La liste s'allonge au fil des jours    Les contrôles seront renforcés au niveau des établissements pharmaceutiques    Une édition amputée de la participation étrangère    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Un front contre la normalisation avec l'Etat d'Israël    Le CRB, le MCA, l'ESS et la JSK exempts du tour préliminaire    Dernière ligne droite pour les Verts    Cap sur Omdourman    Un corps sans vie retrouvé au bord d'une falaise de la plage Cap Rousseau    Fermeture de la route menant au siège de la Wilaya    «La sécurité et la stabilité d'abord...»    Le danger de la polarisation    Le principal opposant retire sa candidature    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Une exposition plurielle sur l'Algérie à Marseille    Des associations s'opposent au contrôle d'identité au faciès    La parabole fraternelle de Robert Namia    Les soupçons de Tebboune    Forte hausse des fonds circulant hors banques    Priorité à la production nationale    4 décès et 163 nouveaux cas    L'avenir de Zemmamouche en question    ESS-Orlando Pirates au Ghana    CAF : Ahmad Ahmad sera fixé sur son sort aujourd'hui    FAF-SAS : Audience au TAS le 4 mars    Algérie Télécom à El Tarf : Les clients toujours insatisfaits    Marasme social à Souk Ahras : Chômage, droits bafoués et grogne syndicale    Le confinement partiel prorogé dans 19 wilayas    Les instructions de Tebboune    Le ministre ordonne sa fermeture    «Le rapport Stora a été mal compris»    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    "Les œuvres inachevées sont celles qui aboutissent le mieux"    Aïn Témouchent : Concours de photo : le niveau s'améliore    Exposition de peinture de l'artiste Hakim Tounsi à la villa Abdellatif à Alger : De la magie et de l'émotion à profusion    32e anniversaire de la disparition de Dda Lmulud : L'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Nécessité d'intensifier l'activité culturelle dans toutes les communes du pays    Ce nuage rouge sang entre l'Algérie et la France    Accord de libre-échange UE/Maroc: La Cour de justice de l'UE examine le recours du Polisario    Du verbiage et des actes    Bouira - Monoxyde de carbone : 4 personnes secourues    L'étude de près de 50.000 demandes de logement se poursuit: Plus de 16.000 dossiers étudiés et 5.129 rejetés par les commissions    Le discours officiel à l'épreuve    Tiaret: Le théâtre s'éveille    Président Tebboune: "les revendications du Hirak populaire authentique satisfaites pour la plupart"    Président Tebboune: l'ANP a atteint un niveau de professionnalisme qui la tient à l'écart de la politique    Président Tebboune: Des sites web d'un pays voisin à l'origine des rumeurs sur mon état de santé    La Seaal annonce des coupures dans plusieurs communes d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les travaux commencent à 4h du matin
PROJET DE TRANSFERT DE L'EAU D'IN SALAH VERS TAMANRASSET
Publié dans L'Expression le 05 - 08 - 2008

Il vise à l'alimentation en eau potable, à travers des canalisations, quelque 337.400 habitants de Tamanrasset.
Le projet de transfert des eaux souterraines d'In Salah vers la ville de Tamanrasset connaît «une progression appréciable», selon les déclarations du ministre des Ressources en eau, Abdelmalek Sellal, à l'issue d'une visite d'inspection des principaux chantiers de ce projet hydrique à In Salah. En effet, en raison de la canicule quasiprésente durant toute l'année dans la wilaya de Tamanrasset et dépassant la barre des 50 degrés au cours de l'été, les travailleurs sont amenés à opérer en deux brigades de huit heures chacune. Ainsi, pour réaliser cette avancée dans les travaux, «une formule Sud» a été spécialement aménagée pour les travaux de ce projet qui constitue l'un des plus grands de ce siècle en Algérie et en Afrique. En effet, la première brigade commence à 17 heures et termine à une heure du matin, tandis que la seconde travaille entre 4 heurs du matin et 10 heures. La plage horaire allant de 10h à 17h étant donc une phase de «non activité». Les travaux de forage touchant 24 puits ont atteint un taux de réalisation de 60%, tandis que ceux relatifs à la canalisation sont à 30%, confortant ainsi les prévisions du ministre faisant état de la livraison du projet dans les délais prévus, soit en juillet 2010. M.Sellal n'a pas manqué, lors de cette rencontre, de souligner que ces résultats ont été obtenus malgré des conditions de travail difficiles dues aux grandes chaleurs qui touchent les régions intérieures du pays. Concernant le coût de revient par mètre cube (m3) d'eau transféré, M.Sellal a souligné qu'il allait être autour de 90 Da/m3, soit 20 Da de moins de ce qui avait été fixé initialement. Cette baisse est due au taux de salinité des eaux qui était plus bas que prévu dans l'étude initiale du projet, a-t-il expliqué. Cependant, le ministre a tenu à préciser que l'Etat subventionnera le coût du m3 desservi à la population de Tamanrasset et ce pour un tarif moins cher par rapport à celui appliqué dans le nord du pays, «conformément au principe de distribution équitable de développement à travers toutes les régions du pays». Par ailleurs, concernant l'exploitation et la gestion du projet après son entrée en activité, le ministre a avancé que son département prévoit la création d'une entreprise sous forme d'Etablissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) prenant en charge cette mission à l'instar d'autres ouvrages hydrauliques opérationnels actuellement. Quant au type d'énergie à utiliser dans les stations de pompage, le ministre a indiqué qu'il a été décidé d'avoir recours au gasoil, dans un premier temps, Puis de le combiner avec le gaz naturel dans un deuxième temps. Le recours à l'énergie solaire a été exclu par les responsables du projet malgré l'important potentiel dont dispose la région. Le directeur général de l'Algérienne des eaux (ADE), Abdelkrim Mechia a invoqué la raison de l'insuffisance des moyens actuellement mis en place pour assurer l'énergie nécessaire (5 MW), soit l'équivalent d'une quinzaine d'hectares couverts de plaques photovoltaïques. Au registre des ressources humaines, le ministre a considéré qu'il y avait un déficit en matière de main-d'oeuvre qualifiée locale, obligeant les sociétés étrangères chargées de la réalisation du projet, de ramener cette dernière de l'étranger pour éviter tout retard dans l'exécution de celui-ci. Le coût global de ce projet de transfert d'eau est de 197 milliards de dinars. Il vise à l'alimentation en eau potable, à travers des canalisations, quelque 337.400 habitants de Tamanrasset. Le captage de l'eau se fait à 70 km au nord d'In Salah à partir de 24 forages de 600 m de profondeur sur un réseau de collecte de cette eau d'un linéaire total de 100km.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.