Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Le procès historique attendu par les Algériens    Report du procès en appel de Kamel Chikhi    «Le marché pétrolier est resté équilibré»    Frais d'engagement des clubs    Le GSP au championnat arabe    Aarab Elyes nouvel entraîneur-adjoint    Real Madrid: Le clan Zidane fait une grande annonce pour son avenir !    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    C'est fait à Annaba    Lancement à partir de Batna de la campagne nationale de prévention des risques des inondations    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    Djaballah sera-t-il candidat à la présidentielle ?    PROTECTION CIVILE : 12 accidents font 10 blessés à Mostaganem    Plus de 250 nouveaux professeurs en renfort    Un trafiquant de psychotropes condamné à 18 mois de prison    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Et maintenant ?    Un vendredi sur son 31    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Un incendie détruit une école primaire    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Imminent changement à la tête des médias publics    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    Indices    Béjaïa : Les manifs continuent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Au 1er semestre 2019 : Hausse de près de 5% de la production industrielle publique    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaire des 701 kg de cocaïne : Inculpation de l'un des fils de Hamel
Publié dans El Watan le 12 - 12 - 2018

Chargé de l'affaire des 701 kg de cocaïne, le juge de la 9e chambre pénale spécialisée, près la cour d'Alger, devra entendre aujourd'hui le chauffeur personnel de Abdelghani Hamel – ex-patron de la police – en détention depuis près de six mois avec 23 autres mis en cause.
Il ne s'agit pas de sa première comparution devant le magistrat instructeur. Abdelkader Benzahra, puisque c'est de lui qu'il s'agit, pourrait être interrogé sur sa relation avec Kamel Chikhi, principal accusé dans l'affaire, auquel il facilitait les passages aux frontières, mais surtout sur ses rapports avec les enfants de son ancien patron, qu'il connaît depuis les années où il exerçait à la Gendarmerie nationale avec leur père. D'ailleurs, c'est ce dernier qui l'a ramené à la Sûreté nationale, pour le nommer chauffeur personnel.
Le juge pourrait s'intéresser de près à cette proximité, qui a permis au prévenu de dérouler le tapis rouge à Kamel Chikhi, au niveau des aéroports et des ports, lui facilitant les accès mais aussi à lui régler les problèmes auxquels il était confronté. Le faisait-il sur instruction de son patron ou à son insu ? La question reste posée, même si Abdelghani Hamel avait présenté le mis en cause, dès son arrestation, comme «un simple élément du parc automobile de la Direction générale de la Sûreté nationale».
Dans ce communiqué du mois de juin 2018, l'ex-patron de la police a «mis en garde» contre ce qu'il a jugé être «des informations erronées», et expliqué que les actes de son chauffeur personnel n'engagent que ce dernier. Or, le juge de la 9e chambre pénale ne semble pas tout à fait convaincu de ces affirmations, puisqu'il a, à plusieurs reprises, entendu le prévenu sur ces points et il y revient encore aujourd'hui.
Une audition qui intervient quelques jours seulement après l'inculpation, dans le cadre de cette affaire, de Chafik Hamel, l'un des fils de l'ex-patron de la police, suivie d'une décision de blocage d'une opération d'importation de poudre de lait qu'une de ses sociétés était sur le point de finaliser.
Le juge a également instruit, auparavant, toutes les institutions financières de bloquer les comptes des trois enfants de l'ex-patron de la police, dont l'un est propriétaire du port sec se trouvant à Oran et où la marchandise de Kamel Chikhi était généralement stockée, en attendant les formalités douanières.
C'est dans ce port sec que la cargaison de viande (où était dissimulée la cocaïne) devait être entreposée, avant que les gardes-côtes et la marine nationale n'arraisonnent le navire qui la transportait. Même si à ce jour, le magistrat instructeur n'a pas encore répondu à la demande des avocats de Kamel Chikhi, portant audition de l'ex-patron de la police, il n'en demeure pas moins que l'étau se resserre autour de ce dernier et de ses enfants.
En effet, après l'inculpation d'un de ses enfants, et visiblement lâché par ses protecteurs bien placés, Hamel a été sommé de quitter, au plus tard le 16 du mois en cours, la somptueuse villa de la Sûreté nationale, qu'il occupe toujours, alors qu'un rapport accablant sur sa gestion aurait été transmis aux plus hautes autorités.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.