Conférence internationale de Palerme sur la Libye: Ouyahia plaide pour une solution inclusive    Proposé par l'Egypte: Le cessez-le-feu à Ghaza après les accrochages    Ligue 1 Mobilis: La JSK se relance, le MCA à l'arrêt    Commission de discipline de la LNF: L'audience du président de la JS Kabylie, Mellal, reportée au 19 novembre    Liste des logements sociaux à Tlemcen: Les protestataires ne décolèrent pas    RENOUVELLEMENT DU CONSEIL DE LA NATION : Charef Benchenni représentera le FLN    REAPPARITION DE LA ROUGEOLE : Le ministère de la santé rassure    ESCROQUERIE VIA INTERNET : Deux réseaux de faussaires neutralisés sur Oued Kniss    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Jil FCE optimiste    Sans perturber les vols : Nouvelle zone de turbulence à Air Algérie    Fin d'examen de l'avant-projet détaillé    Le Premier ministère dénonce une «odieuse manipulation»    Les candidats du FLN et du RND choisis, HMS temporise    Trop de soutiens, on veut des candidats !    Sun Tzu au secours du Parti communiste    Conférence sur la Libye : Ouyahia aujourd'hui à Palerme    Seddik Chihab à propos de la réponse de Tayeb Louh à Ouyahia : «Je n'ai rien à dire !»    Début des grandes manœuvres avant Lomé    La sécurité régionale au menu du dialogue de haut niveau    Stabilité régionale : Le rôle de l'Algérie mis en avant    Secteurs de l'habitat et des télécommunications : Trois conventions-cadres signées    Les syndicats dénoncent de «la poudre aux yeux»    Comment faire sortir le Salon du Palais    Tourisme : Il ne suffit pas d'avoir des hôtels…    Tigzirt (Tizi-Ouzou) : Une femme meurt asphyxiée au monoxyde de carbone    Il signe une 4e passe décisive à Man City : Mahrez sermonné par Fernandinho !    L'écrivain Mahmoud Aroua : «Il est difficile de se faire éditer»    Alger accueille le 2e grand prix Abdelkrim Dali    Il pourrait revenir sur scène avant l'été : Meskoud garde sa belle voix    GC Mascara: Des conflits qui mettent le Ghali en danger    IRB Oued Taria: Le club de football disparaît    Des comprimés psychotropes saisis, 4 individus arrêtés    Incertitudes    «Coup de force» contre Bouhadja: Les députés RCD reviennent à la charge    Un appel ayant visé à provoquer la «fitna»    Relizane: Une usine Ford à Sidi Khettab    L'armistice vu par un indigène    Pour booster la coopération algéro-grecque: Une commission interministérielle mixte et un forum des hommes d'affaires, en 2019    Nuit d'horreur à Constantine !    14 membres du PKK "neutralisés" par l'aviation turque    Abdelkader Bouazghi depuis Bordj-Bou-Arreridj : " La réconciliation nationale a été un cadre de forte mobilisation pour mener à bien le programme ...    Travaux publics et Transports : Plus de 70 nouvelles gares routières entrées en exploitation    Copa Libertadores : Boca résiste à River (2-2) dans une Bombonera en fusion    Attal buteur, Mahrez passeur, Feghouli de nouveau titulaire    RDC : Fayulu candidat-surprise de l'opposition, tensions pré-électorales en vue    Ouyahia parle de "manipulation"    Exposition à Alger d'Arezki Larbi du 17 novembre au 1er décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Industrie militaire : L'aéronautique prend de l'altitude
Publié dans El Watan le 02 - 06 - 2009

À Dar El Beïda, à quelques encablures de l'aéroport international d'Alger, se trouve la plus ancienne et la plus importante entreprise de rénovation de tous types d'avions et d'hélicoptères militaires. Méconnue du grand public, Erma œuvre quotidiennement à la révision et à la réparation de dizaines d'appareils aéronautiques relevant de différents services de la Défense nationale.
Ses installations, en partie renouvelées, s'étendent sur une superficie de 40 ha. Disposant du savoir-faire nécessaire, cette entreprise assure la révision de tout le parc aéronautique militaire qui se compte par centaines. Elle se prépare désormais à répondre aux futurs besoins des forces aériennes. Car elle est appelée à assurer la révision et la réparation de la nouvelle gamme d'avions de combat des plus modernes achetés en 2007 auprès de la Russie. Quelque 1000 techniciens civils et 250 militaires réussissent à faire du neuf avec du vieux. Outre de pallier aux défaillances techniques, L'Erma fabrique des pièces de rechange et des composants d'appareils, mais aussi opère parfois des modifications et des améliorations de performances du vieux matériel.
Des EPIC militaires
« Nous sommes les seuls en Algérie à pouvoir le faire », souligne le colonel Noureddine Adjel, directeur général de L'Erma. Une visite guidée des différentes unités de rénovation et de réparation permet de constater de visu l'avancée effectuée dans un domaine aussi complexe que l'aéronautique. De simples accessoires mécaniques à la rénovation du moteur, tout se refait à neuf dans les ateliers d'Erma. « La tâche est difficile dans le sens où nous travaillons sur les différents modèles d'appareils dont disposent l'armée », indique le colonel Adjel. Mais le défi est relevé. Il estime que l'avenir est prometteur surtout avec le nouveau statut d'Epic accordé aux entreprises appartenant à l'armée. « Ce statut donnera une autonomie d'actions à toutes les entreprises de l'industrie militaire dont Erma, ce qui leur permettra de se développer davantage pour répondre à l'ensemble des besoins de l'armée », relève le colonel Adjel.
Le statut d'Epic pour les entreprises industrielles militaires a été institué par un décret présidentiel promulgué le 3 mai dernier. En vertu de ce décret, les Epic militaires vont être gérées par un conseil d'administration qui définira le plan d'action et les objectifs assignés à l'entreprise. Ces Epic, qui seront autonomes financièrement, auront pour mission de développer les capacités de l'industrie militaire à même de réduire rapidement la dépendance de l'armée vis-à-vis de l'étranger. Mais aussi, elles pourront participer au développement du tissu industriel national de manière générale. Pour mener à bien leurs missions, ces entreprises pourront travailler en partenariat avec des sociétés nationales ou étrangères, à condition que cette coopération ne porte pas préjudice aux intérêts de l'institution militaire. Si l'idée remonte au début des années 1990 lorsque l'Algérie se retrouvait sans possibilité d'importer les équipements militaires nécessaires dont elle avait besoin pour faire face au terrorisme, elle a commencé à être concrétisée sur le terrain à partir de 2007.
La DCIM reconfigurée
C'est durant cette année que l'Algérie a passé sa plus grande commande (d'une valeur de 7 milliards de dollars) d'achat d'armements auprès de son traditionnel fournisseur, la Russie. Et c'est en cette année qu'elle a décidé de donner un coup de fouet à son industrie militaire en reconfigurant la Direction centrale de l'industrie militaire (DCIM), organe dépendant de l'ANP, créée en 1994. L'objectif est de ne plus importer une certaine gamme de produits dont les armes légères, les munitions de petit calibre et les pièces de rechange pour armes à feu. La DCIM dirige aujourd'hui deux principales unités : l'Entreprise de constructions mécaniques de Khenchela (ECMK) et l'Entreprise des réalisations industrielles de Seriana (ERIS) à l'Est. Grâce notamment à une assistance technique des Chinois, ces deux unités produisent du matériel militaire léger, tels que des fusils-mitrailleurs et des pistolets automatiques, mais aussi des pièces de rechange, des groupes électrogènes et du matériel médical. Les ambitions de l'armée s'avèrent plus grandes. Après avoir réussi l'exploit de monter un petit avion (premier en Algérie), avec l'aide technique de la République tchèque, l'ANP se lance un nouveau défi : celui de monter son propre drone (avion sans pilote). La conception de ce projet, déjà finalisée, a été faite par des ingénieurs de l'Ecole militaire polytechnique de Bordj El Bahri.
Appareils made in... ANP
Si son montage sera exclusivement fait dans des ateliers de l'armée, ce drone sera beaucoup plus utilisé à des fins civiles comme la lutte contre les feux de forêt et la lutte antiacridienne. Aussi, la marine ne reste pas à la traîne. Au niveau de la base navale de Mers El Kebir, à Oran, grâce à l'assistance technique de la Bulgarie, elle a déjà réussi à monter des corvettes spécialisées dans la lutte antinavire et dans les opérations SAR (Search and Rescue). Et elle est sur d'autres projets de corvettes plus performantes. Poursuivant ses efforts pour le développement de l'industrie militaire, l'ANP a récupéré en 2006 le projet de fabrique automobile Fatia (Tiaret), qui n'a pas pu voir le jour depuis plus d'une décennie. Les installations de ce projet, qui s'étendent sur plus de 300 ha, vont servir, grâce au partenariat sud-coréen, à la construction de véhicules légers tout-terrain au profit, bien entendu, de l'armée. Cependant, investir à moyen terme le marché de l'automobile civil n'est pas écarté. L'armée convoite aussi le complexe de la SNVI, fleuron de l'industrie nationale, elle qui demeure son principal client. Depuis 1982, près de 23 000 véhicules de tous types ont été acquis par le ministère de la Défense auprès de cette entreprise pour un montant global d'environ 45 milliards de dinars, ce qui représente 60% des ventes de l'entreprise. Bien qu'à ses débuts, la nouvelle stratégie industrielle de l'armée s'annonce prometteuse. A bien des égards.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.