Trophée The Best : Messi devance Van Djik pour le titre de joueur de l'année    L'heure d'assumer de lourdes responsabilités a sonné    Tribunal militaire de Blida (Urgent) : Saïd Bouteflika se retire de l'audience    Les victimes protestent et réclament leur argent    Démission de Salima Ghezali de l'APN    Mohamed Charfi rassure les Algériens    La participation de Karoui évoquée    80 Palestiniens dont un enfant blessé par des tirs israéliens à l'est de Ghaza    Examen demain de la demande de levée d'immunité de Tliba et de Benhamadi    Bien négocier la manche aller    Encore buteur, Benzema se retrouve porté en triomphe à Madrid    Le Gouvernement tiendra-t-il ses promesses ?    Un espace pour préserver l'histoire de cette forme d'expression populaire    Une fresque murale en hommage au défunt Cheikh Atallah    BACCALAUREAT PROFESSIONNEL : Installation d'une Commission pour l'examen du dossier    MASCARA : 8 individus arrêtés pour vol de véhicule    ELECTION PRESIDENTIELLE : Le parti de Makri garde le suspense    AIN TEMOUCHENT : 3 ‘'harraga'' interceptés à Oulhaça    Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    Résultats    Batelli critique le rendement des joueurs    Bouchar risque 4 matches de suspension    Le temps des incertitudes    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Près de 300 manifestants arrêtés depuis vendredi    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Lancement de la campagne à Naâma    Un Plan national climat pour bientôt    Les magistrats confirment et dénoncent    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Le ministère s'explique    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La dernière lueur d'espoir !
Publié dans El Watan le 30 - 06 - 2009

Dix-sept ans après, les circonstances de son assassinat demeurent encore floues. Le peuple algérien est toujours dans l'attente de la vérité sur cet ignoble assassinat. Le procès avait conclu à un acte isolé de son assassin présumé, Lembarek Boumaârfi, un sous-lieutenant du GIS. Tayeb El Watani avait pris, en janvier 1992, les destinées d'un pays qui allait sombrer dans le chaos après une montée fulgurante de l'intégrisme religieux et souffrant d'une légitimité au sommet de l'Etat. Se trouvant au Maroc où il gérait sa briqueterie, il avait été rappelé, après la démission de président Chadli Bendjedid, pour devenir le président du Haut Comité d'Etat (HCE) alors que l'Algérie se débattait dans une impasse politique. Dès son arrivée, il a su tendre la main à tous ceux qui voulaient la prendre. Il apparaissait comme un homme capable de sortir le pays de la grave crise qui le secouait. Souhaitant une Algérie démocratique, tournée vers la modernité, Mohamed Boudiaf disait vouloir mettre fin à la corruption qui gangrenait l'Etat. A la tête du HCE durant six mois, il s'était engagé à rétablir l'équilibre brisé de son pays et à redonner l'espoir à une jeunesse perdue et sans repères.
«Captivant, l'esprit vif, Boudiaf avait tendu sa main à tous les Algériens, avec au bout l'espoir, la liberté et la perspective d'un véritable renouveau.» Il n'avait pas mis beaucoup de temps pour paraître comme le justicier et l'homme providentiel dans un pays où la hogra était dans toutes les discussions. Né le 23 juin 1919 à Ouled Madi, dans la wilaya de M'sila, Mohamed Boudiaf avait très tôt rejoint le PPA. Il sera membre de l'Organisation secrète (OS), du Comité révolutionnaire pour l'unité et l'action, du Groupe des 22 et membre fondateur du FLN. Le 22 octobre 1956, il fut capturé par l'armée française suite au détournement de l'avion qui le menait du Maroc vers la Tunisie. En 1979, après la mort du président Boumediène, il dissout le Parti pour la révolution socialiste (PRS) et rentrera bien plus tard au pays en sauveur. Personne n'aurait imaginé que Tayeb El Watani finirait assassiné lâchement, le 29 juin 1992, lors d'une conférence des cadres qu'il tenait à Annaba. «L'être humain a une vie courte. Nous mourrons tous demain. Pourquoi courir derrière les responsabilités ? Observons les nations développées comment elles nous ont dépassés grâce à la connaissance.» C'étaient les derrières paroles qu'a eu à prononcer ce grand patriote avant qu'une rafale ne lui ôte la vie. L'espoir, la générosité étaient alors assassinés.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.