueuses”, qui rivalisent avec le requin en dangerosité». En conclusion, l'invasion des plages par ces méduses ne peut être synonyme d'une quelconque maladie de la peau, comme veut le faire croire la rumeur, qui est véhiculée dans la capitale de l'ouest. Néanmoin, les parents devraient mettre en garde leurs enfants contre les effets néfastes mais sans gravité générés par le contact de ces espèces marines.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.