Maroc : Des milliers de jeunes manifestent pour la dignité    Gagner du temps    Prévu ce mercredi à Alger: Rassemblement annoncé des chercheurs permanents    Skikda: La carrière de la cimenterie de Hadjar fermée par des travailleurs    Pour un changement radical: Après les marches, des «feuilles de route»    Bedoui va-t-il ou non constituer son gouvernement ?    Equipe nationale: La préparation reprend sans Belaili    Violence dans les stades: Des mesures draconiennes s'imposent    FAF: Kheireddine Zetchi défend son bilan    Chlef: 500 arbustes plantés    Aïn Témouchent: Trois morts et 2 blessés dans un glissement de terrain    Plus de 650 morts, un désastre humanitaire    115 morts dans l'attaque d'un village    Maduro accuse Guaido de «comploter pour son assassinat»    11 000 officines touchées par une pénurie de 370 médicaments    Benmihoub recommande d'aller vers la transition avant le 28 avril    Algérie Poste poursuit l'opération d'acquisition des TPE    Les dates des trois derniers matchs fixées    Séparation à l'amiable entre Koulkheir et la JSS    La FAF a-t-elle le temps de se reconstruire ?    Plusieurs partis font des propositions    Les Assemblées populaires communales se joignent au mouvement    2 narcotrafiquants arrêtés et 52 kg de kif saisis à Ghardaïa    Une collecte prévisionnelle de 200 000 quintaux de céréales    Les atteintes à l'urbanisme en hausse    Ouverture du festival du printemps    Musique afro-américaine : John Lee Hooker    Le parcours du chahid Mustapha Benboulaïd revisité par des écoliers    Les décrets publiés au JO    Sit-in des avocats à Alger : Le corps de la justice exige "le respect de la Constitution"    Malgré une croissance en panne : Publicis signe un bénéfice record    Sahara occidental: La 2ème table-ronde se termine sans avancées    Golan syrien occupé: Les propos de Trump dénoncés par Damas et à l'étranger    11 morts, dont 1 vice-ministre, dans une attaque des shebab    USA: La Fed ne prévoit plus de hausse de taux en 2019    Hausse inexpliquée des prix des fruits et légumes : Les ménages désemparés    29 suspects arrêtés à Alger    Colère contre Benghabrit    Selon l'ONS : L'inflation à 4,1% sur un an en février 2019    Le FLN s'entre-déchire    Le FFS se fissure    Nouvelle pièce théâtrale à l'affiche à Oran    Alors que Mihoubi est partant.. Abdelkader Bendamèche à la tête de l'Aarc    ELLE VEUT LE VOIR AU ‘'MUSEE DE L'HISTOIRE'' : L'Organisation des moudjahidine exige la libération du FLN    L'Angola qualifiée, pas le Burkina    L'association El Rahma au chevet des femmes    CAN-2019. Algérie 1 – Gambie 1 : Les Verts accrochés dans le temps additionnel    Les «hommes» du ministre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La dernière lueur d'espoir !
Publié dans El Watan le 30 - 06 - 2009

Dix-sept ans après, les circonstances de son assassinat demeurent encore floues. Le peuple algérien est toujours dans l'attente de la vérité sur cet ignoble assassinat. Le procès avait conclu à un acte isolé de son assassin présumé, Lembarek Boumaârfi, un sous-lieutenant du GIS. Tayeb El Watani avait pris, en janvier 1992, les destinées d'un pays qui allait sombrer dans le chaos après une montée fulgurante de l'intégrisme religieux et souffrant d'une légitimité au sommet de l'Etat. Se trouvant au Maroc où il gérait sa briqueterie, il avait été rappelé, après la démission de président Chadli Bendjedid, pour devenir le président du Haut Comité d'Etat (HCE) alors que l'Algérie se débattait dans une impasse politique. Dès son arrivée, il a su tendre la main à tous ceux qui voulaient la prendre. Il apparaissait comme un homme capable de sortir le pays de la grave crise qui le secouait. Souhaitant une Algérie démocratique, tournée vers la modernité, Mohamed Boudiaf disait vouloir mettre fin à la corruption qui gangrenait l'Etat. A la tête du HCE durant six mois, il s'était engagé à rétablir l'équilibre brisé de son pays et à redonner l'espoir à une jeunesse perdue et sans repères.
«Captivant, l'esprit vif, Boudiaf avait tendu sa main à tous les Algériens, avec au bout l'espoir, la liberté et la perspective d'un véritable renouveau.» Il n'avait pas mis beaucoup de temps pour paraître comme le justicier et l'homme providentiel dans un pays où la hogra était dans toutes les discussions. Né le 23 juin 1919 à Ouled Madi, dans la wilaya de M'sila, Mohamed Boudiaf avait très tôt rejoint le PPA. Il sera membre de l'Organisation secrète (OS), du Comité révolutionnaire pour l'unité et l'action, du Groupe des 22 et membre fondateur du FLN. Le 22 octobre 1956, il fut capturé par l'armée française suite au détournement de l'avion qui le menait du Maroc vers la Tunisie. En 1979, après la mort du président Boumediène, il dissout le Parti pour la révolution socialiste (PRS) et rentrera bien plus tard au pays en sauveur. Personne n'aurait imaginé que Tayeb El Watani finirait assassiné lâchement, le 29 juin 1992, lors d'une conférence des cadres qu'il tenait à Annaba. «L'être humain a une vie courte. Nous mourrons tous demain. Pourquoi courir derrière les responsabilités ? Observons les nations développées comment elles nous ont dépassés grâce à la connaissance.» C'étaient les derrières paroles qu'a eu à prononcer ce grand patriote avant qu'une rafale ne lui ôte la vie. L'espoir, la générosité étaient alors assassinés.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.