Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Le renforcement des capacités de combat de l'armée sahraouie, une des priorités pour 2022    Football / Algérie : Djahid Zefizef nouveau manager général des Verts    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le Chabab réussit la passe de trois    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bouzeguène fermée aux étrangers
Festival des Raconte-arts
Publié dans El Watan le 07 - 07 - 2009

La 6e édition du festival des Raconte-arts qui s'est déroulé du 29 juin au 4 juillet, s'est achevée samedi, à Tajmâat de Wizgan (Bouzeguène-village).
Le festival ne s'est pas déroulé comme l'espéraient les organisateurs. En effet, les délégations étrangères venues d'Europe et d'Afrique subsaharienne ont dû quitter les lieux au troisième jour des activités suite à l'intervention des services de la sûreté de daïra qui ont investi Tajmâat du village pour les conduire au commissariat « pour des raisons de sécurité », ont-ils expliqué. Selon, Hacène Metref, les hôtes de Bouzeguène, bien que disposant de visas, n'ont pas les autorisations nécessaires pour participer aux Raconte-arts. A rappeler que pendant que se déroulait le festival, une importante opération antiterroriste se déroulait dans la région. Les villageois leur ont assuré qu'ils étaient en mesure d'assurer la sécurité de leurs hôtes. Mais, ces derniers, dont la plupart sont des femmes, sont partis en sanglots. Malgré cet incident, les organisateurs du festival et les citoyens du village ont quand même tenu à ce que les activités prévues aillent jusqu'au bout. Mardi, dans l'après-midi, une conférence a été donnée par Mohand Belmadi sur Belaïd Nat Ali. Pour le conférencier, « il n'est pas aisé de cerner et de retracer l'itinéraire d'un écrivain hors pair qui a toujours fui et marché longuement sur la route en Bohémien jusqu'à perdre sa santé et plus loin, sa vie ». Belaïd Nat Ali est considéré comme étant le premier romancier d'expression kabyle.
C'est auprès de sa mère, nous explique le conférencier, qu'il assimilera les rudiments de sa culture. Elle lui apprendra les secrets de la langue française mais il vivra sa vie marginalisé même après sa mort. Originaire de Aïn El Hammam, on regrette aujourd'hui, qu'aucune école ou lieu public ne porte son nom. Cette conférence est suivie d'un récital de poésie et de chants, puis dans la soirée de la projection de trois courts métrages. Il y a eu également la nuit du conte africain animée par le Congolais Jorus Mabiala, les Guinéens Bangoura Karamoko et Sylois Vuvile et par l'Algérien Mohammed Adi Bouafi. La nuit du conte africain a été un moment inoubliable. Les contes nous apportent des réponses aux questions que nous nous posons à travers les proverbes, les devinettes et les petites fables dans un rythme où les gestes et le chant accompagnent les mots. Jeudi, c'était au tour de Hanifa Hamouche de nous déclamer des contes pour enfants, intitulés Les perles d'eau. La rencontre avec les écrivains nous emmène à replonger dans l'histoire de Fathma N'Soumeur, personnalité kabyle de la résistance des Zouaoua contre la conquête de l'Algérie par la France. Dans la soirée, des chants et des danses ont été animés par Brahim Tayeb, Slimani, Kazoui et Karkabou de Blida.
Vendredi, le forum associatif et théâtre ont été annulés en raison de l'absence des Français qui devaient les animer. Le clou de la journée était « La déambulation nocturne à la chandelle ». C'est un libre parcours à la bougie à travers les ruelles du village. Une marche silencieuse avec des lumières scintillantes, des chuchotements dans des ruelles qui prêtent à l'originalité, passage en file indienne sous des soupentes, des voutes. La boucle est ponctuée par des pauses de poésies et de lectures de textes. Dans la nuit noire où s'animent des lumières scintillantes, des chuchotements, des bruits de pas…Le festival s'achève avec l'intervention de Denis Martinez à tajmaât du village. Sa réalisation murale éphémère in situ à tajmaât de Wizgan est un chef-d'œuvre. Rendez-vous, l'année prochaine à Aït Smaïl, en Petite Kabylie. Le titre générique du septième festival sera : terre, eau, feu, beauté de femmes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.