Quelles formes pénales ?    Recouvrement des fonds détournés: L'Algérie en appelle à la responsabilité de l'ONU    Anis Rahmani condamné à trois ans de prison    Incendie d'un véhicule à Tizi Ouzou: Deux enfants succombent à leurs graves brûlures    "Beaucoup reste à faire"    Le Brent franchit la barre des 70 dollars    Zeghdoud à la barre de l'USMA    Le compte à rebours commence    148 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Des perturbations annoncées dans 5 communes d'Alger    Quand les banques n'appliquent pas    Les femmes battent le pavé à Alger    «Journée de la colère» avec une nouvelle dégringolade monétaire    30 Morts    Après l'opposition, le pouvoir revendique la victoire    Lamentable posture pour les «démocrates»    Joan Laporta, le grand retour    Brèves Omnisports    Ouallal et Asselah précocement éliminées    Chanegriha rend hommage à la femme algérienne    Un repère pour la fixation des prix des médicaments    Le rêve d'une reprise    La santé pour tout le monde    Une neuvième victime retrouvée    Fin de la polémique sur les «tarawih»    Une exposition collective au Palais de la culture    «Résistance des femmes en Afrique du Nord»    Par-delà le bien et le mal    La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    USMA: Zeghdoud nouvel entraineur    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    Tendances instables    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    C'était un certain 08 mars 2007    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





B&RC rachetée, où sont passés les marchés ?
Publié dans El Watan le 05 - 03 - 2010

Pour comprendre l'affaire, il faut remonter à l'origine du scandale. En février 2006, le chef de gouvernement de l'époque, Ahmed Ouyahia, charge l'Inspection générale des finances (IGF) de mener des investigations sur les marchés passés entre Sonatrach et le MDN avec B&RC. Les investigations se concentrent sur 41 contrats, 27 pour la compagnie nationale, et 14 au profit du MDN. Après plusieurs mois d'enquête, l'IGF remet son rapport dans le courant du mois de juillet. Dans ce document d'une cinquantaine de pages, les inspecteurs pointent du doigt de graves irrégularités concernant la passation de ces marchés de gré à gré pour un montant global de 2, 8 milliards de dollars. Les premières révélations fuitent en octobre 2006 lorsque El Khabar et El Watan font état de l'existence de ce rapport de l'IGF.
Interrogé peu de temps après la divulgation de ces informations, le ministre de l'Energie et des Mines, Chakib Khelil, botte en touche une première fois en refusant de répondre aux questions des journalistes. Invité de l'émission de la Chaîne III «En toute franchise» le dimanche 25 novembre 2006, M. Khelil adopte la posture de celui qui ignore tout. «Je n'ai pas été convoqué par la police, s'offusque-t-il. Je n'ai pas eu connaissance du rapport de l'IGF, ni d'ailleurs le PDG de Sonatrach. Je ne suis donc pas au courant du rapport de l'IGF.» Alors ce fameux rapport, une pure invention de reporters en mal de scoops ? C'en est presque vrai à entendre les arguments du ministre de l'Energie, qui fut également directeur de Sonatrach entre 2001 et 2003.
Ce même responsable ne départira pas de sa position initiale, samedi 24 février 2007, lorsqu'une journaliste de la Télévision algérienne le questionne sur cette affaire au cours de l'émission «Forum de l'ENTV». Le rapport de l'IGF ? «Les seules informations que j'ai sont celles publiées, avec ma photo dans Jeune Afrique l'Intelligent. Tout le monde semble informé sauf moi», affirme M. Khelil. Voilà qui est très clair. Le ministre de l'Energie et des Mines ne sait rien, ne connaît rien, ignore tout du scandale mis à part le peu de choses qui a filtré dans la presse. Mais voilà. Lundi 5 mars 2007, M. Khelil se déjuge au cours du petit-déjeuner organisé par le quotidien arabophone El Khabar dont il était l'invité. Au détour d'une question sur l'affaire B&RC, M. Khelil annonce que Sonatrach souhaite racheter la totalité du capital de B&RC.
Des questions s'imposent : comment peut-on plaider l'ignorance du dossier le 24 février et affirmer le 5 mars, soit un intervalle de dix jours, que la compagnie pétrolière nationale envisage l'acquisition de la totalité des parts (49%) détenues par B&RC dans cette joint-venture ? Si en date du 24 février 2007, M. Khelil ignorait tout du dossier, comme il ne cesse de le prétendre, il ne pouvait donc raisonnablement engager une opération de rachat des parts de B&RC au profit de Sonatrach en un laps de temps aussi court sans éveiller des soupçons. Compte tenu du statut de B&RC, de l'ampleur des marchés qu'elle a obtenus, de l'importance de ses partenaires (Sonatrach et le MDN), une éventuelle acquisition nécessiterait des mois et des mois de pourparlers…
Ces interrogations appellent d'autres. Pourquoi l'empressement des dirigeants de Sonatrach à racheter les parts de B&RC, alors que celle-ci fait déjà l'objet d'une enquête de la part de l'IGF ? Qui a pris l'initiative d'une telle acquisition ? La direction de Sonatrach ? Le ministre de l'Energie ? La Présidence ? Alors que les investigations de l'IGF devaient normalement aboutir à l'ouverture d'une instruction judiciaire pour faire la lumière sur ce scandale, voilà que Sonatrach et les dirigeants de KBR (maison mère de B&RC) entreprennent, dans une opacité totale, des négociations pour la vente-rachat des parts de B&RC. C'est ainsi que le 5 mai 2007, M. Khelil fait état d'un début d'accord entre Algériens et Américains à propos de cette transaction : «Je crois qu'on a un accord sur un chiffre de vente», dit-il.
Le deal est enfin scellé durant l'été. Mardi 7 août 2007, les dirigeants de KBR annoncent avoir cédé les parts de B&RC à la firme algérienne pour un montant de 24 millions de dollars payés en dinars. La décision de cession a été dûment enregistrée à la Securities and Exchange Commission (SEC) à Washington. Cette revente aura permis à KBR d'empocher un bénéfice de 18 millions de dollars avant impôt. Il n'y a pas de petits profits. Non seulement les Américains (via B&RC) ont obtenu 41 marchés, bien sûr en association avec Sonatrach, pour la coquette somme de 2,8 milliards de dollars, mais ils se voient gratifiés d'un «bonus» de 24 millions de dollars. Chapitre clos. Que deviennent les marchés contractés par B&RC avec Sonatrach et le MDN ? Où en sont les investigations de l'IGF ? Le rachat des parts de B&RC par Sonatrach ne constitue-t-il pas une tentative de faire disparaître l'objet du délit ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.