Coronavirus: 197 nouveaux cas 161 guérisons et 3 décès    Le Président Mahmoud Abbas achève sa visite en Algérie    Foot: les dettes des clubs professionnels dépassent les 1.000 milliards de centimes    LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Légère baisse de la production d'agrumes    Les Benhamadi condamnés    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    Une Association sahraouie tient l'ONU pour responsable des crimes marocains    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Le dossier sera traité jeudi prochain    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    En souvenir d'Omdurman    Belmadi quatrième    Plusieurs routes bloquées dans l'est du pays    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Importation de véhicules neufs : Les opérateurs dans l'expectative    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Une bureaucratie remplace une autre !    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Tout dépendra encore des recours    Le RND remporte la présidence de l'APW    L'armée d'occupation israélienne assiège une ville dans le Nord de la Cisjordanie    Le détail qui échappe à Charfi    Séminaire des chefs de mission et des délégués techniques    Purée de courgettes à la menthe    Du gluten dans votre shampooing    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Retrouvailles inédites à Doha !    A Tierra met le cap sur Annaba    Et la relance socio-économique ?    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Le renvoi révélateur?    Aziza Oussedik en paisible retraite    Les points à retenir du Conseil des ministres    L'axe incontournable de la relance    Le bras de fer continue !    L'interaction Tamazight et l'informatique    Un riche parcours et des réalisations    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bilan de la saison estivale : Prolifération de la meduse
Publié dans El Watan le 17 - 09 - 2008

Elles vous ont piqué, mordu, électrifié, brûlé alors que vous faisiez gentiment quelques brasses dans le bleu méditerranéen, pas de panique, les méduses ne sont pas mortelles. Mauvaise nouvelle : elles sont là pour longtemps.
Du moins, c'est ce que semble affirmer l'ensemble de la communauté scientifique mondiale et principalement les chercheurs du pourtour méditerranéen qui accuse le réchauffement climatique, au point où il est prédit le doublement de la population de méduses pour 2020. A ce rythme, on finira avec une méduse par baigneur mais le problème est pris au sérieux dans l'ensemble des villes touristiques de la Méditerranée. D'ores et déjà, les plages espagnoles ont arboré un nouveau drapeau avec méduses bleues sérigraphiées sur fond blanc pour avertir le public du danger.
En 2006, des chercheurs avaient constaté que les méduses étaient plus nombreuses que les poissons le long des côtes namibiennes dans l'Atlantique Sud. Au Japon, depuis quelques jours, on a découvert un nouveau type de méduses géantes de 200 kg qui peuvent allonger leurs tentacules jusqu'à 35 m. C'est toute la biodiversité qui est en péril, puisque ce carnivore qui brise les filets de pêche a décimé le poisson. Plus près de nous, en Méditerranée, la méduse qui fait parler d'elle est la pelagia noctiluca. Translucide, oscillant entre le bleu et le rosâtre, cette méduse de 10 cm de diamètre est particulièrement urticante et ses tentacules sont très extensibles. La nuit, elle remonte à la surface pour se nourrir et vogue en fonction du courant marin pouvant conduire des milliers d'espèces sur le littoral.Tous les spécialistes s'accordent à dire que l'apparition de méduses répond à un rythme cyclique.
Un cycle qui perdure
En fait, les populations de pelagia noctiluca augmentent tous les 12 ans, mais une prolifération peut se manifester si les conditions idoines sont réunies : déficit de la pluviométrie et hausse de la température de l'eau et de l'air. Un cycle qui risque de perdurer dès lors que le réchauffement de la planète n'est pas freiné, c'est sans compter sur la disparition en masse des tortues et des dauphins qui sont les principaux prédateurs de la méduse. La surpêche, tant décriée du thon en Méditerranée, a également profité à la méduse dont il constituait le principal prédateur.
Aujourd'hui, elle se nourrit des œufs et des larves de ses principaux prédateurs, anéantissant ainsi les chances de réduire sa population. En Espagne, les autorités ont réintroduit les tortues afin de revenir à un équilibre du biotope. En Algérie, la situation n'est pas connue ou étudiée, mais le phénomène est présent. Les vacanciers se sont plaints des méduses sans qu'aucune mesure n'ait été prise pour les protéger. Pourtant, la question risque de se poser avec cuitté, dès lors que l'Algérie se veut être une destination touristique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.