Un vent de fronde souffle sur le RND à Béjaïa    Deux jeunes citoyens arrêtés, puis relâchés    Le maire de Chemini devant la cour d'appel de Béjaïa aujourd'hui    Rompre avec le statu quo    De l'eau trouble et malodorante dans les robinets    "L'ouverture du capital d'entreprises publiques n'est pas un dogme"    Condamnations en série après un appel à la normalisation avec Israël    "Je suis au CRB pour gagner des titres"    Le NAHD en réel danger    Des attestations pour une cinquantaine de chasseurs formés    Pas de changements pour la rentrée universitaire    "De l'importance de la littérature postcoloniale pour le vivre-ensemble"    Rabat s'est fourvoyé dans le choix de son nouvel allié    62 listes ont retiré le dossier de candidature à Oran    Au-delà des grandes formules...    Islam Slimani : «Les deux derniers matchs avec les Verts m'ont fait du bien»    Real : Courtois analyse le match nul face à Villareal    Ayoub Ferkous 77e et Abdelkrim Ferkous 81e    Six sports de combat domiciliés au Centre des conventions    L'ANPHA renouvelle son engagement à contribuer au développement du secteur pharmaceutique    Tayeb Louh face à ses juges    Sensibilisation sur la vaccination en Algérie    Tebboune rassure les responsables locaux    Sachez que...    2 244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    Inauguration de la saison culturelle    Mondial 2022 : Un trio sénégalais pour Niger – Algérie    Flux migratoires : Cinq pays appellent à une juste répartition dans l'Union européenne    7es Journées nationales du monologue    Agressions et vols, un mandat de dépôt    Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Face aux salaires, la circonspection    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Retrouvailles chaleureuses entre Lamamra et lavrov    Au moins huit militaires tués dans une embuscade    La vie a repris ses droits    Une saga diplomatico-judiciaire    Brèves    Le MAE chinois appelle à promouvoir le processus de règlement politique    Les indépendants à l'assaut des communes    L'Algérie renforce son dispositif de contrôle des voyageurs    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Abdelkader Messahel : «L'UMA a très peu avancé sur le plan politique»
Publié dans El Watan le 13 - 12 - 2008

Il considère qu'«il y a des questions qui font que l'UMA ne peut se concevoir en dehors de certaines raisons politiques, à savoir le conflit du Sahara occidental». Le ministre algérien est formel, il ne peut y avoir de construction maghrébine sans le règlement de la question «fondamentale» du Sahara occidental. Au sujet de la résolution de ce conflit, M. Messahel souligne la position inchangée de l'Algérie en faveur d'un règlement sous l'égide des Nations unies, respectant le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination. Tout en relevant que le processus de négociation entre le Font Polisario et le Maroc n'a pas avancé, M. Messahel a plaidé pour la nomination d'un nouveau représentant personnel du secrétaire général de l'ONU pour le Sahara occidental «le plus tôt possible» afin «de mettre en œuvre la solution de l'autodétermination du peuple sahraoui». Le ministre algérien précise en outre que «le moment est venu pour que les Nations unies, qui ont un devoir moral et qui sont garantes du droit des peuples à l'autodétermination, mettent la pression et leur poids sur les parties pour faire avancer les négociations et aboutir à l'autodétermination du peuple sahraoui». Abdelkader Messahel soutient par ailleurs que l'Algérie a de tout temps travaillé pour la construction maghrébine. «Nous avons toujours envisagé notre avenir avec celui des autres pays de la région», dit-il. Ceci en notant que le deuxième handicap entravant la construction de l'UMA est lié au fait que «les pays de la région ont très souvent fait des politiques économiques chacun de son côté».
M. Messahel souligne que l'Algérie est pour la constitution d'une communauté économique maghrébine. «j'espère que nous y arriverons un jour», confie-t-il. Le même responsable est revenu sur les travaux de la 17e commission mixte algéro-tunisienne, pour s'arrêter sur la signature de l'accord lié à l'établissement d'une zone de libre-échange entre les deux pays à l'horizon 2009-2010. «C'est un accord qui ouvre la voie à une zone où les produits feront l'objet de listes et d'accords entre les deux pays. Cela va booster un peu plus les échanges commerciaux entre les deux pays qui dépassent déjà 500 millions de dollars», indique M. Messahel.
Le sommet sahélo-saharien début 2009
Autre accord prometteur parmi les 8 signés, celui lié à «la prise en charge des communautés algériennes en Tunisie et tunisiennes en Algérie pour qu'elles puissent vivre dans de bonnes conditions», note-t-il, précisant que l'intégration maghrébine commence par deux pays. «Nous souhaitons aller loin et avoir ces connexions avec un deuxième pays, un troisième et un quatrième», précise-t-il. Le ministre, Abdelkader Messahel, a annoncé que le sommet des chefs d'Etat des pays du Sahel, devant se dérouler dans la capitale malienne Bamako, se tiendra au début de l'année 2009. «Ce sommet abordera les différentes menaces sur la sécurité de la région, que ce soit le terrorisme, le grand banditisme, le trafic d'armes ou les migrations clandestines. Il s'agira pour les pays de la région d'aboutir à une stratégie commune et à un plan d'action de lutte contre ces fléaux», précise le ministre algérien, notant que les six pays ont les moyens de faire face à la menace terroriste à condition que chacun s'y mette.
Ce dernier note en outre que «nul ne peut faire face seul à cette menace aux différentes facettes. Nous devons créer des synergies entre nous». Evoquant le trafic d'armes, M. Messahel indique que la résolution de certains conflits est une heureuse nouvelle mais qui peut engendrer la circulation d'armes. «Le terrorisme et le grand banditisme s'approvisionnent en armes légères à l'issue des conflits résolus. Nous devons donc évoquer toutes ces questions en vue d'arriver à une solution commune», dit-il. La sécurité dans la région passe aussi par le développement de ces zones sahéliennes souvent laissées pour compte : «Il faut créer les conditions pour une intégration économique de la sous-région. Du côté algérien, nous faisons en sorte de développer les zones transfrontalières pour participer au développement de la région, à travers le financement de certains projets dans le nord du Mali et celui du Niger», note le ministre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.