Eni cède une partie de ses participations à Snam dans les gazoducs reliant l'Algérie à l'Italie    Bouira : Les hauteurs et la station climatique de Tikjda sous la neige    Man City fixe son prix pour Ferran Torres    La Juventus communique sur l'enquète de la police financière    Les multinationales de production d'énergie doivent quitter "immédiatement" le territoire sahraoui occupé    "Une révision profonde des textes en 2022"    "Vous serez relogés après le vote"    Il sera bientôt mis en service    Une secousse tellurique de magnitude 4.0 enregistrée à Bejaia    "Une conjonction entre la pensée et les actes"    Renforcer la recherche scientifique    Les Aigles du Sahara prêts pour l'attaque !    L'Italie et le Portugal versés dans la même voie    Modeste engouement    La police disperse des manifestants contre le pouvoir à Ouagadougou    L'Ethiopie risque de se diriger vers un génocide    Le Président biélorusse souligne le devoir d'aider les réfugiés en difficulté    Souriez, nous allons tous mourir !    Sachez que...    3,420 kg de kif saisis    Faible participation, pas d'incidents    ACTUCULT    «Valeurs arabo-musulmanes et algériennes» ? (3)    Les enfumades du Dahra    Locales du 27 novembre: mettre le "dernier jalon" pour l'édification institutionnelle de l'Algérie nouvelle    Chômage, prix et impératif civisme    Misserghine et Boutlelis: Une production de 43.000 quintaux d'agrumes attendue    Pour promouvoir la coopération bilatérale: Visite de l'ambassadrice de Finlande à la CCIO    MC Alger: Un gros chantier pour Ben Yahia    Alger: L'affluence entre faible et «habituelle»    Le culte fécond ou stérile du passé    Un stage et 2 matchs au Qatar    L'enjeu des locales    Les Algériens offusqués    Depuis le front, Abiy Ahmed promet «d'enterrer l'ennemi»    L'assaillant est un islamiste extrémiste    La France a mal à l'outre-mer    L'oeil vigilant de la Présidence    Tebboune plaide le patriotisme économique    L'escroc des réseaux sociaux arrêté    Une ambiance bon enfant à Alger    Les élections locales par les chiffres    Relative affluence    «Ils veulent casser l'équipe nationale»    Giroud absent 3 semaines    Un album pour préserver Tabelbala    Vendu 2,66 millions d'euros aux enchères    La classe au bout des doigts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Méditerranée leur lieu de prédilection
Méduses
Publié dans Le Midi Libre le 09 - 06 - 2010

Les méduses sont des animaux marins appartenant à la famille des Cnidaires. Elles peuvent provoquer des brûlures et des piqûres parfois sévères et (très) douloureuses. Elles sont de plus en plus fréquentes dans les mers ces dernières années. Dans certaines régions touristiques (Côte d'Azur, Malte,...) cette augmentation peut devenir un frein à la baignade et donc au tourisme. Bien que les piqûres de méduses soient rarement dangereuses pour l'homme, les vacances étant un lieu de repos, le fait de savoir que pendant la baignade on risque d'être piqué contribue à un certain stress et réduit l'envie de baignade.
En mer Méditerannée les piqûres de méduses proviennent en général de l'espèce Pelagia noctiluca. Les piqûres de cette espèce de méduse peuvent être douloureuses. On remarque que les méduses sont de plus en plus nombreuses ces dernières années (2006-2008), le réchauffement climatique et les hormones se trouvant dans les pilules contraceptives qu'on retrouve à la fin dans les mers pourraient expliquer cette augmentation du nombre de méduses. Relevons également que les méduses semblent obéir à des cycles. Peut-être que les prochaines années on verra donc une diminution de leur nombre étant donné que nous avons atteint un maxima. Dans les autres régions de l'Europe (Atlantique, Mer du Nord), les espèces présentes ne provoquent en général pas de piqûres chez l'homme. Il faut savoir qu'il existe dans le monde entier des milliers d'espèces de méduses. Certaines espèces peuvent provoquer des piqûres mortelles pour l'homme (par ex. des piqûres de l'espèce Physalia physalis). On trouve ces méduses particulièrement dangereuses pour l'homme dans la région indienne, le Pacifique et les régions proches de l'Australie. Une piqûre de méduse se traduit immédiatement par une douleur (forte et vive parfois). Cette douleur est proche d'une décharche électrique ou d'une brûlure (d'où l'expression brûlure de méduse). On constate que la douleur maximum survient en général 20 à 30 minutes après la piqûre. Ces piqûres se traduisent sur la peau par des petits boutons rouges et/ou plaques rouges qui peuvent s'étendre sur une longue surface. La peau s'épaissit. Une problématique des piqûres de méduse peut être l'apparition de cicatrices. Ces dernières peuvent rester pendant plusieurs mois, bien qu'en général les cicatrices et traces laissées.
Dans certains cas les piqûres de méduse peuvent provoquer des maux de tête, vertiges, nausées,... Parfois des réactions allergiques graves chez les personnes à terrain allergique peuvent survenir.
première chose à faire après s'être fait pîquer par une méduse est d'enlever les éventuels tentacules de la méduse puis de rincer abondamment à l'eau de mer la plaie de la piqûre (ne pas utiliser de l'eau douce).
Ensuite il est conseillé d'appliquer une crème antihistaminique le plus rapidement possible ou d'une crème mélangeant un antihistaminique avec un anesthésiant comme la lidocaïne pour calmer les douleurs.
En cas de réaction allergique, consultez rapidement un médecin, seul lui pourra vous prescrire le meilleur traitement pour ce genre de complications.
Les méduses sont des animaux marins appartenant à la famille des Cnidaires. Elles peuvent provoquer des brûlures et des piqûres parfois sévères et (très) douloureuses. Elles sont de plus en plus fréquentes dans les mers ces dernières années. Dans certaines régions touristiques (Côte d'Azur, Malte,...) cette augmentation peut devenir un frein à la baignade et donc au tourisme. Bien que les piqûres de méduses soient rarement dangereuses pour l'homme, les vacances étant un lieu de repos, le fait de savoir que pendant la baignade on risque d'être piqué contribue à un certain stress et réduit l'envie de baignade.
En mer Méditerannée les piqûres de méduses proviennent en général de l'espèce Pelagia noctiluca. Les piqûres de cette espèce de méduse peuvent être douloureuses. On remarque que les méduses sont de plus en plus nombreuses ces dernières années (2006-2008), le réchauffement climatique et les hormones se trouvant dans les pilules contraceptives qu'on retrouve à la fin dans les mers pourraient expliquer cette augmentation du nombre de méduses. Relevons également que les méduses semblent obéir à des cycles. Peut-être que les prochaines années on verra donc une diminution de leur nombre étant donné que nous avons atteint un maxima. Dans les autres régions de l'Europe (Atlantique, Mer du Nord), les espèces présentes ne provoquent en général pas de piqûres chez l'homme. Il faut savoir qu'il existe dans le monde entier des milliers d'espèces de méduses. Certaines espèces peuvent provoquer des piqûres mortelles pour l'homme (par ex. des piqûres de l'espèce Physalia physalis). On trouve ces méduses particulièrement dangereuses pour l'homme dans la région indienne, le Pacifique et les régions proches de l'Australie. Une piqûre de méduse se traduit immédiatement par une douleur (forte et vive parfois). Cette douleur est proche d'une décharche électrique ou d'une brûlure (d'où l'expression brûlure de méduse). On constate que la douleur maximum survient en général 20 à 30 minutes après la piqûre. Ces piqûres se traduisent sur la peau par des petits boutons rouges et/ou plaques rouges qui peuvent s'étendre sur une longue surface. La peau s'épaissit. Une problématique des piqûres de méduse peut être l'apparition de cicatrices. Ces dernières peuvent rester pendant plusieurs mois, bien qu'en général les cicatrices et traces laissées.
Dans certains cas les piqûres de méduse peuvent provoquer des maux de tête, vertiges, nausées,... Parfois des réactions allergiques graves chez les personnes à terrain allergique peuvent survenir.
première chose à faire après s'être fait pîquer par une méduse est d'enlever les éventuels tentacules de la méduse puis de rincer abondamment à l'eau de mer la plaie de la piqûre (ne pas utiliser de l'eau douce).
Ensuite il est conseillé d'appliquer une crème antihistaminique le plus rapidement possible ou d'une crème mélangeant un antihistaminique avec un anesthésiant comme la lidocaïne pour calmer les douleurs.
En cas de réaction allergique, consultez rapidement un médecin, seul lui pourra vous prescrire le meilleur traitement pour ce genre de complications.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.