Chelsea : Lampard officiellement limogé    Production de plus de 21 millions m3 d'eau potable en 2020    Polémique FAF-FTF    Une caravane de solidarité au profit des familles démunies    Nouvelle vague de gros procès en février    «Certains secteurs continuent à faire fi des consignes du Président»    Le ministre de l'Industrie dépose plainte contre l'Association des concessionnaires : L'automobile de la discorde    3 ans ferme requis contre Walid Kechida en appel    Le blocage persiste à l'ENIEM de Oued Aïssi (Tizi Ouzou) : Des centaines de travailleurs investissent la RN12    Un pôle économique qui va générer 15 000 emplois    De nouvelles opérations armées contre l'occupant marocain    La Palestine veut une conférence internationale pour la paix    Le président demande le recours à la force contre la menace terroriste    Cheikh Sabah Khaled Al-Sabah de nouveau désigné pour former un gouvernement    Elle s'est vu refuser la nationalité car "elle travaille trop"    Dalila Touat comparaît en appel le 3 mars    Un juge face à ses pairs    L'EN U17 qualifiée    Pas de miracle pour les Algériens !    Hamza Ayad de retour    Le Real sourit à nouveau, Zidane sauvé par contumace    Youcef Atal marque et se blesse    Le nouveau directeur de l'éducation installé    Covid-19 à Tizi Ouzou : 84 points de vaccination mobilisés    Œuvres universitaires : Benziane annonce une «profonde» réforme    Agressions du personnel médical dans les hôpitaux : 424 affaires enregistrées en six mois à l'est    Grogne à la formation professionnelle    "La féminisation de migration n'est pas récente"    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    Le film "ADN" de Maïwenn projeté à l'IFA    «Trumpistes» : expressions de la révolte d'une jeunesse mondialisée    «Rien n'arrête le PapJazz» !    La science-fiction aime les villes monstrueuses    MADJID FERHATI, NOUVEAU DIRECTEUR DE LA CHAÎNE II    La justice se déjuge    Créer un développement décentralisé    Les menaces de la FIFA : Un ballon de baudruche    Augustin était-il vraiment un Saint ?    Establishment, mainstream et la prééminence des institutions occidentales    Agrumiculture: Une production de plus de 200.000 quintaux    Indiscipline ou inconscience?    MUTATIONS ET PERMUTATIONS    Santé: Plus de 10.000 paramédicaux seront recrutés    AADL Misserghine: Des ascenseurs en panne dans des immeubles «neufs»    Tribune - Un rapport, une méthode    Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le prix de l'eau pour les régions Sud coûtera moins cher
M. Sellal depuis In Salah
Publié dans Le Maghreb le 05 - 08 - 2008

Le prix de l'eau dans les régions du sud du pays coûtera moins cher par rapport au Nord. C'est ce qu'a déclaré M. Abdelmalek Sellal, ministre des Ressources en eau, dimanche, lors d'une visite de travail et d'inspection effectuée dans la wilaya d'In Salah. Souffrant depuis des décennies d'un déficit en matière d'eau, étant une région aride, la capitale de l'Ahaggar, Tamanrasset, s'apprête enfin à suivre le chemin du désenclavement. En effet, l'achèvement des travaux du mégaprojet du transfert d'eau In Salah - Tamanrasset a d'un coût de 197 milliards de dinars soit (1,3 milliard de dollars) est prévu avant la fin de juillet 2010. « Ce projet historique représente un défi. C'est un investissement rentable sur les plans sécuritaire, économique et sociale. Il permettra à l'avenir la création de nouvelles villes tout au long de son tracé. C'est un projet d'envergure, structurant. Une première en Algérie», a indiqué M. Sellal. Le mégaprojet de 750 km est conçu en double voie et comprend 24 forages et 6 stations de pompage. En ce rendant aux chantiers, le premier responsable du secteur s'est montré satisfait quant à la cadence d'avancement du projet qui a été lancé au mois de janvier dernier, signale-t-on. En dépit de la canicule estivale avec des températures atteignant les 50 ° à l'ombre, les travaux sont au beau fixe et les chantiers s'animent 24/24h, et sous un soleil brûlant, des équipes travaillent sans arrêt. Le taux de réalisation des forages est de 60%, et sur les 24 forages, 16 sont déjà réalisés, d'autres sont en cours et 4 seront lancés incessamment. Le ministre a insisté à ce que les travaux du projet soient achevés dans les plus brefs délais. Quant au taux d'avancement des canalisations il est de 30%. La qualité de l'eau de la région est bonne puisque, selon les récentes études, elle ne contient que 2 grammes/litre de sel, alors qu'avant on en constatait 5. En conséquence, le prix de l'opération du dessalement coûtera moins cher soit 90DA m3, au lieu de 110 DA. Le transfert d'eau d'In Salah, stockée à des profondeurs de 600 mètres, à Tamanrasset vise à alimenter avec un débit de 50 000 m3/j jusqu'à 100 000m3/j d'ici 2050, les régions de l'extrême sud à partir des eaux de la nappe albienne d'In Salah. Il y a aussi la réalisation de conduites, de 8 châteaux d'eau et deux réservoir de 50 000m3. Il s'agit également de la construction d'une station de déminéralisation d'une capacité de 100 000m3/j et d'un réservoir terminal de 50 000m3/j. A noter que les ressources souterraines en eau de la région du Sahara sont capables, selon les experts, de répondre aux besoins des populations du Sud durant plusieurs siècles. L'objectif du projet est d'offrir une meilleure couverture des besoins en eau potable de Tamanrasset ainsi que des centres de vie située dans le couloir de transfert, notamment les localités de Arak, Meniet, In Amguel, Tesnou, Tit, In Eker, Outoul, et la contribution au développement du tourisme saharien. Il convient de signaler que ce mégaprojet est réalisé par des entreprises étrangères. La réalisation des stations de pompage est confiée à l'entreprise chinoise CPECC. L'adduction des conduites est partagée entre CGC/SIPSC (Chine), et le groupement Cosider/ Zakhem/ Erciyas (Algérie, Liban, Turquie). L'entreprise chinoise CGCOC a, quant à elle, été retenue pour la réalisation des forages. «On a pris toutes les précautions», signale M. Sellal en ajoutant, «on a l'intention même de créer une entreprise nationale qui prendra en charge la gestion technique du projet une fois les travaux achevés».
De notre envoyée
spéciale à In Salah


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.