Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Forum sur "l'industrie pharmaceutique, stratégie et défis": Djerad présidera la cérémonie de clôture    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    France: Le PCF condamne l'ouverture d'un comité de LREM à Dakhla occupée    France: Le Polisario condamne la création d'un comité de LREM à Dakhla occupée    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    La note de Ouadjaout    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tamanrasset : Transfert d'eau à partir de In Salah
Publié dans El Watan le 08 - 06 - 2009

Le ministre des Ressources en eau, Abdelmalek Sellal, a effectué une visite d'inspection samedi dernier sur le chantier du plus grand transfert d'eau en Algérie, en l'occurrence le projet d'alimentation en eau potable de la ville de Tamanrasset à partir d'In Salah.
Tamanrasset. De notre envoyée spéciale
Distantes de 750 km, les deux villes sont en cours d'être reliées par une double conduite d'eau longue de 1258 km. Ce système de double voie de canalisation permettra de parer à tout risque de rupture d'alimentation en cas d'incident.
Ce mégaprojet devant être réceptionné au cours du premier semestre de l'année prochaine se décline par un premier pompage d'eau de la nappe de l'Albien située à In Salah, son transfert vers le chef-lieu de wilaya qui est Tamanrasset par voie de conduites souterraines à des niveaux d'altitude différents, et un second pompage au niveau du réservoir de réception situé non loin du même chef-lieu. Ce projet prévoit de couvrir les besoins en eau potable des habitants de Tamanrasset ainsi que ceux des régions périphériques, à raison de 50 000 m3 par jour dans un premier temps pour atteindre dans un second temps 100 000 m3/jour à l'horizon 2040. Le projet comprend nombre d'ouvrages de grande teneur dont 24 forages de 600 mètres de profondeur, pas moins de 100 km de réseau de collecte, de 8 réservoirs, d'un réservoir de tête et un autre terminal de 50 000 m3 de capacité chacun, de 6 stations de pompage et d'une station de déminéralisation de 100 000 m3/j. La réalisation de cette dernière sera soumise incessamment à concurrence par un avis d'appel d'offres. Evalué à son lancement en janvier 2008 à 150 milliards de dinars, le mégaprojet de transfert In salah-Tamanrasset a été réévalué à 197 mds de dinars pour cause de la nécessité d'accomplir des travaux additifs. « C'est un défi que de livrer ce grand projet en 36 mois. Mais nous serons au rendez-vous en 2010. L'état d'avancement actuel des travaux est de 65% », indique Abdelmalek Sellal, en notant l'existence de réelles difficultés sur le terrain d'ordre climatique et géomorphologique.
Conditions de travail difficiles
Dans des conditions climatiques peu clémentes, les travailleurs de l'entreprise chinoise CGC en charge du projet, ainsi que ceux de l'entreprise algérienne Cosider et ceux de l'ADE, au nombre total de 5000 personnes, accomplissent presque des miracles en œuvrant au raccordement des veines porteuses de ce liquide précieux dans ces zones où la roche côtoie le sable, et où la pluie, une manne aléatoire, est rare. A 1442 mètres d'altitude, le réservoir terminal est en travaux. « Je veux une bonne qualité de travail, comme celle dont vous avez fait preuve à Constantine », lance Sellal aux ouvriers chinois. Au niveau du terminal 2 de la station de pompage, le ministre ordonne que la cadence de travail soit accélérée. « Il faut travailler jour et nuit. Vous avez six mois de retard, faites autant que les autres chantiers », dit-il à un chef de projet chinois. Ce dernier lui répond : « La première pompe sera réceptionnée en octobre et la dernière en mars 2010 », dit-il, en revendiquant l'augmentation du nombre d'ouvriers chinois. Une demande qui trouvera un avis favorable de la part du ministre qui promet de régler ce problème. Interrogé sur la décision du gouvernement d'arrêter l'importation de la main-d'œuvre étrangère, Sellal nous répond : « Il y a un quota à respecter, le nombre d'ouvriers chinois est de 120 contre 256 algériens ». La société chinoise a de plus revendiqué le remboursement de l'engagement payé à la société de gardiennage engagée pour la protection des chantiers.
« L'ADE a promis de rembourser, on attend », nous dit un ouvrier chinois. A noter toutefois que cette même société refuse de verser les 35% de caution bancaire prévue pour chaque facturation afin d'éviter de payer l'impôt à chaque étape. Le long du parcours du réservoir terminal jusqu'à la région d'In Eker est émaillé de tranchées. La guerre des tranchées dans la région n'a pour seul enjeu que d'arriver à terminer les travaux dans les délais. Dans la région d'In Eker, le paysage est imposant de tristesse. Et pour cause, jadis terrain pour les essais nucléaires français de 1962 à 1966, le site d'In Eker a été le théâtre de 13 essais nucléaires, dont deux avec fuite radioactive en surface. Une longue barrière entoure le site sur laquelle on ne peut lire que le mot « Zone ». Les conduites d'eau ne sont distantes de cette barrière que de quelques mètres. « Le Commissariat à l'énergie atomique a fait une expertise et affirme qu'il n'existe aucun risque sur le passage des conduites et sur l'eau. Le suivi est toujours de mise pour plus de précaution », indique le ministre des ressources en eau.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.