Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    AADL: Près de 22.000 souscripteurs n'ont pas téléchargé les ordres de versement    Rencontre Gouvernement-Walis: A la recherche d'un appui local solide    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Managers de joueurs en Algérie: Un métier pour desservir le football    Feux de forêts: 8 blessés transférés à l'étranger    Selon les spécialistes: Les vaccinations contre la grippe saisonnière et le Corona ne s'opposent pas    Trois individus arrêtés pour vols    La pointure du monde    La sculpture est-elle « maudite»?    Une autoroute qui a emporté d'indélicats cadres...    Les violences des supporters s'accumulent    Brèves Omnisports    Nouvelle enveloppe pour l'achèvement des travaux    Les raisons du processus inflationniste    À quand le vrai bonheur?    La carte de la transition    Le président Saïed prend «des mesures exceptionnelles»    Une vingtaine de pays de l'UE proposent de reconduire Tedros    Les films hollywoodiens à l'affiche    La meilleure résidence d'accompagnement à l'écriture!    Du chant chaâbi à Dar Abdellatif    Deux passeurs arrêtés    Les milliards pleuvent...    La presse en deuil    Le FFS contre-attaque    40 Nouveaux forages fonctionnels dans 20 jours    Trois morts sur les routes    La crème de nuit !    Solidarité made in Ooredoo L'opérateur qatari a offert    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Vers une hausse des salaires    Pétrole : le juste prix ?    Une inauguration, puis rien !    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Formation en écriture cinématographique    Réouverture des cinémathèques aujourd'hui    Avoir le minaret aux trousses    Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    La France déchirée?    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Vieille ville d'Annaba : Les habitants tirent la sonnette d'alarme
Publié dans El Watan le 13 - 10 - 2011

Ces derniers jours, le retour des intempéries dans la wilaya de Annaba a davantage nourri les appréhensions des occupants des habitations précaires notamment ceux de la vieille ville (Place d'Armes). Plusieurs familles se sont rassemblées hier devant la daïra pour signaler aux autorités locales les risques d'effondrement de leurs vielles maisons. Elles craignent de revivre encore le cauchemar de l'écroulement dramatique de plusieurs bâtisses qu'a connu cette vieille cité qui remonte à l'époque ottomane. Ces habitants dénoncent ce qu'ils estiment être du mépris de la part des autorités locales vis-à-vis de leur situation. Ils revendiquent l'affichage immédiat des listes d'attribution des logements qui leur seraient destinés.
Ils ont exhibé des rapports d'expertise attestant formellement que le risque d'effondrement est bien réel au vu des débris se détachant de ces maisons, des fissurations verticales, des cages d'escalier effondrées, du fléchissement différentiel du sol au 1er étage, des fissures profondes dans les murs de soutènement, de l'affaissement, l'humidité… Sans parler de la prolifération des rongeurs. Un père de famille, Kellah Mostapha, habitant une buanderie sur la terrasse d'une de ces habitations menaçant ruine, sise à la rue Philippe, et dont la demande de logement date de plus de 15 ans, témoigne, non sans peine: «Nous sommes plusieurs familles avec des enfants, à occuper un immeuble datant de la période ottomane. La dégradation des murs, de la cage d'escalier et de la toiture est visible. La masure représente un risque d'effondrement latent. Nous sommes inscrits sur les listes des demandeurs de logement depuis plusieurs années, et nous attendons toujours une hypothétique attribution, en espérant que nous serons de ce monde lors des futures attributions de logement.»

Toutefois, il est permis d'espérer eu égard aux programmes qui sont mis à contribution pour éradiquer l'habitat précaire. Les autorités locales restent optimistes quant à la conduite de cette opération d'autant plus, dit-on, que les projets finis et ceux réceptionnés, permettront de venir à bout du phénomène. La problématique de l'habitat précaire est appréhendée dans toutes ses dimensions quand on sait qu'une partie considérable de ses occupants est constituée de ruraux installés dans des zones éparses. Et c'est d'autant plus handicapant que les équipements et les infrastructures des différentes communes subissent une forte pression. Pour rappel, en février 2010, 153 familles habitant des demeures menaçant ruine à la vieille ville de Annaba ont fait l'objet d'une opération de relogement dans des bâtiments neufs, situés à Bouguentas, à la cité Bouhdid.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.